Interview de M. Bruno Le Maire, ministre de l'économie, des finances et de la relance, à BFM TV le 4 septembre 2020, sur la politique économique du gouvernement.

Texte intégral

JEAN-JACQUES BOURDIN
Notre invité ce matin, Bruno LE MAIRE, bonjour.

BRUNO LE MAIRE
Bonjour Jean-Jacques BOURDIN.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ministre de l'Economie et de la Relance, nous allons y revenir. Où en est l'économie française ce matin, quels sont les derniers chiffres ?

BRUNO LE MAIRE
Elle va mieux qu'il y a quelques mois. On a des chiffres qui sont plutôt positifs, et des indicateurs qui montrent que nous sommes dans la bonne direction, que les mesures que nous avons prises, depuis plusieurs mois, sont efficaces. La consommation, elle a redémarré en mai, en juin, en juillet, nous venons d'avoir le chiffre de la TVA pour le mois d'août, 15,5 milliards d'euros de recettes, c'est 0,7 milliards de plus qu'en août 2019, donc c'est un chiffre très tangible pour montrer que la consommation redémarre. La confiance des entrepreneurs, elle n'est pas au plus haut bien entendu, mais elle se redresse progressivement. Donc, nous avons des indicateurs qui sont positifs, qui montrent que c'était le bon moment pour annoncer le plan de relance et accélérer encore la reconstruction de l'économie française.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Estimation de la croissance pour 2020.

BRUNO LE MAIRE
Je pense que nous ferons mieux que les -11% de récession que j'ai annoncés…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire ?

BRUNO LE MAIRE
Je ne vais pas donner de chiffre ce matin, je resterai prudent parce qu'il y a beaucoup d'incertitudes internationales, l'élection américaine, le Brexit…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Moins de 10% ?

BRUNO LE MAIRE
Je resterai très prudent, et je ne veux pas faire croire aux Français qu'après une crise économique, qui est la plus brutale que nous ayons connue depuis 1929, en quelques semaines tout va aller mieux, je veux juste leur dire nous sommes dans la bonne direction, nous allons y arriver, nous aurons probablement une récession un peu moins forte que prévu, je dis bien un peu, en 2020, et avec le plan de relance, que nous venons de mettre sur la table, nous pouvons d'ici 2 ans, début 2022, avoir dépassé la crise.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors justement, quelles sont vos prévisions pour la croissance 2021-2022 ?

BRUNO LE MAIRE
L'objectif c'est d'avoir un chiffre de croissance en 2021 qui soit puissant, je ne vais pas là aussi donner de chiffre, tout ça doit être réévalué au fur et à mesure…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous avez un objectif quand même !

BRUNO LE MAIRE
L'objectif c'est qu'en 2022 nous ayons retrouvé le même niveau de développement économique qu'avant la crise, et sur la base d'une économie profondément transformée, c'est-à-dire plus respectueuse de l'environnement, plus décarbonée, et plus compétitive, c'est-à-dire capable de mettre sur la table de nouveaux produits qui nous permettent de renforcer la puissance économique française.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Nous allons entrer dans le plan de relance, Bruno LE MAIRE. Deux questions. D'abord, est-il vrai que, tous les matins, vous consultez le montant des dépenses des Français par carte bancaire, c'est vrai ?

BRUNO LE MAIRE
Je vous confirme que je suis la consommation des Français au plus près, parce que si nous voulons que la relance réussisse, pour que le plan de relance soit exécuté, dépensé, moi ma responsabilité c'est de dépenser vite et de dépenser bien ces 100 milliards d'euros, mais il faut aussi que les Français consomment, ils ont commencé à le faire cet été…

JEAN-JACQUES BOURDIN
J'allais vous en parler.

BRUNO LE MAIRE
Ils l'ont fait sur certains produits comme les véhicules, on voit bien que les ventes de voitures, grâce aux primes que nous avons mises en place, ont très bien marché, notamment au mois de juin, et maintenant il faut que toute la consommation redémarre et que les Français retrouvent confiance…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Que la consommation redémarre et que vous alliez chercher cette épargne des Français.

BRUNO LE MAIRE
Exactement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Combien, on en est à combien, combien les Français ont-ils épargné entre février et cet été ?

BRUNO LE MAIRE
Ils ont mis de côté, depuis le début de la crise, 85 milliards d'euros sur les Livret A, Livret de développement durable, et maintenant même les comptes courants, on voit une forte augmentation des dépôts sur les comptes courants. Qu'est-ce que ça veut dire ? Que les Français sont inquiets pour l'avenir, et donc ils mettent de côté de l'épargne de précaution. Ce que je tiens à leur dire, à tous ceux qui nous écoutent, c'est que la meilleure façon de se protéger aujourd'hui, bien sûr qu'il faut toujours garder un peu d'épargne, mais c'est de consommer, c'est de consommer dans l'économie française, c'est de refaire démarrer notre économie.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui mais Bruno LE MAIRE, tous les pays d'Europe, enfin beaucoup de pays d'Europe, ont encouragé leurs citoyens à consommer. Comment ? Eh bien en baissant, par exemple, temporairement la TVA. C'est un choix que nous n'avons pas fait, pourquoi ?

BRUNO LE MAIRE
Non, c'est un choix que nous n'avons pas fait et que nous ne ferons pas.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Pourquoi ?

BRUNO LE MAIRE
Pour une raison qui est très simple, nous avons le taux de TVA moyen le plus faible, pu parmi les plus faibles, de tous les pays de l'OCDE… beaucoup de taux de TVA réduits. Donc, qu'est-ce qu'on fait ? Vous baissez la TVA sur un produit, je ne suis pas sûr que ça incite beaucoup à la consommation, en revanche ça coûte très cher pour les finances publiques, et c'est de l'argent qui aurait pu être mieux employé, par exemple sur le soutien à l'industrie, sur le soutien au ferroviaire, sur d'autres politiques, ou sur le soutien à l'emploi, donc je ne pense pas que ce soit la bonne mesure. Mais nous avons pris des mesures de soutien à la demande, regardez les primes à la conversion pour les véhicules, regardez la prime de 7000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique, ça a marché, les Français ont dépensé de l'argent et ont acheté des véhicules. La seule chose qui compte à mes yeux…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Cette prime sera prorogée, sera dans le temps ?

BRUNO LE MAIRE
La prime sera prorogée sur le véhicule électrique, sur le véhicule hybride rechargeable…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Même chose ?

BRUNO LE MAIRE
…Une prime de 2000 euros qui a été mise en place.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Prorogée en 2021 ?

BRUNO LE MAIRE
Elle sera prolongée en 2021, avec des montants qui seront différents, je le dis tout de suite…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Plus importants, moins importants ?

BRUNO LE MAIRE
Ils ne seront pas plus importants, puisqu'il y avait eu un effet démarrage…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ils seront moins importants donc.

BRUNO LE MAIRE
Mais il y aura toujours, en 2021, des primes sur les véhicules électriques, très significatives, sur les véhicules hybrides rechargeables, très significatives, d'autant plus que nous en produisons beaucoup en France, prenez les véhicules 3008, par exemple de PSA, ils sont produits en France, c'est légitime que nous les soutenions. Mais si nous voulons que les Français dépensent leur épargne, il y a une condition sine qua none, c'est que nous leur garantissions qu'il n'y aura aucune augmentation d'impôts.

JEAN-JACQUES BOURDIN
J'allais y venir.

BRUNO LE MAIRE
Parce que si les Français se disent…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Garanti pour combien de temps ?

BRUNO LE MAIRE
Garanti pour le temps où je suis ministre de l'Economie et des Finances, ça ne dépend pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Tant que vous serez ministre de l'Economie, et des Finances, il n'y aura pas d'augmentation d'impôts en France ?

BRUNO LE MAIRE
Tant que je serai ministre de l'Economie, des Finances, et la Relance, il n'y aura pas d'augmentation d'impôts en France, c'est l'engagement que j'ai pris à plusieurs reprises devant les Français, qui a été confirmé par le Premier ministre et pas le président de la République, c'est un choix stratégique. L'OCDE vient de donner les derniers chiffres, nous avons l'un des taux de prélèvements obligatoires les plus élevés de tous les pays développés au monde, donc la seule politique qui vaille c'est celle qui permet de relancer notre économie, développer l'emploi dans les entreprises, et baisser les impôts des ménages, comme des entreprises. Nous avons maintenu les baisses d'impôts, nous allons supprimer la taxe d'habitation pour tous les ménages d'ici 20023, nous allons ramener le taux d'impôt sur les sociétés à 25% pour toutes les entreprises d'ici 2022. Augmenter les impôts, Jean-Jacques BOURDIN, je vais vous dire, c'est une facilité, une facilité à laquelle ont cédé quasiment tous les gouvernements depuis des décennies, nous, nous refusons cette facilité, nous préférons relancer l'économie…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Faciliter, c'est trouver de la recette.

BRUNO LE MAIRE
Mais la recette…

JEAN-JACQUES BOURDIN
De la recette fiscale, Bruno LE MAIRE.

BRUNO LE MAIRE
La recette, Jean-Jacques BOURDIN, la recette fiscale je préfère l'avoir…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est la consommation la recette fiscale…

BRUNO LE MAIRE
Je préfère l'avoir avec la consommation, la TVA qui augmente, je préfère l'avoir avec le retour sur les sociétés parce que les entreprises auront redémarré, plutôt que d'aller toujours piocher dans les bas de laine des Français.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous allez baisser aussi les impôts de production…

BRUNO LE MAIRE
De 10 milliards d'euros par an.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, de 10 milliards d'euros par an sur 2 ans, 20 milliards. Renforcer les fonds propres des entreprises, notamment des petites entreprises, TPE, PME, les ETI, important aussi, mais quand même, à propos des PME et des TPE, vous savez que j'y suis très attaché…

BRUNO LE MAIRE
Moi aussi.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les PGE, les fameux Prêts Garantis par l'Etat, aujourd'hui ça a permis de sauver de très nombreuses entreprises….

BRUNO LE MAIRE
Bien sûr.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais elles vont se retrouver devant un mur de dettes ces entreprises. Comment faire et que faire, que va faire l'Etat ?

BRUNO LE MAIRE
Je vais être très concret parce que je sais que c'est un sujet d'inquiétude pour les centaines de milliers d'entrepreneurs qui ont souscrit un Prêt Garanti par l'Etat, ça a remarquablement marché, 120 milliards d'euros. 120 milliards d'euros.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, je sais, ça a permis de sauver tant d'entreprises et tant d'emplois.

BRUNO LE MAIRE
Montant moyen, 200.000 euros. Qu'est-ce que ça veut dire ? Que ceux qui en ont principalement profité c'est les PME, c'est les TPE ? C'est les indépendants, c'est des petites structures. Vous avez un restaurant, dans ma circonscription, à Damville dans l'Eure, vous avez emprunté 70, 80.000 euros à 0,25%, c'est-à-dire à prix coûtant puisque 0,25 c'est le coût de la garantie de l'Etat, ce n'est pas le taux d'intérêt, c'est le coût de la garantie de l'Etat, et puis vous vous apercevez que les clients ne sont pas revenus, et que vous n'allez pas pouvoir rembourser votre prêt, et donc il faut allonger ce prêt, que vous avez souscrit pour 1 an, pour 2 ans, 3 ans, 4 ans, vous avez une seule inquiétude, c'est le taux d'intérêt. Je veux garantir à tous les entrepreneurs qui ont souscrit un Prêt Garanti par l'Etat que le taux qu'ils auront lorsqu'ils étendront la durée de leur prêt sera le plus réduit possible et le plus attractif possible. J'ai indiqué…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça veut dire quoi le plus réduit, le plus attractif ?

BRUNO LE MAIRE
J'avais donné une fourchette de taux entre 1 et 3%, je suis en négociation avec la Fédération bancaire française pour aller encore un tout petit peu plus loin dans cette fourchette de taux…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire ?

BRUNO LE MAIRE
C'est-à-dire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Entre 1 et 2.

BRUNO LE MAIRE
C'est-à-dire entre 1 et 2,5 par exemple, ce serait formidable si nous arrivions à une fourchette de taux, pour la prolongation de ces Prêts Garantis par l'Etat, jusqu'à 5 ans, entre 1 et 2,5%. J'apporte deux précisions, deux précisions importantes. La première c'est que les chiffres que je vous annonce incluent le coût de la garantie de l'Etat, qui peut représenter 1 point sur les 2, c'est-à-dire quasiment la moitié du taux, il faut juste réaliser qu'il y a cette garantie de l'Etat qui a un coût, pour tous ceux qui nous disent c'est encore trop, il y a le coût de la garantie de l'Etat. La deuxième chose, très importante, c'est que dans le cadre d'un Prêt Garanti par l'Etat il ne peut pas y avoir de sûreté prise sur les biens de l'entrepreneur, c'est l'énorme différence par rapport à un prêt classique, si jamais l'entrepreneur est en grande difficulté, on ne peut pas aller récupérer ses biens…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On n'ira pas toucher ses biens personnels.

BRUNO LE MAIRE
C'est donc une protection forte que nous leur assurons.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je crois que c'était important de préciser tout ça…

BRUNO LE MAIRE
C'est absolument essentiel pour les entrepreneurs.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est essentiel, mais je le sais, je le sais, je les entends, je les écoute, je les rencontre. Bruno LE MAIRE, dans le plan il y a 30 milliards consacrés à la transition écologique, c'est très intéressant, avec la rénovation énergétique des bâtiments publics, avec aussi cette prime Rénov, MaPrimeRénov, pour les particuliers. Quel sera le montant de cette prime, et quand pourrons-nous commencer à envisager des travaux de rénovation thermique ?

BRUNO LE MAIRE
MaPrimeRénov elle est déjà accessible à tous les ménages modestes, pour le moment. A partir du 1er janvier…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, aujourd'hui, mais est-ce qu'elle sera étendue à tous les ménages ?

BRUNO LE MAIRE
Elle va être étendue, c'est un choix que nous avons fait, avec le Premier ministre et le président de la République, à tous les ménages. Pourquoi ? Parce que c'est la meilleure façon de relancer l'économie, et ça vous montre aussi comment nous avons préparé ce plan depuis des mois, avec mes équipes et avec les autres ministères, avec Barbara POMPILI, avec Elisabeth BORNE…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Quel montant ?

BRUNO LE MAIRE
Nous avons regardé avec le secteur du bâtiment, on leur a dit "mais écoutez, pour le huitième et neuvième décile, c'est-à-dire les gens qui sont plus aisés, est-ce que MaPrimeRénov c'est vraiment nécessaire ?", nous on a dit il faut peut-être le limiter uniquement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Moduler…

BRUNO LE MAIRE
Moduler, ou limiter aux ménages modestes. La Fédération du bâtiment nous a dit « mais vous savez, 50 % des travaux sont faits par les huitième et neuvième déciles, donc si vous excluez les personnes plus aisées du bénéfice de cette prime, ça ne marchera pas. » Donc, parce que nous voulons que ça marche, parce que nous voulons que les travaux démarrent, démarrent dans toute la France, démarrent vite, et qu'il y ait une vraie rénovation énergétique, en profondeur, du plus grand nombre de bâtiments en France, nous avons décidé que la prime Rénov, à partir du 1er janvier 2021, serait ouverte à tous les Français, qu'elle serait aussi ouverte aux propriétaires bailleurs, alors qu'elle ne l'était pas avant…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Quel sera le montant de cette prime ?

BRUNO LE MAIRE
Elle sera jusqu'à 20.000 euros à peu près, ça dépend là aussi de votre niveau de revenu, mais elle pourra aller jusqu'à 20.000 euros. Nous l'avons ouverte aux propriétaires bailleurs, c'est-à-dire si vous avez acheté un logement, que vous le louez, avant vous ne pouviez pas faire des travaux de rénovation avec le soutien de l'Etat, vous pourrez faire ces travaux avec le soutien de l'Etat. On l'a ouvert aux syndics de copropriété, c'est très intéressant, parce que quand vous avez un immeuble, si vous ne faites que les fenêtres, mais vous ne faites pas les combles, parce que les fenêtres c'est votre appartement, donc vous faites la rénovation, mais les combles c'est collectif, donc personne ne veut le faire, nous avons le bénéfice de MaPrimeRénov aux syndics de copropriété pour qu'on puisse rénover les combles, faire une rénovation globale, en profondeur, plus efficace pour l'environnement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, j'insiste sur la transition écologique, il y a ce plan hydrogène…

BRUNO LE MAIRE
Essentiel aussi.

JEAN-JACQUES BOURDIN
De 7,2 milliards sur 10 ans, 2 milliards dans l'immédiat. Alors, j'ai vu que d'autres pays d'Europe avaient fait la même chose, l'Allemagne, le Portugal, l'Allemagne 9 milliards, le Portugal 7 milliards, c'est une course à l'hydrogène, mais l'hydrogène ce n'est pas pour tout de suite, il va falloir un certain temps avant que nous roulions à l'hydrogène tous, tous, peut-être un jour, sait-on jamais !

BRUNO LE MAIRE
C'est, de toute évidence…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je rappelle que c'est une façon…

BRUNO LE MAIRE
Le vecteur d'énergie le plus prometteur de l'avenir.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, et ça permet de stocker l'électricité.

BRUNO LE MAIRE
Exactement, ça permet de stocker l'électricité dans les piles à combustible et ensuite d'avoir le moins d'émissions de CO2 possible. Nous avons fait un choix absolument stratégique, en tirant les leçons des erreurs du passé. Dans le passé, souvenez-vous, on disait les panneaux solaires c'est formidable, donc il faut subventionner l'électricité produite par les panneaux solaires, et nous avons mis des milliards d'euros pour subventionner des panneaux solaires chinois…

JEAN-JACQUES BOURDIN
A tort donc.

BRUNO LE MAIRE
Parce que nous avons subventionné la production d'électricité par les panneaux solaires, pas la construction de panneaux solaires français, en France, par des industriels et des ouvriers français, nous avons tiré les leçons de cette erreur, et nous avons mis 7 milliards d'euros pour développer notre propre filière industrielle d'hydrogène. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire nos propres réservoirs, ça veut dire nos propres piles à combustible, ça veut dire nos propres installations d'électrolyse, ce qui permet de séparer l'hydrogène de l'oxygène et de produire de l'hydrogène vert. Nous voulons être indépendants, pas en fourniture d'hydrogène, en production d'hydrogène, c'est toute la différence, et donc nous allons d'abord développer l'utilisation de l'hydrogène dans les industries, c'est aujourd'hui là où c'est le plus utilisé, puis développer ça dans des usages de transport, ça va être des véhicules utilitaires légers d'abord, ça va être des bus, ça va être des trains, et avec des objectifs encore plus ambitieux, 2035, un avion à hydrogène produit en Europe avec des composants français.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, Bruno LE MAIRE, ce plan de relance est en fait un plan d'investissements, vous serez d'accord avec moi ?

BRUNO LE MAIRE
Oui, c'est un plan d'investissements, tout à fait.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est un plan d'investissements…

BRUNO LE MAIRE
Pour préparer la France de 2030.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Pour préparer la France. Alors, dans les transports, vous venez d'en parler, on va encourager les trains de nuit, le fret ferroviaire gros effort, les petites lignes aussi, le vélo aussi…

BRUNO LE MAIRE
Nous allons effectivement rouvrir les trains de nuit, ce qui est propice au rêve.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Plusieurs trains de nuit ou… ?

BRUNO LE MAIRE
Au moins on va démarrer par le Paris-Nice, qui est une ligne qui est intéressante pour ouvrir un train de nuit, ensuite il faut garantir qu'il y ait un minimum d'équilibre économique dans ces trains de nuit, mais la première ligne qui est envisagée c'est le Paris-Nice.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est le Paris-Nice, bien. Compétitivité, réarmement industriel de la France, c'est aussi l'un des objectifs de ce plan de relance, 35 milliards, j'en ai parlé tout à l'heure, les baisses d'impôts de production, enfin etc., etc. Il y a l'emploi aussi, emploi, gros effort aussi, 35 milliards consacrés à l'emploi, l'emploi des jeunes, la formation aussi, les apprentis, enfin des primes, 4000 euros, c'est cela, si on engage un apprenti, 4000 euros si on engage un moins de 26 ans ?

BRUNO LE MAIRE
Non, non, 8000 euros sur un apprenti de plus de 18 ans, 5000 sur un apprenti de moins de 18 ans, et effectivement une prime de 4000 euros pour tout jeune embauché en CDI jusqu'à 26 ans. Donc, vous voyez, on fait le maximum pour soutenir l'emploi des jeunes.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais sans contreparties Bruno LE MAIRE.

BRUNO LE MAIRE
Mais, la contrepartie c'est l'emploi, c'est ça la première des contreparties.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire que la prime sera versée, en plusieurs fois dans l'année ?

BRUNO LE MAIRE
C'est-à-dire que si vous embauchez un jeune, pour 1 an, en CDI, jusqu'à 26 ans, vous avez 4000 euros, et que les entrepreneurs qui nous écoutent comprennent la responsabilité qui est la leur. Il y a des centaines de milliers de jeunes aujourd'hui qui sortent de leurs études, qui sortent de CFA, qui sont inquiets, nous mettons des dispositifs à leur disposition, ils sont déjà disponibles, on ne va pas attendre le 1er janvier 2021, ils sont disponibles. Aujourd'hui, 4 septembre, au moment où je vous parle, vous embauchez, vous êtes entrepreneur du bâtiment dans la Creuse, vous embauchez un jeune apprenti de moins de 18 ans, 5000 euros de prime, de plus de 18 ans, 8000 euros de prime, vous embauchez un jeune en CDI pour 1 an, 4000 euros d'allègement de vos charges. Allez-y. Je dis à tous les entrepreneurs, soutenez ce plan de relance, foncez, embauchez des jeunes, ils sont inquiets, ils ont besoin de vous.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, il y a aussi une question qui revient souvent, le suivi de l'exécution de ce plan, c'est très important, parce que bien souvent on a distribué de l'argent, les administrations sont lentes, on le sait…

BRUNO LE MAIRE
C'est absolument essentiel. C'est le défi le plus important.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Comment allez-vous faire ?

BRUNO LE MAIRE
C'est le défi le plus important parce que si nous voulons retrouver cette confiance, il faut que les Français, dans les mois qui viennent, voient que les choses changent, qu'il y a des routes qui sont construites, des pistes cyclables qui sont construites, qu'il y ait des lignes ferroviaires qui sont rénovées, qu'ils peuvent effectivement disposer de l'argent de l'Etat pour rénover leur appartement, il faut qu'ils le voient le plus vite possible. Donc, le Premier ministre et le président de la République ont fait un choix, qui est un choix singulier, un choix fort, il y a une mission budgétaire relance, 100 milliards d'euros, qui sera pilotée par le ministère de l'Economie et des Finances, avec des clauses d'extinction. Qu'est-ce que ça veut dire ? ça veut dire que si une université nous dit "voilà, j'ai un projet de rénovation énergétique, j'ai besoin de 20, 30 millions d'euros", on apporte les 20 à 30 millions d'euros, s'ils ne sont pas décaissés au bout de 3 mois, parce qu'il n'y a pas eu d'appel d'offres, parce que les procédures sont trop lentes, parce que les décisions n'ont pas été prises, nous gardons le droit, avec le Premier ministre, de réallouer ces crédits à un autre projet qui est prêt et qui va démarrer tout de suite, c'est la garantie que l'argent sera dépensé vite et sera dépensé bien.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les indépendants, rien, dans ce plan, pour les indépendants.

BRUNO LE MAIRE
Mais, je suis en désaccord, cela m'arrive rarement, avec vous, sur les indépendants.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah bon ? Prolongation du fonds de solidarité par exemple, est-ce qu'il va être prolongé ?

BRUNO LE MAIRE
Le fonds de solidarité c'est 7 milliards d'euros.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais est-ce qu'il va être prolongé ?

BRUNO LE MAIRE
Mais il est prolongé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Jusqu'en décembre ?

BRUNO LE MAIRE
Il est prolongé, on regarde actuellement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Jusqu'en décembre ?

BRUNO LE MAIRE
Je ne peux pas vous donner de date maintenant, mais…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je vous dis ça parce que beaucoup d'indépendants ne touchent plus rien à la fin du mois.

BRUNO LE MAIRE
Mais nous avons mis en place un fonds, de solidarité, qui a remarquablement marché…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, justement.

BRUNO LE MAIRE
Et qui garantit justement aux indépendants le soutien. Nous allons regarder, la décision n'a pas encore été définitivement arrêtée, jusqu'à quand nous allons maintenir ce fonds de solidarité…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Décembre, vous pensez ?

BRUNO LE MAIRE
Sous quelles modalités, moi je suis favorable à ce que l'on maintienne tant que la crise est à son plus haut, c'est le cas actuellement, on rentre dans les moments difficiles de la crise, avant que nous nous redressions, et nous nous redresserons, et nous retrouverons notre niveau de développement économique, donc je pense que ce n'est pas le moment de retirer des dispositifs qui soutiennent les plus fragiles.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le nucléaire, est-ce qu'on va construire de petits réacteurs nucléaires ?

BRUNO LE MAIRE
Construire non, mais faire de la recherche sur ces petits réacteurs nucléaires oui, c'est un signal important…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Réacteurs nucléaires de poche.

BRUNO LE MAIRE
C'est un signal important du plan de relance qui consacre 470 millions d'euros à la filière nucléaire. Donc, le message que nous lançons, qui est, à mon avis, essentiel, c'est que vous ne construisez pas l'industrie du futur sur les ruines de l'industrie du passé, vous construisez l'industrie du futur, y compris sur l'hydrogène, y compris sur les énergies renouvelables, en vous appuyant sur les compétences, sur le savoir-faire, que vous avez pu construire dans le passé, et c'est le cas pour le nucléaire. Le nucléaire à vocation à voir sa part réduite par les années qui viennent, mais ça reste une filière d'excellence française. Donc, nous allons mettre de l'argent pour soutenir les PME du secteur, les sous-traitants du secteur, nous allons mettre de l'argent pour maintenir les compétences, parce qu'on voit bien, par exemple en termes de soudures, qu'il est essentiel d'avoir des soudeurs nucléaires qui soient compétent pour la réalisation de bâtiments nucléaires, dans des conditions de sûreté maximale, et nous mettrons effectivement de l'argent sur la recherche sur des réacteurs plus modestes, de petite ou de moyenne puissance, qui pourront, dans le futur, prendre le relais.

JEAN-JACQUES BOURDIN
J'ai une dernière question sur la taxe GAFA, où est-ce qu'on en est ?

BRUNO LE MAIRE
On y arrivera….

JEAN-JACQUES BOURDIN
« On y arrivera », ça fait quand même longtemps que vous me dites ça, « on y arrivera », chaque fois que je vous reçois vous me dites « on va y arriver », j'aimerais qu'on y arrive.

BRUNO LE MAIRE
Il y en a une au niveau national, je le rappelle.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, ça je sais, mais au niveau…

BRUNO LE MAIRE
Qui rapporte 350 millions d'euros par an, j'espère davantage, mais, au niveau européen, la mobilisation, notamment avec le commissaire européen Paolo GENTILONI, est totale, s'il n'y a pas d'accord à l'OCDE, nous aurons une solution européenne dans le courant de l'année 2021, mais j'espère que nous arriverons malgré tout à une solution à l'OCDE. Pourquoi ? Qui sont les grands vainqueurs de cette crise, les seuls qui tirent leur épingle du jeu, c'est des gens du numérique…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est pour ça que je vous pose la question.

BRUNO LE MAIRE
Vous étiez chez vous… votre tablette, vous alliez sur les sites, donc eux, ça a très bien marché pour eux…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Très bien.

BRUNO LE MAIRE
La capitalisation boursière d'APPLE, aujourd'hui, elle est supérieure à celle des 40 plus grandes sociétés du CAC40 français, donc c'est dire à quel point il y a aujourd'hui la nécessité d'avoir…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais il y a encore des réticences en Europe ?

BRUNO LE MAIRE
Il y a surtout des réticences aux Etats-Unis, beaucoup plus qu'en Europe, en Europe elles sont en train de tomber les unes après les autres, c'est une affaire de temps, de persévérance, de constance, mais je pense que sur ce sujet, comme sur d'autres, nous avons fait preuve de persévérance, de conscience, il y aura une taxation du numérique dans, je l'espère, les mois qui viennent.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci Bruno LE MAIRE d'être venu nous voir ce matin.

BRUNO LE MAIRE
Merci Jean-Jacques BOURDIN.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ministre de l'Economie et de la Relance.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 23 septembre 2020