Interview de Mme Sarah El Haïry, chargée de la jeunesse et de l'engagement, à France Bleu Normandie le 8 octobre 2020, sur l'implication des jeunes pour lutter contre le Coronavirus et la mise en place d'un plan jeune.

Prononcé le

Intervenant(s) :

Texte intégral

JOURNALISTE
Notre invitée, ce matin, Kevin DUFRECHE, nous sommes avec Sarah EL HAÏRY, qui sera en visite à l'université Rouen Normandie aujourd'hui, elle est la secrétaire d'Etat en charge de la Jeunesse et de l'Engagement.

KEVIN DUFRECHE
Bonjour Sarah EL HAÏRY.

SARAH EL HAÏRY
Bonjour à tous.

KEVIN DUFRECHE
Les jeunes ont l'impression d'être montrés du doigt depuis la rentrée, accusés notamment d'être responsables de la diffusion du coronavirus et donc de la deuxième vague, avec les fêtes étudiantes, les soirées dans les bars. Est-ce qu'il y a selon vous un bashing anti-jeunes aujourd'hui ?

SARAH EL HAÏRY
Effectivement, on peut voir notre jeunesse victime de ce jeunes bashing, et en même temps, elle a été exemplaire pendant le confinement. Et donc du coup, aujourd'hui, il y a deux choses : comment on fait pour tenir cette limitation, tenir ce virus sur notre territoire ? Comment on fait pour que notre jeunesse soit la solution ? Parce qu'en réalité, pour réduire cette circulation du virus, on a l'opportunité de s'appuyer sur notre jeunesse. On a une jeunesse qui s'engage, qui, si elle continue à tenir en fait, à tenir cet effort, à faire le nécessaire pour les gestes barrières, à se laver les mains, à garder de la distanciation sociale, alors notre jeunesse est une des solutions pour combattre et pour lutter contre ce virus.

KEVIN DUFRECHE
Et comment ? Vous parlez d'engagement, mais comment les jeunes s'engagent-ils ou pourraient-ils s'engager pour lutter contre le virus ?

SARAH EL HAÏRY
Deux manières. La première c'est évidemment de tenir, d'être encore plus engagés au quotidien sur les gestes barrières, qu'ils puissent en être les ambassadeurs, qu'ils soient les plus férocement attachés en fait à ces gestes, parce qu'en faisant ça, ils se protègent eux, et ils protègent les gens qu'ils aiment et les gens qui sont autour d'eux.

KEVIN DUFRECHE
Vous reconnaissez que ce n'est peut-être pas assez le cas aujourd'hui.

SARAH EL HAÏRY
Mais comme tout le monde ! Il y a eu évidemment un effort considérable pendant le confinement, et il y a eu, à certains endroits, en tout cas c'est ce qu'on a pu voir, eh bien de temps en temps un sentiment de relâchement, de lassitude. Cette lassitude ne doit plus trouver sa place, et c'est pour ça que c'est un appel que je fais à notre jeunesse, c'est : la solution elle est aussi entre vos mains. Alors, engagez-vous, faites vivre les gestes barrières au quotidien, respectez-les et soyez-en les ambassadeurs. Et cette jeunesse, je la vois et c'est celle que je vois, et c'est la grande majorité de notre jeunesse, c'est celle qui fait attention, qui garde le masque, qui est à distance, et c'est pour ça que plus que jamais nous avons besoin aujourd'hui de rappeler à quel point notre jeunesse est la solution. Et non, ce n'est pas un problème ou un accélérateur, au contraire. L'avenir ne peut réussir qu'avec un engagement fort de notre jeunesse.

KEVIN DUFRECHE
Madame la Ministre, on voulait évoquer un autre sujet avec vous, c'est bien sûr celui de l'emploi des jeunes. Il y a 700 000 jeunes qui sont arrivés sur le marché de l'emploi en France, depuis cette crise du Covid, et vous le savez la situation est particulièrement difficile, c'est difficile de trouver un stage, de trouver un job. Que fait votre gouvernement pour aider ces jeunes à aller vers le chemin de l'emploi ?

SARAH EL HAÏRY
Je peux comprendre le sentiment de peur par rapport à la situation actuelle. Le Covid il a bousculé tout le monde, il a bousculé nos vies, il a bousculé nos territoires. Par contre, ce qui est sûr, c'est qu'il emmène nos certitudes mais pas notre modèle social, ni la volonté politique aujourd'hui que nous avons à accompagner notre jeunesse, avec la mise en place d'un plan jeune, c'est un jeune-une solution, c'est un engagement extrêmement fort pour accompagner les entreprises, pour leur donner des perspectives, et accueillir notre jeunesse. C'est…

KEVIN DUFRECHE
Mais concrètement, Sarah EL HAÏRY, qu'est-ce que ça donne ?

SARAH EL HAÏRY
Très concrètement, c'est 100 000 Services civiques supplémentaires. Concrètement, c'est une accélération sans nom, avec des soutiens financiers importants, pour les entreprises qui accueillent des apprentis. C'est aujourd'hui des missions locales, c'est des bureaux de jeunesse qui s'engagent pour accompagner chaque jeune. Très concrètement, c'est 6,5 milliards d'euros qui sont investis pour notre jeunesse, parce que, encore une fois, un, c'est notre avenir, mais c'est aussi notre présent, et plus que jamais, ça personne ne nous l'enlèvera. Et je peux vous dire, je peux même aller plus loin, c'est qu'autant nous on s'engage pour notre jeunesse, on s'engage avec des moyens, avec le fait de donner confiance en notre économie, parce que le plan de relance c'est aussi ça, c'est comment donner confiance dans notre économie, pour que nos jeunes puissent intégrer, puissent rentrer dans nos entreprises. Donc c'est un appel, c'est un appel à nos entreprises, c'est un appel à nos jeunes pour se dire : ayez confiance, faites-leur confiance, puisque le contexte, la situation et les outils que nous mettons en place, avec ce plan un jeune-une solution, sont histoires.

KEVIN DUFRECHE
Merci Sarah EL HAÏRY, on vous retrouve dans quelques instants, puisque vous allez participer à notre prochaine séquence, avec l'interactivité, avec nos auditeurs qui vont nous appeler pour vous poser des questions sur notamment la situation des jeunes et du coronavirus.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 12 octobre 2020