Interview de Mme Élisabeth Borne, ministre de la transition écologique et solidaire, à BFM TV le 22 juin 2020, sur le port du masque dans les transports, la convention citoyenne sur le climat, Air France et la SNCF.

Texte intégral

JEAN-JACQUES BOURDIN
Élisabeth BORNE. Bonjour.

Élisabeth BORNE
Bonjour.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ministre des Transports, de la Transition écologique et solidaire. Alors, d'abord, avant d'entrer dans le rapport remis par la Convention citoyenne sur le climat, je voudrais simplement votre réaction sur ce que l'on a vu à Paris, en Province, sur les quais, les places, dans les jardins, musique, danse, la fête. Le coronavirus est-il oublié ? Pas de distanciation sociale ?

Élisabeth BORNE
Ecoutez, moi je comprends qu'après des semaines de confinement, les Français aient envie de revenir à une vie normale, mais il ne faut pas oublier que le virus continue à circuler, qu'il est toujours présent. Je pense que c'est important que les Français qui ont montré qu'ils étaient très responsables pendant le confinement, aient bien en tête…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Là ils n'étaient plus responsables, si je comprends bien.

Élisabeth BORNE
Je pense…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Etaient devenus irresponsables.

Élisabeth BORNE
Je n'ai pas dit ça, je dis qu'effectivement, tout le monde a envie de faire la fête, et en même temps, si on veut que ça se passe bien, si on ne veut pas avoir une deuxième vague, il faut continuer à être attentif, à retrouver toutes nos libertés, mais en même temps, en faisant attention à respecter les distances, les gestes barrières.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Masque obligatoire dans les transports jusqu'à quand, Élisabeth BORNE ?

Élisabeth BORNE
Ecoutez, le masque il va rester obligatoire dans les 4 mois après la fin de l'état d'urgence, c'est ce que prévoit le projet de loi sur le sujet. Je pense que c'est important de garder le masque, et finalement on voit que ceux qui utilisent les transports en commun, respectent le port du masque, ils le portent, ils le portent bien, et je crois que ça nous protège, ça les protège, et ça me semble une bonne formule, tant qu'on a un risque, tant qu'on a un virus qui circule, qu'on n'a pas de vaccin, qu'on n'a pas de traitement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, pour l'instant, on porte le masque dans les transports…

Élisabeth BORNE
Absolument.

JEAN-JACQUES BOURDIN
… tant qu'on n'a pas de vaccin, si j'ai bien compris.

Élisabeth BORNE
Voilà. Enfin, si le virus disparaît, ça sera formidable, mais si le virus est là, qu'il n'y a pas de vaccin, qu'il n'y a pas de traitement, je pense que c'est bien de continuer à porter le masque.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien. Élisabeth BORNE, municipales dimanche. On vous a déjà posé la question, mais je vous la repose : si vous votiez à Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Metz, est-ce que vous voteriez Europe Ecologie Les Verts ?

Élisabeth BORNE
Alors, vous savez qu'à Strasbourg il y a un candidat soutenu par la République En Marche, donc je voterais pour ce candidat.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et ailleurs ?

Élisabeth BORNE
Enfin, on ne va pas faire la carte de France…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, je ne fais pas la carte, Élisabeth BORNE, non mais je vous dis, parce qu'il y a une ambiguïté, non, il n'y a pas une ambiguïté ?

Élisabeth BORNE
Alors, je pense que nos candidats, ils défendent l'écologie partout, et ils le font avec ou sans Europe Ecologie Les Verts. L'écologie…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais quand il y a des candidats écologistes, vous ne votez pas pour le candidat écologiste.

Élisabeth BORNE
L'écologie, ce n'est pas le monopole d'un parti, voyez, je pense que le temps où on pouvait penser ça est révolu, l'écologie c'est l'affaire de tout le monde, si on veut mener la transition écologique, ça veut dire que tout le monde doit s'emparer de ce sujet et c'est ce que je constate à l'occasion des municipales, en tout cas je peux vous dire que tous les candidats soutenus par la République En Marche, ont à cœur de porter un projet de transformation écologique …

JEAN-JACQUES BOURDIN
Même lorsqu'il y a des alliances avec Les Républicains qui ne défendent pas particulièrement l'écologie.

Élisabeth BORNE
Je pense qu'on a veillé systématiquement à ce que les projets prennent en compte les enjeux majeurs de la transition écologique.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais ça ne vous gêne pas.

Élisabeth BORNE
Enfin, moi je vous dis que l'écologie ce n'est pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ces accords ne vous gênent pas.

Élisabeth BORNE
Je dis que l'écologie, ce n'est pas le monopole d'un parti. Et puis sur ces questions d'alliances, posez aussi la question à monsieur Julien BAYOU de savoir s'il a voulu des alliances avec la République En Marche.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien. Élisabeth BORNE, qu'a voulu Emmanuel MACRON en créant cette Convention citoyenne sur le climat ? Que voulait-il faire ?

Élisabeth BORNE
Cette Convention citoyenne, je pense que c'est quelque chose de très important. Le président de la République l'a décidé au lendemain de la crise des Gilets jaunes, pour répondre à deux attentes très fortes qui s'étaient exprimées dans le Grand débat national, de plus de démocratie. Les Français, ils veulent non seulement voter tous les 5 ans, mais ils veulent aussi participer à l'élaboration des mesures qui vont s'appliquer à eux. Donc c'est plus de démocratie et c'est plus d'écologie, et je pense qu'aujourd'hui c'est vraiment un très grand succès.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Plus de démocratie, plus d'écologie, donc 150 citoyens ont été tirés au sort, ces citoyens ont travaillé 9 mois, avec l'objectif de proposer des mesures réduisant d'au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre, avant 10 ans, et ce dans une logique de justice sociale. C'est bien résumé ?

Élisabeth BORNE
Je vous confirme que c'est bien la demande très précise qui leur a été faite. Et moi je voudrais vraiment souligner…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le texte a été adopté hier.

Élisabeth BORNE
Absolument. J'étais hier pour recevoir les propositions de la Convention. C'était très émouvant, parce que vous savez, ce n'est pas banal d'avoir 150 citoyens, à l'image de notre pays, qui ont travaillé d'arrache-pied pendant 9 mois, pour répondre à cette question. Il y a eu des mouvements de grève pendant cette période, ils ont subi comme nous tous d'une crise sanitaire sans précédent, et ils ont été au bout de l'exercice. C'est important, parce qu'au départ il y avait beaucoup de scepticisme ; Vous savez, il y avait des gens qui nous disaient : mais le sujet est beaucoup trop compliqué, ils n'y arriveront pas, ou bien, les mesures on les connaît déjà. Ils ont été au bout de la démarche, ils ont fait des propositions très globales, donc vraiment je pense qu'on peut leur rentre hommage.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Nous allons en détailler certaines, Élisabeth BORNE. D'abord, que demandent-ils ? Introduction dans le droit pénal français, du crime d'écocide. C'est quoi le crime d'écocide ? Il s'agit de réprimer un crime contre l'environnement. Un écocide est une action ayant causé un dommage écologique grave. La Convention citoyenne souhaite l'organisation d'un référendum sur cette proposition. Vous aussi, est-ce que vous y êtes favorable ?

Élisabeth BORNE
Alors, de façon générale, moi je suis évidemment favorable à mieux réprimer les atteintes à l'environnement. Ça ne sert à rien de voter des lois, de prendre des décrets, si ces textes ne sont pas respectés. Donc ça rejoint tout à fait moi ce que je porte, avec Nicole BELLOUBET…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc vous être favorable au crime d'écocide.

Élisabeth BORNE
Je suis favorable à renforcer…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Enfin, favorable à l'introduction dans le droit pénal du crime d'écocide.

Élisabeth BORNE
Je suis favorable, très clairement, à renforcer les sanctions contre les atteintes à l'environnement, aussi à avoir des juges spécialisés, et je vous dis, ça rejoint tout à fait ce qu'on porte avec Nicole BELLOUBET…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc introduction dans le droit pénal français.

Élisabeth BORNE
Sur la modalité, ils ont demandé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non non mais attendez, parce que je vois déjà une interprétation différente. Je vous pose une question claire, Élisabeth BORNE : introduction dans le droit pénal français, du crime d'écocide, oui ou non ?

Élisabeth BORNE
Je vous dis que moi je suis favorable à tout ce qui peut permettre de mieux réprimer les atteintes à l'environnement. La proposition, on va la regarder attentivement, et en plus ils demandent un référendum, donc ça permettra aussi aux Français de se prononcer.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes favorable à un référendum, vous venez de le dire, là.

Élisabeth BORNE
De façon générale, je pense que…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Sur ce sujet.

Élisabeth BORNE
… compte tenu de l'urgence écologique et climatique, on ne peut pas répondre au défi par des petites mesures, et je pense qu'il faut donc des mesures fortes.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'en est une.

Élisabeth BORNE
Et des mesures fortes, il faut s'assurer qu'on a une adhésion des Français. Vous savez, moi j'entends souvent des gens…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, référendum.

Élisabeth BORNE
Je pense que le référendum dans son principe, c'est une bonne chose.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais ne tournez pas autour du pot, ne tournez pas autour du pot, Élisabeth BORNE ! Vous me dis que c'est indispensable cette notion de crime d'écocide. Ces citoyens proposent dans le droit pénal français, l'introduction du crime d'écocide, proposent l'organisation d'un référendum, vous me dites : oui on est d'accord, mais finalement, vous ne me dites pas, eh bien alors oui ou non le référendum ?

Élisabeth BORNE
Alors, vous savez que ce n'est pas moi qui décide des référendums, et que le président…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je ne sais pas ce que décidera le président de la République, mais vous, vous êtes favorable ou pas à ce référendum ?

Élisabeth BORNE
Moi je suis favorable à un référendum sur des questions de principe, sur la réforme de la Constitution, et je pense que c'est aussi important d'avoir…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Révision de la Constitution, pour introduire dans la Constitution la préservation de la biodiversité, de l'environnement et de la lutte contre le dérèglement climatique.

Élisabeth BORNE
Je suis tout à fait favorable à introduire, à renforcer notre Constitution, sur ses enjeux climatiques, sur la prise en compte de la biodiversité. On peut avoir l'impression que c'est quelque chose d'assez abstrait, en réalité c'est quelque chose de très important, parce que ça veut dire qu'ensuite toutes les lois qui seront votées, devront respecter ces obligations de prise en compte des enjeux environnementaux.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, alors Élisabeth BORNE, référendum sur ces deux sujets, si je comprends bien, c'est ce que demandent les citoyens que vous encensez. C'est ce qu'ils demandent !

Élisabeth BORNE
Mais je ne les encense pas, je leur rends hommage, et je vous dis que moi je suis tout à fait favorable à inscrire dans la Constitution, avoir un référendum sur ces sujets.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah voilà ! Vous êtes favorable à avoir un référendum sur ces sujets. Je suis content que vous me le disiez, Élisabeth BORNE. Quand ? Vite maintenant, avant la fin de l'année 2020, un référendum, s'il y a référendum ?

Élisabeth BORNE
Alors, je vous redis que ce n'est pas moi qui vais décider, que ça ne s'organise pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non mais d'accord, mais s'il y a référendum, il faut que ça soit vite.

Élisabeth BORNE
Enfin, je pense qu'on a effectivement besoin d'un certain temps pour organiser un référendum, mais l'idée c'est de le faire au plus vite.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Avant la fin de l'année.

Élisabeth BORNE
Je ne suis pas une spécialiste de l'organisation des référendums, il faut aussi, parce que vous savez, et je pense que les citoyens, ça leur tient aussi à cœur. Qu'est-ce qu'on voit ? On voit que des citoyens ils ont eu l'occasion d'échanger avec des scientifiques, avec des experts, et ils nous disent : on a pris une claque, on a réalisé que quand on vous parle d'urgence climatique, d'urgence écologique, ça veut dire que oui la situation est très grave. Ils ont fait tout un chemin, et je pense que c'est important que les Français, qui ont conscience de l'urgence climatique, vous savez, quand on a comme l'an dernier une canicule, quand on a des agriculteurs qui subissent des sécheresses, puis ensuite des pluies diluviennes, je pense que tout le monde a conscience qu'il y a un problème avec le climat. Mais là, ces citoyens ils ont pu échanger, je vous dis, avec des experts et des scientifiques, et ils ont mesuré la gravité de la situation. Et je crois que c'est important que cette démarche, on prenne le temps de la voir avec tous les Français.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Élisabeth BORNE, donc il faut prendre le temps, mais organiser un référendum, vous me dites oui, et rapidement, peut-être avant la fin de l'année, nous verrons bien, mais pourquoi pas

Élisabeth BORNE
Absolument.

JEAN-JACQUES BOURDIN
J'ai bien résumé ?

Élisabeth BORNE
Tout à fait.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, d'accord. Donc référendum peut-être avant la fin de l'année. Bien. Regardons les mesures maintenant. Vitesse sur autoroute réduite à 110 km/h au lieu de 130. Vous êtes favorable à ça ?

Élisabeth BORNE
Je vais répondre sur cette mesure, mais je pense que ce qui est important, c'est de voir que ces citoyens, dont je redis qu'ils sont à l'image de nous tous, ils portent le fait que, avec lequel je suis totalement d'accord, que la transition écologique, ça suppose une transformation globale. Ça suppose d'agir dans toute notre économie, de transformer notre économie, et puis ça suppose…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Exactement. On va le voir à travers les mesures d'ailleurs proposées par ces citoyens.

Élisabeth BORNE
Et ça suppose aussi des changements de comportements individuels. De passer à la réparation plutôt que de jeter, de passer à des circuits courts…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Attendez attendez, je vais entrer, je commence avec les transports, avec l'automobile, vitesse sur autoroute réduite à 110 km/h, vous êtes favorable ou pas ?

Élisabeth BORNE
Alors, ce que je pense qu'il faut avoir en tête, parce qu'on peut se dire : mais pourquoi les citoyens à qui on a demandé de travailler sur le climat, viennent s'occuper de la vitesse sur les autoroutes. Eh bien si on baisse la vitesse, on réduit de 20% les émissions de gaz à effet de serre.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous y êtes favorable ou pas ?

Élisabeth BORNE
Dans le principe, du coup c'est vrai que c'est une mesure efficace pour le climat…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous y êtes favorable ou pas ?

Élisabeth BORNE
Moi, ce que je vous dis, c'est qu'on a bien en tête aussi, la réaction…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous y êtes favorable ou pas ? Je vais vous poser 10 fois la question, Élisabeth BORNE.

Élisabeth BORNE
Mais Jean-Jacques BOURDIN, je peux vous répondre…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ou non ?

Élisabeth BORNE
A titre personnel, oui, mais voyez, moi je ne prends pas tous les matins ma voiture pour faire 30 km aller-retour sur autoroute.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non mais je suis d'accord, Élisabeth BORNE, si je vous demande "à tire personnel", vous me dites : oui, j'y suis favorable.

Élisabeth BORNE
Oui, voilà, mais je pense que c'est important, sur des sujets comme ceux-là, de vérifier qu'il y a aussi une adhésion des Français, et de ceux qui sont directement concernés, ce n'est pas mon cas, je ne vais pas au travail en prenant ma voiture pour aller… en utilisant l'autoroute.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, alors, Élisabeth BORNE, prêt à taux zéro pour l'achat d'un véhicule propre. Augmentation du bonus pour les véhicules peu polluants tout en renforçant très fortement les malus pour ceux qui polluent, indemnité kilométrique indexée sur les émissions de CO2 de la voiture. Tout ça ce n'est pas mal comme mesures.

Élisabeth BORNE
Alors, ils vont tout à fait dans le sens de ce que moi je porte depuis le début du quinquennat, d'aider les Français à se déplacer, et de se déplacer en émettant moins de gaz à effet de serre. Il ne vous aura pas échappé qu'on a soutenu l'industrie automobile qui était en grande difficulté, on l'a fait, en voulant réorienter massivement vers des véhicules électriques. Donc effectivement il faut renforcer le bonus, c'est ce qu'on a fait, on va regarder si on peut aller plus loin sur la base des propositions de la Convention.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Tiens, au passage, les primes à la conversion, ça fonctionne très très bien, c'est un énorme succès ?

Élisabeth BORNE
C'est un énorme succès, je vous confirme qu'effectivement ces primes qui permettent de changer de voiture, de passer d'une voiture ancienne qui donc consomme beaucoup, d'essence ou de diesel, à un véhicule de dernière génération, qui émet moins de gaz à effet de serre, c'est effectivement un énorme succès. Le plan vélo est aussi un énorme succès, celui qui permet de réparer un vélo, c'est un énorme succès avec 200 000 Français qui ont déjà pu faire réparer leur vélo, et moi j'espère bien qu'on en aura un million d'ici la fin de l'année.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, fin des vols aériens intérieurs sur des trajets de moins de 4 heures, quand des alternatives beaucoup moins polluantes existent, je pense aux travaux évidemment. Alors là, à ce propos, je vois que Jean-Baptiste DJEBBARI annonce qu'il va prendre un arrêté pour empêcher que d'autres compagnies aériennes reprennent les lignes régionales d'AIR FRANCE, qui seraient contraintes de fermer.

Élisabeth BORNE
Alors, si on réexplique, vous avez vu qu'on soutient AIR FRANCE, parce qu'on n'allait pas laisser la compagnie faire faillite, mais qu'on a demandé à AIR FRANCE d'accélérer sa transition écologique et de réduire drastiquement les vols sur les liaisons où justement il y a une alternative ferroviaire, en moins de 2 heures 30 Eh bien si on demande ça à AIR FRANCE, ce n'est pas pour qu'une compagnie low cost vienne mettre en place une liaison à la place d'AIR FRANCE.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Evidemment.

Élisabeth BORNE
Donc c'est bien pour ça qu'on veut éviter que d'autres compagnies ne reprennent la place laissée par AIR FRANCE.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Un prix plancher pour les billets d'avion aussi ?

Élisabeth BORNE
Alors…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Pour éviter que les compagnies low cost proposent des billets à 15 € par exemple.

Élisabeth BORNE
Moi j'ai eu l'occasion…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est dommageable pour la transition écologique.

Élisabeth BORNE
J'ai eu l'occasion de le dire, je trouve que c'est très choquant quand on vend des billets à 15 €, il y en a même qui vendent des billets à 1 €, c'est faire croire aux gens qu'il n'y a pas de coût écologique du transport aérien…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, un prix plancher, c'est une bonne idée ?

Élisabeth BORNE
Je pense que dans le principe, moi je suis favorable à cette mesure.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Prix plancher, l'Autriche d'ailleurs le fait.

Élisabeth BORNE
Absolument.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien. Il y a d'autres sujets. Tiens, réduction de la TVA sur les billets de train. De 10 à 5,5%.

Élisabeth BORNE
Là aussi on voit bien l'intérêt de ce qui est proposé, c'est de dire qu'aujourd'hui, on vient de le dire, il y a des billets d'avion qui ne coûtent rien, donc ça n'est pas une bonne chose, et rendre le train attractif c'est vraiment ce pourquoi je me bats depuis le début du quinquennat, c'est tout à fait le sens de la réforme ferroviaire, de s'assurer aussi qu'on a des lignes ferroviaires qui sont en bon état et que ça permet aux Français de préférer le train. C'est d'autant plus important vous savez qu'aujourd'hui la SNCF nous dit que les réservations elles sont très basses pour l'été prochain, et moi je voudrais dire aux Français que le train c'est un bon moyen de déplacement, que c'est un transport très sûr, qu'il y a beaucoup de précautions qui sont prises, donc n'hésitez pas à prendre le train.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, Élisabeth BORNE, à propos des aéroports, interdire la construction de nouveaux aéroports et l'extension de ceux existants, c'est difficile comme mesure ça, interdire l'extension d'un aéroport.

Élisabeth BORNE
Alors, c'est des mesures qui sont en cohérence avec ce qui est proposé. Je pense qu'aujourd'hui, vous savez, le sujet c'est pas l'extension des aéroports, le transport aérien il est tombé à 3% de ce qu'il était l'an dernier, aujourd'hui on a du remonter à 10% , donc je pense qu'il n'y a pas urgence à faire des extensions d'aéroports.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui. La privatisation d'AEROPORTS DE PARIS, c'est abandonné où ça va être repris ?

Élisabeth BORNE
Eh bien je pense que vous voyez que les circonstances ne se prêtent pas vraiment à…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, pour l'instant, mais ça va être repris après ?

Élisabeth BORNE
Enfin, je pense que ce n'est pas le sujet des mois qui viennent.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non mais d'accord, mais est-ce que ça va être repris ?

Élisabeth BORNE
Eh bien écoutez, au-delà de 2020, on verra.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Nous verrons bien. Bon, je ne vais pas entrer dans tous les détails, mais moi j'avais envie de vous poser une question sur l'installation des entrepôts logistiques AMAZON. Est-ce que vous êtes favorable à un moratoire ?

Élisabeth BORNE
Je pense que là aussi c'est un sujet qui renvoie vraiment à nos choix de société. Vous savez, on l'a vu pendant le confinement, qu'on a eu une forte poussée sur ce commerce en ligne. Ce commerce en ligne, il faut aussi avoir en tête qu'il participe à la dévitalisation de nos centres-villes, aux difficultés que le petit commerce peut rencontrer en centre-ville, mais il y a des Français qui disent : eh bien écoutez, moi je n'ai pas de commerce à proximité, j'en ai besoin. Donc c'est un débat de société qu'il faut avoir.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais vous êtes… donc il faut avoir ce débat de société. Pas de moratoire. Non, je vous dis ça parce qu'il y a des députés qui ont déposé des propositions de loi demandant le moratoire sur l'installation de ces entrepôts.

Élisabeth BORNE
Ça renvoie à plusieurs sujets, d'abord celui du commerce en ligne, est-ce qu'on peut plutôt faire ses courses dans les commerçants à proximité ? Evidemment, moi je trouve que c'est mieux. On a aussi des Français qui nous disent : moi je n'ai pas de commerce à proximité de chez moi.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc pas de moratoire, vous n'êtes pas trop favorable au moratoire.

Élisabeth BORNE
Et puis, par ailleurs, dans l'installation de ces entrepôts, il y a une autre dimension, qui est du reste aussi regardée par les 150 citoyens, c'est la bétonisation des surfaces agricoles et des espaces naturels…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, j'ai vu ça.

Élisabeth BORNE
Et là, qu'il faille aussi lutter contre cette bétonisation, évidemment j'y sis favorable.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Changement obligatoire des chaudières au fuel, à charbon, d'ici 10 ans, contraindre propriétaires, occupants et bailleurs, à rénover les logements, aides à la rénovation d'ailleurs. Interdiction des terrasses chauffées ?

Élisabeth BORNE
Oui, je pense que c'est effectivement paradoxal de chauffer l'air.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous dites oui. Que vont devenir toutes ces mesures, là ?

Élisabeth BORNE
Alors, le président de la République, qui avait rencontré les 150 citoyens en janvier, et qui les revoit lundi prochain, aura l'occasion de répondre point par point, mais l'esprit c'est, on a des mesures, d'abord qui proposent des accélérations, d'accélérer la rénovation des bâtiments, d'accélérer les investissements dans le ferroviaire, d'accélérer sur les voitures électriques, vous voyez bien que toutes ces propositions elles ont vocation à alimenter le plan de relance sur lequel on est en train de travailler. Ensuite, le président avait dit que, si des propositions étaient abouties, en particulier comme l'ont fait les citoyens, des rédactions, des textes rédigés, alors ces propositions avaient vocation à être transmises au Parlement, pour continuer le travail législatif, ou à être soumises à référendum, donc sur chacune des mesures le président pourra leur répondre, lundi prochain, sur la suite qui va être donnée à ces propositions.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc il y a des mesures, là, qui vont être soumises au Parlement, adoptées ou pas adoptées, c'est ça ? Je me mets à la place du citoyen, pour que le citoyen comprenne bien.

Élisabeth BORNE
Je vous confirme qu'il y a des mesures qui ont été proposées, qui vont être transmises au Parlement, sans filtre, comme l'engagement avait été pris, et qui vont évidemment être débattues au Parlement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce qu'il est possible de prendre des décrets aussi, pour faire appliquer certaines de ces mesures très vite ?

Élisabeth BORNE
Il y a aussi des mesures qui relèvent du décret, moi je n'ai pas fait l'échenillage cette nuit, mais je peux vous assurer qu'il y a des décrets, des mesures législatives, et qu'évidemment on a à cœur… enfin, vous savez, moi j'ai échangé à plusieurs reprises avec les citoyens de la Convention, évidemment ils ont à cœur que tout ce travail qu'ils ont fourni, ait bien une suite, et je peux vous assurer que le président de la République, et le gouvernement, entend bien cette attente.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Dernière chose. Est-ce que le déploiement de la 5G sera retardé ?

Élisabeth BORNE
Ce que je pense important c'est que, là aussi, on donne les éléments aux Français pour ne pas…enfin, qu'ils ne soient pas inquiets et qu'on ait bien les évaluations des impacts sur la santé et l'environnement de cette nouvelle technologie, donc je pense que c'est bien, et c'est ce que j'ai eu l'occasion, avec Olivier VERAN, d'exprimer au Premier ministre, c'est bien d'avoir les résultats de cette étude au moment où démarrera…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il vous a dit oui, le Premier ministre vous a répondu ?

Élisabeth BORNE
Je n'ai pas encore la réponse.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci Élisabeth BORNE d'être venue nous voir ce matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 23 juin 2020