Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur la coopération avec la Chine en matière de recherche concernant les origines du COVID-19, au Sénat le 16 juin 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question d'actualité au Sénat

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Sénateur,


Vous avez raison sur le constat sanitaire. Nous avions pris une initiative lors de l'Assemblée mondiale de la santé, en mai 2020, - je dis "nous", c'est la France - avec nos partenaires européens. Et nous avons demandé à ce moment-là une évaluation impartiale, indépendante, complète, transparente, sur la manière dont s'était noué le processus de la pandémie. Et nous avions demandé, en même temps, toujours à l'Organisation mondiale de la santé, de formuler des recommandations en vue d'améliorer les capacités mondiales de prévention et de riposte.

À la suite de cette démarche qu'il n'avait pas été simple de faire adopter par l'assemblée mondiale de la santé, pour des résistances que vous imaginez, il y a eu une mission de l'OMS qui s'est rendue en Chine pour essayer d'identifier l'origine de la COVID-19 et comprendre les mécanismes de transmission du virus, et le rapport de cette première mission a été remis, il y a quelques mois.

C'est une étape importante pour mieux comprendre les origines du virus, pour réduire le risque que des événements similaires pourraient engranger, à l'avenir. Mais dans notre esprit, ce n'est qu'une première étape. Et donc, nous considérons que le travail scientifique doit se poursuivre dans la plus grande transparence et nous appelons l'ensemble des Etats membres, à commencer par la Chine, à la collaboration la plus étroite avec l'Organisation mondiale de la santé, ce qui a été réexprimé, lors de la dernière Assemblée mondiale de la santé qui s'est tenue, il y a quelques jours : il faut la plus grande transparence.

Et à cet égard, l'Union européenne a pris l'initiative, lors de la présentation du rapport, de proposer des recommandations pour aboutir à la plus grande clarté sur l'origine du virus et sur sa transmission à la population humaine. Vous avez raison, c'est un droit des concitoyens mondiaux d'avoir toute l'information nécessaire, et c'est une nécessité pour pouvoir, demain, prévenir de futures urgences sanitaires.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 17 juin 2021