Interview de Mme Annick Girardin, ministre de la mer, à France Inter le 17 juillet 2020, sur le périmètre de son action, la pêche maritime, les éoliennes marines, la zone économique exclusive et la sécurité maritime.

Texte intégral

AMELIE PERRIER
Et c'est un tout nouveau ministère ou plutôt la renaissance d'un ministère qui avait disparu ces dernières années, le ministère de la Mer, conduit aujourd'hui par Annick GIRARDIN. Bonjour Madame la ministre.

ANNICK GIRARDIN
Bonjour !

AMELIE PERRIER
Il n'y avait pas eu de ministère de la Mer depuis trente ans !

ANNICK GIRARDIN
Ça fait trente ans qu'on n'a pas effectivement de ministère de la Mer en propre même s'il y a eu des stratégies maritimes portées par les différents gouvernements. C'était une volonté du monde économique ; c'était un engagement du président de la République aux dernières assises à Montpellier devant l'ensemble des acteurs ; c'est aujourd'hui chose faite. Et pour celle qui a souvent proposé ce ministère, eh bien, je suis très honorée de porter ce combat maritime, de la stratégie maritime qui est multiple.

AMELIE PERRIER
Vous qui étiez jusque-là aux Outre-mer. Alors, on va tenter de cerner le périmètre de votre action, il y a priori trois objectifs environnemental, économique et social, stratégiques. Commençons par le défi environnemental. Est-ce que vous n'allez pas marcher sur les pieds de Barbara POMPILI, la ministre de la Transition écologique ?

ANNICK GIRARDIN
Alors le choix du Premier ministre c'est dans cette stratégie maritime qui est en place maintenant depuis trois ans de lui donner un portage politique unifié ; bien sûr, plusieurs ministres interviennent sur le secteur maritime et c'est ensemble que nous allons le faire. Alors il y a des missions qui sont confiées directement à ce nouveau ministère de la Mer qui concernent effectivement la pêche, la navigation, la sécurité la formation, la plaisance, les activités nautiques et puis il y a ce qu'on va faire on partenariat. Vous citiez effectivement Barbara POMPILI, sur la question de l'environnement, sur la protection du littoral, sur les aires marines protégées, tous ces sujets, nous allons les porter ensemble, on se connaît bien. On a déjà eu l'occasion de se voir ensemble comme d'ailleurs plusieurs ministres ; il y a 8 ministres en tout qui doivent travailler avec la ministre des Outre-mer pour qu'on soit le plus efficace possible, c'est ce que nous a demandé le président de la République et le Premier ministre …

AMELIE PERRIER
Avec la ministre de la Mer !

DOMINIQUE SEUX
De la Mer !

ANNICK GIRARDIN
De la Mer, pardon !

AMELIE PERRIER
Le lapsus est révélateur !

ANNICK GIRARDIN
J'ai laissé "l'outre" et j'ai gardé la "mer" ! Et véritablement, il faut qu'on soit efficace. Le Premier ministre nous l'a demandé, on a moins de 600 jours, eh bien, en moins de 600 jours avec les acteurs, il faut faire deux choses de manière urgente : le plan de relance. Qu'est-ce que de la stratégie maritime on retient pour ce plan de relance sur les deux années qui viennent ? Et puis quels sont les différentes urgences avec l'ensemble des secteurs puisqu'ils sont nombreux ?

AMELIE PERRIER
Dans quel état environnemental est la mer aujourd'hui et notre espace maritime aujourd'hui ?

ANNICK GIRARDIN
Alors, l'espace maritime bien sûr, on a de nombreuses missions et rapports qui nous parlent de cette grande inquiétude de pollution marine mais ce que je voudrais dire ici aux Français parce que les Français sont nombreux à vivre sur le littoral, qu'ils soient dans l'Hexagone ou qu'ils soient dans les territoires ultramarins, que cette pollution, elle est d'abord terrestre, c'est la responsabilité de tous et il faut que nous puissions dans ce temps qui reste, dans ces moins de 600 jours, faire avec les Français que cette mer, elle soit moins polluée et c'est un de mes objectif également.

AMELIE PERRIER
Concrètement, quelle seront vos premières mesures là-dessus ?

ANNICK GIRARDIN
Concrètement, il y a des maires dans le centre de la France qui ont mis au-dessus d'une bouche d'égout "ici, commence effectivement la protection des océans", eh bien, ce sont des actions comme ça avec les territoires …

AMELIE PERRIER
Ça suffit, ça, de mettre une affiche ?

ANNICK GIRARDIN
Mais non bien sûr mais ce que je veux dire, c'est que chacun a une part de responsabilité, il n'y a pas que ceux qui vivent en mer ou ceux qui travaillent en mer qui polluent effectivement les océans. Ce sont davantage effectivement …fait par rapport au littoral et à ce que l'on fait à terre mais je crois que ce qui est important, c'est ça, c'est comment les Français mais comment plus largement d'ailleurs on aime la mer et on a envie de la protéger et pour ça, il faut de la pédagogie, il faut que la mer entre davantage encore à l'école et on va le faire avec le ministre de l'Education au-delà bien sûr de l'enseignement maritime qui a ses propres établissements.

AMELIE PERRIER
Il y a des enjeux économiques et sociaux aussi, vous le disiez, c'est 400 000 emplois, je crois, en ce qui vous concerne.

ANNICK GIRARDIN
Alors, c'est 400 000 emplois effectivement …

AMELIE PERRIER
C'est vous qui gérez les pêcheurs maintenant ou ça reste la ministre de l'Agriculture. Comment se fait l'arbitrage ?

ANNICK GIRARDIN
C'était compliqué d'avoir un ministère de la Mer sans la pêche pour la fille de marin que je suis, pour celle qui a toujours porté les combats de la pêche, je viens d'un territoire, Saint-Pierre-et-Miquelon, qui est un territoire qui a souffert de la surpêche …

AMELIE PERRIER
Vous avez été la députée longtemps…

ANNICK GIRARDIN
… qui se relève ailleurs encore difficilement de cette crise économique puisque c'était une mono-industrie. J'ai à cœur de défendre effectivement le plus les pêcheurs, on sait qu'on va rentrer dans un moment difficile avec le Brexit avec les négociations pêche, qu'on va avoir aussi bien sûr à porter des sujets importants au niveau européen et donc la pêche pour moi, c'était important qu'on puisse la gérer en direct.

AMELIE PERRIER
Donc maintenant, c'est chez vous, ce n'est plus au ministère de l'Agriculture ?

ANNICK GIRARDIN
Et la pêche, eh bien, vous avez dû le remarquer dans le titre de mon collègue, Julien DENORMANDIE, qui travaillera également avec moi sur les questions notamment alimentaires puisque dans l'alimentation, on a une grande partie des produits de la mer et je crois que c'est là où nous avons des complémentarités à avoir, c'est ça l'efficacité. Vous savez moi, je fais que de la coproduction, du travail co-construit avec mes collègues mais aussi avec les territoires puisque nous avons effectivement aujourd'hui 975 communes du littoral dans l'Hexagone et dans les territoires ultramarins, il faut aussi travailler avec les élus, les départements, les régions bien sûr, chacun est investi sur ces sujets.

AMELIE PERRIER
Les complémentarités parfois, elles sont compliquées puisque par exemple, eh bien, les enjeux économiques peuvent heurter les enjeux environnementaux. Comment vous allez développer l'économie tout en préservant l'environnement ? Je pense, par exemple, au développement des éoliennes maritimes, vous êtes pour ou contre ces grands champs d'éoliennes maritimes aujourd'hui ?

ANNICK GIRARDIN
Alors, je suis pour mais il faut qu'on travaille davantage sur comment effectivement ces éoliennes sont aussi des lieux où un écosystème peut repartir, comment on les protège en même temps …

AMELIE PERRIER
Il y a beaucoup de pêcheurs qui sont contre …

ANNICK GIRARDIN
Oui, il y a un débat à avoir

AMELIE PERRIER
Ça les gêne quand même !

ANNICK GIRARDIN
Vous savez, il ne faut pas opposer les utilisateurs de la mer et chacun d'ailleurs protège …

AMELIE PERRIER
Ils n'ont pas toujours les mêmes intérêts !

ANNICK GIRARDIN
Ils n'ont pas toujours les mêmes intérêts mais le président de la République a donné deux priorités : il y a effectivement l'environnement, l'écologie, la lutte contre le climat, la biodiversité, enfin contre le dérèglement du climat, la biodiversité, c'est important et chacun doit s'en saisir et puis, on a un deuxième grand défi, c'est l'emploi, le développement économique et l'emploi. Et c'est deux défis qu'il faut porter là aussi dans les stratégies maritimes en accompagnant effectivement et notamment avec le plan de relance l'ensemble des secteurs, il faut le faire intelligemment. Vous savez, j'ai participé à la négociation de la COP21 ici à Paris, de cet accord de Paris, j'étais la voix des États insulaires puisque à l'époque j'étais secrétaire d'État au Développement et la Francophonie, je crois qu'on sait et on peut travailler ensemble et je crois aussi que la France qui a le deuxième domaine maritime, presque 11 000 kilomètres carrés a une responsabilité, une responsabilité nationale, européenne et internationale et elle doit porter des initiatives beaucoup plus fortes avec l'ensemble de l'écosystème.

AMELIE PERRIER
Justement parlons de cette politique maritime, c'est une des grandes ambitions de votre ministère, la France, elle a la deuxième zone économique exclusive mondiale, il y a des puissances qui menacent nos eaux territoriales aujourd'hui ?

ANNICK GIRARDIN
Alors, on sait que le défi maritime, c'est celui du siècle que nous vivons, on sait que ces espaces maritimes sont convoités, on le sait bien sûr à travers la colonne d'eau et ce que contient cette colonne d'eau, on le sait par rapport aux fonds marins, on le sait aussi par rapport…

AMELIE PERRIER
Au sous-sol …

ANNICK GIRARDIN
…par rapport aux câbles aussi également qui sont aujourd'hui maritimes, il y a effectivement des risques d'affrontements en mer aujourd'hui. La France a un rôle important à jouer dans cet apaisement dans ce travail collectif, dans ces initiatives fortes que l'on doit porter notamment en haute mer.

AMELIE PERRIER
Et par exemple, la France vient de récupérer le plateau continental, c'est au large de La Réunion, la France va devoir protéger le sol et le sous-sol de cette zone à côté de La Réunion parce qu'elle est menacée ?

ANNICK GIRARDIN
Nous avons un grand programme EXTRAPLAC qui concerne effectivement l'ensemble de nos océans ; la France a cette chance, nous sommes sur les 3 océans grâce aux territoires d'Outre-mer et donc au-delà des ZEE, nous avons effectivement une possibilité de revendications de ce qu'on appelle le plateau, le plateau continental qui donne encore davantage de responsabilités – c'est comme ça qu'il faut le dire –d'opportunités extraordinaires mais aussi de responsabilités. Donc une protection bien sûr marine.

AMELIE PERRIER
Autre conflit territorial, les pêcheurs français qui veulent aller pêcher dans les eaux britanniques après le Brexit, vous négociez aussi ce dossier ?

ANNICK GIRARDIN
Alors, ce sera un dossier dont je m'occuperai effectivement puisque la pêche, elle est …

AMELIE PERRIER
Et vous avez des marges de manœuvre ?

ANNICK GIRARDIN
…est dans ce ministère. Ecoutez, les négociations, elles sont en cours. La France a toujours fait le choix, le président Emmanuel MACRON a fait le choix d'avoir effectivement … que l'Europe traite la question du Brexit, se refusant à avoir pour l'instant effectivement des négociations avec le Royaume-Uni et donc nous allons pouvoir travailler sur ces questions au niveau européen.

AMELIE PERRIER
Et un dernier mot sur les cyber-attaques maritimes, c'est aussi un danger, vous allez aussi devoir vous occuper de ça. Apparemment, les ports et les navires sont la cible aujourd'hui de pirates informatiques. En quelques mots ?

ANNICK GIRARDIN
La question de la souveraineté est partagée bien entendu, ce n'est pas le ministère de la Mer qui traitera ces sujets, seul mais là encore, la question de la souveraineté, j'y suis associée et nous allons y travailler. La sécurité en mer est indispensable.

AMELIE PERRIER
Merci beaucoup Annick GIRARDIN d'être venue au micro de France Inter ce matin ; je rappelle que vous êtes la toute nouvelle ministre …

ANNICK GIRARDIN
Peut-être si vous permettez un dernier mot parce que personne ne l'a fait pendant le confinement.

AMELIE PERRIER
Très rapidement !

ANNICK GIRARDIN
Je voudrais juste dire que les marins, les armateurs, ceux qui travaillent sur les ports, ils ont été aussi en première ligne, ils sont encore pour faire que la France soit ravitaillée puisqu'on a 90% de ce que nous avons sur notre pays qui arrive par la mer !

AMELIE PERRIER
Merci Annick GIRARDIN, belle journée à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 juillet 2020 
 

Thématiques :