Interview de Mme Annick Girardin, ministre de la fonction publique, à RMC le 13 juillet 2016, sur la position d'Emmanuel Macron au sein du gouvernement, la persistance de discriminations dans l'accès à l'emploi public et le débat concernant la suppression du supplément familial de traitement des fonctionnaires.

Texte intégral

JEAN-JACQUES BOURDIN
Annick GIRARDIN, est-ce qu'Emmanuel MACRON doit quitter le gouvernement ?
ANNICK GIRARDIN
Emmanuel MACRON est un jeune homme ambitieux, c'est un collègue. Hier il a dit un certain nombre de choses, notamment qu'il veut la victoire de la gauche en 2017, moi aussi, les PRG aussi - ça tombe bien - il faut rassembler pour gagner, a-t-il dit, eh bien oui rassemblons pour gagner ; en même temps nous sommes membres du gouvernement et, pour moi, il y a deux règles : c'est-à-dire la loyauté et jouer collectif et, à un moment donné, il faut pas respect pour les autres ministres qui travaillent - moi hier je recevais un rapport sur la discrimination - en même temps il faut savoir où on se positionne et il a cette hésitation entre rester au gouvernement ou sortir.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, est-ce qu'il doit quitter le gouvernement ?
ANNICK GIRARDIN
C'est à lui de le décider ou c'est au président de la République de le faire.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais ça c'est extraordinaire. Non, non, c'est à lui de le décider, non mais ça c'est une réponse facile.
ANNICK GIRARDIN
C'est à lui de le décider.
ANNICK GIRARDIN
Non, mais c'est à lui de le décider ou de prendre ses responsabilités.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce qu'il doit quitter le gouvernement, oui ou non ?
ANNICK GIRARDIN
Un membre du gouvernement se consacre à mon sens, parce que les Français nous demandent, parce que c'est une exigence, à sa fonction, à sa mission...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, il doit quitter le gouvernement ?
ANNICK GIRARDIN
Confiée par le président de la République et le Premier ministre.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, il doit quitter le gouvernement ?
ANNICK GIRARDIN
Je crois que ma réponse est claire.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais dites-le alors si elle est claire, elle sera encore plus claire si vous le dites.
ANNICK GIRARDIN
Ma réponse est très claire, elle est très, très claire.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Il doit quitter le gouvernement ?
ANNICK GIRARDIN
En même temps je reconnais qu'il faut...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Je ne comprends pas pourquoi vous ne le dites pas...
ANNICK GIRARDIN
Non, non, mais en même temps je voudrais dire...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Si vous le pensez.
ANNICK GIRARDIN
Parce que j'estime que c'est sa responsabilité et, franchement, est-ce qu'on est tous obligés de lui dire...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah ! Eh bien ça c'est sûr ce n'est pas vous qui allez quitter le gouvernement.
ANNICK GIRARDIN
Voilà ! Est-ce qu'on est tous obligés de lui dire ce qu'il a à faire. Il est grand, il a fait un meeting hier - il faut faire des meetings, il faut créer des dynamiques – on ne gagnera pas en 2017...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais d'accord. Mais Annick GIRARDIN, d'accord, d'accord, d'accord...
ANNICK GIRARDIN
En ne rassemblant pas.
JEAN-JACQUES BOURDIN
D'accord, d'accord, d'accord...
ANNICK GIRARDIN
Mais en même temps, quand on est ministre, on a une mission ou des missions et il faut les mener.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, il doit quitter le gouvernement ?
ANNICK GIRARDIN
Il est temps effectivement de prendre une décision.
JEAN-JACQUES BOURDIN
De quitter le gouvernement ? C'est impossible de continuer comme ça ?
ANNICK GIRARDIN
C'est les propos du Premier ministre d'hier.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon ! D'accord. Vous ne voulez pas le dire mais vous le pensez, ça c'est un grand classique que je rencontre régulièrement. Annick GIRARDIN, vous êtes ministre de la Fonction publique, les discriminations dans l'accès à l'emploi public, un rapport très intéressant a été remis hier au Premier ministre, à tout le gouvernement, qui nous dit que les candidats d'origine maghrébine et ceux vivant dans les quartiers défavorisés sont pénalisés.
ANNICK GIRARDIN
Pas seulement ! Ce rapport il faut s'en féliciter, d'abord parce qu'il faut faire la transparence sur cette question, et moi j'ai été profondément choquée, je m'attendais à une fonction publique beaucoup plus exemplaire en la matière, je pensais que nos concours nous protégeaient davantage de la discrimination, eh bien non - c'est ce que dit ce rapport - et quand on n'est pas né en France et quand on est né... quand on n'est pas né en France métropolitaine, c'est intéressant, parce que ça veut dire que ça concerne aussi que les Outremer, on a moins de chances de réussir un concours. Donc il faut apporter des réponses, il faut apporter des réponses concrètes pour qu'on crée un cercle vertueux pour faire en sorte que cette fonction publique - et je l'ai dit dès mon arrivée depuis maintenant cinq mois - il faut que cette fonction publique elle soit davantage ouverte, qu'elle ressemble davantage à notre société.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Voilà ! Donc, donc, il faut prendre des mesures ?
ANNICK GIRARDIN
Donc, il faut prendre des mesures. Mais, en même temps...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais lesquelles ? Alors, lesquelles ?
ANNICK GIRARDIN
En même temps lesquelles ?
JEAN-JACQUES BOURDIN
Comment faire pour lutter contre cette discrimination ?
ANNICK GIRARDIN
Il n'y a pas de miracle ! D'abord il faut le dire, il n'y a pas de miracle, on crée un cercle vertueux...
JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est dit, maintenant c'est dit.
ANNICK GIRARDIN
Et on met un certain nombre de démarches en place. Depuis que je suis arrivée nous avons fait un certain nombre déjà de démarches, la loi Egalité et Citoyenneté a prévu qu'en amont on parle d'information. Vous disiez, quand je rentrais sur ce studio, qu'on retrouve souvent des enfants de fonctionnaires dans la fonction publique...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui.
ANNICK GIRARDIN
Pourquoi ?
JEAN-JACQUES BOURDIN
Eh bien oui.
ANNICK GIRARDIN
Parce qu'on méconnait totalement la fonction publique ou les 700 métiers de la fonction publique quand on n'a pas des parents de la fonction publique intervenant dans le milieu scolaire, permettant davantage de stages dans la fonction publique, permettant à tous les jeunes boursiers quand ils le demandent de venir faire un stage d'observation dans la fonction publique - ça c'est en amont, c'est l'information - préparant davantage aussi les conseillers d'information et d'orientation sur les métiers de la fonction publique, préparant à tous ceux qui interviennent auprès des jeunes à mieux informer les jeunes ; ensuite l'accès aux concours, l'accès aux concours il doit être facilité. Comment on fait pour que des gens éloignés du concours, n'ayant pas l'habitude d'être des bêtes à concours, puissent mieux être préparés ? On crée - et c'est déjà le cas pour préparer les écoles de la fonction publique - une année de préparation, c'est ce qu'on a appelé les formations intégrées pour les écoles de la fonction publique ; permettant aussi que la troisième voie soit davantage ouverte. La troisième voie, c'est quoi ? C'est une voie ouverte où on valorise l'expérience, le parcours des gens, aujourd'hui on va valoriser le service civique des jeunes, on va valoriser l'alternance, puisque je vous rappelle qu'en alternance notre objectif 2016 c'est de d'accueillir dans la fonction publique 10.000 jeunes. Vous voyez c'est plusieurs dispositifs, un nouveau contrat, pour les moins de 28 ans chômeurs qui veulent se préparer au concours de la fonction publique ; c'est plusieurs petits dispositifs qui vont permettre effectivement...
JEAN-JACQUES BOURDIN
De lutter contre ces discriminations.
ANNICK GIRARDIN
De lutter contre les discriminations. En même temps discrimination inconsciente, racisme invisible, difficile de mesurer, il faut donc préparer les jurys, il faut donc qu'on lutte tous contre nos préjugés : je ne prends pas une femme parce qu'il y a la difficulté...
JEAN-JACQUES BOURDIN
De la maternité, oui.
ANNICK GIRARDIN
De la maternité ; je ne prends pas quand on est au quai d'Orsay - le concours - je ne prends pas un célibataire parce qu'un célibataire à l'étranger... alors on prend plutôt un couple ou quelqu'un qui est effectivement marié... Bon, voilà, il y plein de préjugés, il faut lutter contre ces préjugés, préparer donc les jurys...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, et je prends plutôt un fils de fonctionnaire ou une fille de fonctionnaire ?
ANNICK GIRARDIN
Je reproduis un certain nombre de systèmes.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Exactement ! Là, vous ne pouvez pas lutter contre ça ?
ANNICK GIRARDIN
Si, si, on peut lutter.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Si, ah bon.
ANNICK GIRARDIN
On peut lutter. Vous savez moi je viens d'un petit territoire Outremer, j'ai déjà fait des recrutements, j'ai déjà été correcteur, on connaît la vie de tous ceux qui sont en face – 7.000 habitants – et on est obligés de lutter contre des idées reçues qu'on pourrait avoir ou ce que l'on sait de la personne, j'ai appris à le faire ; on peut apprendre à le faire, c'est pour ça qu'il faut professionnaliser les jurys et préparer les recruteurs à plus d'ouverture. C'est la fonction publique du XXIème siècle qu'il nous faut, c'est celle qui va savoir relever les défis de demain.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce que, j'ai une dernière question qui n'a rien à voir, est-ce que vous avez supprimé le supplément familial de traitement des fonctionnaires ?
ANNICK GIRARDIN
C'est une vraie question supprimer le supplément familial de traitement...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, c'est une bonne question même, ce n'est pas une vraie c'est une bonne.
ANNICK GIRARDIN
Comme d'ailleurs – et vous n'en parlez pas – mais c'est exactement la même chose pour moi, indemnité de résidence, aujourd'hui ce sont des dispositifs qui ont plus de 50 ans, certains même 100 ans, donc ça veut dire que ça ne répond pas...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, il faut savoir que les fonctionnaires en fonction du nombre d'enfants perçoivent...
ANNICK GIRARDIN
Perçoivent un complément...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Un complément d'un salaire qui est imposable, je le rappelle, qui est imposable.
ANNICK GIRARDIN
Qui est imposable, mais qui est de 2,29 euros pour un enfant, donc vous voyez bien.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, oui, ce n'est pas énorme.
ANNICK GIRARDIN
Non, mais vous voyez bien le ridicule, alors qu'aujourd'hui quand on est célibataire, qu'on vit à Paris et qu'on...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, mais enfin il y a une différence entre le privé et le public-là ?
ANNICK GIRARDIN
Il y a une différence entre le privé et le public, il y a surtout-là entre un système et l'autre plus de trois milliards qui pourraient être davantage utilisés en termes de politique familiale – y compris effectivement pour les fonctionnaires - familiales et sociales, je pense aussi au logement des fonctionnaires, quand on vient à Paris c'est compliqué quand on est muté, et il y a une réponse à apporter. Donc, moi, je souhaite avec les organisations syndicales – je n'ai pas de tabou et j'ouvre tous les dossiers depuis que je suis là - je ne suis pas sûre qu'on puisse apporter une réponse en huit mois, la droite, la gauche c'est déjà cassé les dents sur cette question...
JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, oui, enfin ça fait quatre ans que vous êtes au pouvoir, vous auriez pu apporter des réponses...
ANNICK GIRARDIN
Enfin moi je suis arrivée depuis quelques mois et ce sujet il vient d'arriver.
JEAN-JACQUES BOURDIN
D'accord.
ANNICK GIRARDIN
Et depuis que je suis arrivée les sujets n'ont pas manqué : dégel, PPCR, etc.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, ça je sais.
ANNICK GIRARDIN
Et je crois vraiment être à ma tâche et donc, moi, je ne refuse pas de l'ouvrir, je dis que ce système, que ces trois milliards peuvent être utilisés autrement, mieux et de manière plus solidaire et plus équitable, et plus juste.
JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc le sujet est sur la table, j'ai bien compris, merci Annick GIRARDIN.
ANNICK GIRARDIN
Merci à vous.Source : Service d'information du Gouvernement, le 21 juillet 2016