Texte intégral

La ministre du travail, de l'emploi et de l'insertion a présenté une communication sur la rentrée de l'apprentissage.

La rentrée 2021 marque la troisième année de mise en œuvre de la réforme de l'apprentissage, issue de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, qui a entendu transformer le système pour le structurer autour des besoins des apprentis et des entreprises.

Cette réforme engagée par le Gouvernement est saluée par toutes les parties prenantes : les partenaires sociaux l'ont relevé dans l'évaluation qu'ils ont conduite de la loi du 5 septembre 2018.

Ainsi, sur les années 2019 et 2020, un nombre croissant de contrats d'apprentissage a été enregistré : après une augmentation de plus 16% en 2019, une hausse importante de plus 42% de contrats a été relevée en 2020. L'année dernière, avec 525 600 contrats pour l'ensemble des secteurs privés et publics, l'apprentissage a atteint un niveau élevé dans notre pays. Au début du quinquennat, on en dénombrait 297 000.

Ce sont autant de jeunes qui ont fait le choix d'une voie de formation qui permet de s'insérer plus facilement et durablement sur le marché du travail.

Pour cette rentrée 2021, le Gouvernement porte l'ambition de poursuivre la dynamique engagée et, pour y parvenir, a pris plusieurs mesures dès le premier semestre.

1. Une importante campagne de communication déployée auprès des jeunes et des entreprises dès le printemps 2021 :

Une campagne de communication sur l'apprentissage a été lancée dès le 31 mai 2021 sur le site du ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion et tous les réseaux sociaux pour promouvoir l'apprentissage en mobilisant la plateforme : 1jeune1solution.gouv.fr. Cette période coïncide avec la formulation des voeux des jeunes pour la suite de leurs parcours.

L'objectif est, d'une part, de mobiliser les jeunes, avec des témoignages vidéos, d'apprentis et d'anciens apprentis, qui font part de leur expérience et, d'autre part, d'inciter les entreprises à lancer leurs recrutements en déposant leurs offres d'apprentissage sur le site : 1jeune1solution.gouv.fr.

La campagne met ainsi en avant les avantages de l'apprentissage à la fois pour les entreprises, en ce qu'il est un mode de recrutement efficace pour préparer l'avenir de l'entreprise et participe à la transmission des savoir-faire, avec une aide financière de l'État, et, pour les jeunes, pour qui l'apprentissage constitue une découverte d'un métier et une immersion dans le monde professionnel ainsi qu'une formation rémunérée avec une grande chance d'embauche à la clé.

Une campagne de publicité, "Un apprenti, ça peut changer votre vie", sera également menée début octobre dans la presse quotidienne nationale et hebdomadaire pour promouvoir l'apprentissage et sensibiliser les leaders d'opinion, en particulier les chefs d'entreprise.

Dans l'enseignement supérieur, la dynamique de l'apprentissage promue par la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation ainsi que par les conférences des universités, des écoles d'ingénieurs et des grandes écoles s'est fortement accrue en 2021 pour atteindre des niveaux élevés : plus de 6 000 formations en apprentissage sont proposées aux lycéens et étudiants sur Parcoursup (+ 42% par rapport à 2020). Cette progression a suscité une appétence forte : 16% de candidats supplémentaires ont formulé des voeux sur les formations en apprentissage et le nombre de candidats admis a déjà progressé de 18% par rapport à 2020.

2. La prolongation des aides exceptionnelles à l'embauche d'apprentis jusqu'au 30 juin 2022 pour inciter les entreprises à soutenir l'emploi des jeunes en période de relance :

Les aides, prévues initialement pour les contrats conclus entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 ont été prolongées d'abord jusqu'au 31 décembre 2021, puis très récemment, jusqu'au 30 juin 2022 pour accompagner la rentrée de l'apprentissage.

Le montant est de 5000 € pour un apprenti mineur et de 8000 € pour un apprenti majeur. Les aides permettent d'assumer la prise en charge de tout ou partie de la rémunération pendant la première année du contrat.

3. La mobilisation des services de l'État pour l'accompagnement des jeunes par des cellules régionales à compter de la rentrée :

La ministre du travail, de l'emploi et de l'insertion, le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, le ministre de l'agriculture et de l'alimentation, la ministre de la transformation et de la fonction publiques ont demandé aux préfets, recteurs d'académie et directeurs régionaux de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt, de réactiver ou de consolider les cellules régionales interministérielles d'accompagnement des jeunes qui souhaitent rester en apprentissage et éprouvent des difficultés à trouver un employeur.

Ce dispositif de coordination et d'action interministérielle, déployé dans les territoires, a pour mission de mobiliser les acteurs (centres de formation d'apprentis, opérateurs de compétences, employeurs) et l'ensemble des leviers de mise en relation entre offre et demande d'apprentissage.

Cette mobilisation a notamment pour objectif d'accompagner les jeunes qui ont fait des demandes de formation par la voie de l'apprentissage sur les plateformes de préinscription via Affelnet-lycée et Parcoursup dans la recherche d'un employeur. Les jeunes pourront commencer une formation en centres de formation d'apprentis (CFA) sans avoir signé de contrat, dans la limite de trois mois comme le prévoit la réglementation.

Des services pour accompagner les jeunes dans leur recherche d'un employeur ont par ailleurs été développés. En particulier, l'application la Bonne Alternance, accessible directement depuis Parcoursup, permet de faire connaître aux jeunes l'ensemble des offres recueillies par Pôle Emploi et les entreprises susceptibles de recruter un apprenti.

Une orientation vers la prépa-apprentissage sera par ailleurs proposée aux jeunes les plus en difficulté, qui n'ont pas encore finalisé leur projet professionnel, qui ne possèdent pas le niveau de maîtrise du socle commun de compétences ou ceux qui ne sont ni en scolarité, ni en formation, ni en emploi.

4. L'accompagnement de l'écosystème par le ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion :

La transformation des acteurs et de leur rôle ainsi que les nouveaux cadres législatifs et réglementaires de l'apprentissage ont rendu nécessaire la création de supports et documents de référence destinés à l'ensemble des acteurs de l'apprentissage qui seront très prochainement publiés :

- un vademecum "Financement et processus de gestion du contrat d'apprentissage du secteur privé et du secteur public non industriel et commercial" a été réalisé par le collectif des 11 Opérateurs de Compétences (OPCO) en concertation avec les têtes de réseau des CFA et la délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP). L'objectif de ce document est de préciser les modalités de gestion des contrats. Il vise à favoriser l'homogénéité des traitements entre OPCO et à simplifier administrativement le processus de gestion des contrats d'apprentissage avec les CFA ;
- un "Précis de l'apprentissage", rédigé par la DGEFP, a pour but d'informer sur la mise en œuvre de la réforme de l'apprentissage à travers trois thématiques : le contrat d'apprentissage ; la formation en apprentissage à travers le centre de formation ; le financement de l'apprentissage dans le secteur privé.

Les données portant sur le nombre de contrats reçus par les opérateurs de compétences (OPCO) pour l'année 2021 témoignent d'une dynamique très positive puisque l'on dénombre près de 350 000 contrats à la mi-septembre pour les secteurs privés et publics. Ces chiffres sont supérieurs au nombre de contrats comptabilisés, selon la même méthode, à partir d'octobre 2020 et qui recensaient environ 275 000 contrats.

L'ensemble des mesures gouvernementales prises dans le cadre du Plan 1 Jeune, 1 Solution ainsi que la mobilisation des services de l'État en faveur de l'apprentissage permettent d'ores et déjà de conclure à la réussite de la rentrée 2021 de l'apprentissage.