Interview de M. Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, à France Info TV le 14 octobre 2021, sur la politique agricole et le plan d'investissement France 2030.

Texte intégral

ALIX BOUILHAGUET
Julien DENORMANDIE, bonjour.

JULIEN DENORMANDIE
Bonjour.

ALIX BOUILHAGUET
Merci d'être avec nous ce matin. Dans le plan France 2030 annoncé hier par Emmanuel MACRON, 2 milliards sont consacrés à l'agriculture et l'alimentation, vous parlez, vous, d'une 3ème révolution agricole, concrètement, ça passe par quel type d'innovation, si vous deviez n'en citer qu'une ?

JULIEN DENORMANDIE
C'est tout ce que les nouvelles technologies apportent dans une production et une production de qualité, par exemple, aujourd'hui, on est beaucoup plus dépendant des phénomènes de météo, du changement climatique, de ces orages, de ces pluies diluviennes, il s'avère qu'aujourd'hui, avec le numérique, on sait beaucoup mieux prédire ce qui va se passer, on peut mettre des stations météorologiques dans les champs, on sait aussi qu'il nous faut absolument continuer ces transitions, ces transitions agro-écologiques par exemple, et on voit aujourd'hui que, avec la robotique, on a des solutions absolument incroyables et extraordinaires. Et donc, en fait, cette révolution agricole, cette 3ème révolution agricole, elle est très simple à comprendre, elle est fondée sur 3 choses, le numérique, la robotique et la génétique.

ALIX BOUILHAGUET
Alors, justement, un mot sur la génétique, ça veut dire quoi, est-ce que ça veut dire se réconcilier avec les OGM ?

JULIEN DENORMANDIE
Non, ça veut dire, la sélection variétale, c'est quoi la sélection variétale, c'est quelque chose qui existe depuis que l'homme s'est sédentarisé, c'est-à-dire qu'en faisant le croisement des plantes, on arrive à trouver des plantes qui par exemple, c'est très important, sont beaucoup plus résistantes à la sécheresse, c'est incroyablement important, et ça, aujourd'hui, on a des nouvelles techniques qui permettent d'accélérer ces sélections variétales et de trouver encore plus rapidement ces plantes qui nous intéressent, parce que, elles peuvent résister à la sécheresse ou elles peuvent être encore plus nutritives, et c'est ça la génétique, mais vous imaginez, ça nécessite…

ALIX BOUILHAGUET
Donc ce n'est pas une accélération des OGM ou une nouvelle génération d'OGM qui naîtrait ?

JULIEN DENORMANDIE
Non, et je vous remercie de poser la question, parce que, parfois, il y a de la confusion dessus, c'est ce qu'on appelle de la sélection variétale accélérée, ce n'est ni plus ni moins que de se dire…

ALIX BOUILHAGUET
Donc ce n'est pas génétiquement modifié, ce n'est pas toucher à la nature ?

JULIEN DENORMANDIE
Non, ce n'est pas génétiquement modifié, c'est la sélection variétale qui, dans les laboratoires, on arrive à les accélérer, et donc on arrive à trouver plus vite des plantes qui ont les caractéristiques qu'on souhaite, résistantes à la sécheresse ou plus de qualités nutritives, et c'est très important, et vous voyez bien aujourd'hui ce triptyque : numérique, robotique, génétique, certains peuvent se dire : mais est-ce que c'est vraiment notre agriculture, la réalité, c'est que, oui, aujourd'hui, le monde agricole est un monde incroyablement innovant, mais si on veut aller encore plus vite, il faut investir massivement, c'est ce qu'on fait avec France 2030.

ALIX BOUILHAGUET
Vous souhaitez une agriculture plus verte, décarbonée, vous dites : il faut abandonner les pesticides, mais est-ce que ce n'est pas un peu pavé de bonnes intentions, quand on voit qu'on n'arrive pas encore à se passer du glyphosate ?

JULIEN DENORMANDIE
Non, je ne dis pas ça, moi, d'ailleurs, je ne dis pas : il faut sortir des pesticides, je dis : il faut les utiliser là où c'est nécessaire de les utiliser, et je crois que c'est très différent, parce que, il faut avoir toujours des discours de vérité, des discours de bon sens, ce qu'on appelle le bon sens paysan, mais par contre, ce que je dis, c'est que, vous savez, le monde agricole, pour faire très simple, il a eu une première révolution agricole, c'était le machinisme, il a eu ensuite une deuxième révolution agricole, c'était justement l'agrochimie, et depuis 70 ans, où on a eu cette deuxième révolution agricole, on court derrière celle-ci en se disant comment on réduit ses effets, et parfois, on se retrouve dans des impasses, l'année dernière, on avait l'impasse de la betterave, par exemple, parce que, on n'avait plus la possibilité de lutter contre des pucerons, et donc là, il fallait réutiliser des produits, et je l'assume, mais…

ALIX BOUILHAGUET
Donc réutiliser des produits, mais en même temps, continuer d'innover ?

JULIEN DENORMANDIE
Mais, voilà, mais aujourd'hui, on a cette troisième révolution agricole qui nous dit : avec le numérique, la robotique et la génétique, on arrive à sortir de ces impasses, et au final, de produire et de produire en quantité, parce que c'est important, et produire aussi en qualité, parce que c'est tout aussi important.

ALIX BOUILHAGUET
Un mot sur le prix des matières premières qui ne cesse d'augmenter, comment vous allez faire pour que les prix des produits alimentaires n'augmentent pas, on parle de d'une augmentation probable des prix de 5 % ?

JULIEN DENORMANDIE
Mais je pense qu'il faut faire très attention à ne pas opposer rémunération des agriculteurs et prix…

ALIX BOUILHAGUET
Alors, non, mais les agriculteurs…

JULIEN DENORMANDIE
Et prix alimentaires…

ALIX BOUILHAGUET
Les agriculteurs, vous avez effectivement stabilisé leurs revenus, mais en revanche, les industriels, ils disent que, eux, eh bien, ils vont devoir augmenter leurs prix de 10%, et puis, la grande distribution, elle, elle dit qu'elle va devoir augmenter de 5%. Donc grosso modo, on arrive dans le porte-monnaie du consommateur à une augmentation de 5%.

JULIEN DENORMANDIE
Et alors, on vient de passer…

ALIX BOUILHAGUET
Comment vous faites ?

JULIEN DENORMANDIE
On vient de passer une loi, d'ailleurs, elle sera votée ce soir au Sénat, où je serai, qui permet de mettre de la transparence dans le système, pourquoi c'est très important parce que vous avez aujourd'hui un système où vous avez plusieurs acteurs, l'agriculteur, l'industriel, et la grande distribution, et on va… par cette loi, on met de la transparence, de la transparence sur les marges, c'est-à-dire qu'on se dit : comment fait-on pour s'assurer que le coût à la fin, il soit bien réparti, qu'il n'y en ait pas un qui augmente là où il ne devrait pas augmenter ou baisser là où il ne devrait pas baisser…

ALIX BOUILHAGUET
Mais est-ce que les prix vont augmenter pour les consommateurs ?

JULIEN DENORMANDIE
Et aujourd'hui, on fait face à des inflations, on le sait bien, les inflations, elles sont quoi, elles sont par exemple les inflations sur le transport, elles sont sur les inflations liées à la pénurie de certaines matières premières…

ALIX BOUILHAGUET
Donc c'est : le consommateur paiera plus cher son produit au magasin…

JULIEN DENORMANDIE
Mais ça, on le constate tous les jours, et ce que nous, on fait, c'est, 1°) : de lutter contre les pénuries, c'est très important, et donc, on a des axes très forts d'action, je pense par exemple au bois, qui a plein d'incidences ensuite, et puis, c'est d'accompagner toutes ces politiques de pouvoir d'achat, et je pense que s'il y a bien un gouvernement qui ne cesse d'agir sur le pouvoir d'achat, c'est bien le nôtre, même si c'est très compliqué, parce que, on agit beaucoup sur le pouvoir d'achat, et en même temps, on voit que le prix de l'énergie augmente, le prix du gaz qui augmente, le prix de l'électricité qui augmente ; donc il faut continuer…

ALIX BOUILHAGUET
Justement, alors, comment, vous dites, il faut accompagner, on voit qu'il y a une envolée des prix de l'énergie, et notamment de l'essence, est-ce que l'Etat va baisser les taxes sur l'essence ?

JULIEN DENORMANDIE
On a déjà pris les mesures pour le gaz, pour l'électricité, et sur l'essence, je crois que le porte-parole notamment du gouvernement, hier, chez vos confrères, était très clair : on est au travail pour trouver les meilleures solutions, on ne laissera pas tomber les Français sur ce sujet, on l'a fait pour le gaz, on l'a fait pour l'électricité…

ALIX BOUILHAGUET
Et ça passera, ça se traduira par quoi, baisser des taxes, par un chèque essence, par…

JULIEN DENORMANDIE
Eh bien, je ne peux pas vous le dire, d'autant plus que les travaux sont en cours, donc je ne vais pas m'avancer avant que les travaux soient finalisés…

ALIX BOUILHAGUET
Parce que Barbara POMPILI, la ministre de l'Ecologie, elle avait plutôt renvoyé la balle aux distributeurs, en leur disant : eh bien, écoutez, c'est à eux de faire un effort, or, quand on regarde le prix de l'essence, un centime du côté des distributeurs, ils gagnent un centime, alors que l'Etat gagne 90 centimes. Donc on peut dire que l'Etat peut faire un petit effort ?

JULIEN DENORMANDIE
Bien sûr, c'est le système des taxations, mais quand vous dites l'Etat peut faire un effort, encore une fois, regardez ce que nous avons décidé sur le gaz, avec ce bouclier tarifaire, regardez ce qu'on a décidé avec l'électricité, pour limiter significativement la hausse, regardez ce qu'on a fait avec le chèque énergie, que nous venons d'augmenter pour 6 millions de Français, donc quand vous prenez ces sujets, qu'on a dû déjà régler, parce que les hausses étaient déjà très importantes, et très rapidement, vous voyez bien que la dynamique de ce gouvernement, la volonté de ce gouvernement, du président de la République, c'est d'avoir des mesures concrètes pour protéger le pouvoir d'achat des Français.

ALIX BOUILHAGUET
Donc vous dites ce matin, clairement, il y aura un geste, il y aura un geste concernant la hausse de l'essence ?

JULIEN DENORMANDIE
Les travaux sont en cours, comme le disait le gouvernement, hier, hier matin.

ALIX BOUILHAGUET
30 secondes, juste pour dire, cette rentrée, c'est vrai que la question du pouvoir d'achat, elle plane vraiment sur cette rentrée, est-ce que vous redoutez un embrasement, une nouvelle phase des gilets jaunes ?

JULIEN DENORMANDIE
Mais je crois que le pouvoir d'achat, c'est évidemment un sujet incroyablement important, on l'a vu, et vous voyez, ce n'est pas moi qui le dis c'est encore des études qui l'ont montré hier, ce gouvernement a été le gouvernement qui a le plus augmenté le pouvoir d'achat des Français, mais quand vous dites ça, l'important n'est pas là…

ALIX BOUILHAGUET
Eh bien, quand ils voient que les prix augmentent, forcément…

JULIEN DENORMANDIE
Exactement, l'important, c'est…

ALIX BOUILHAGUET
Le ressenti n'est pas pareil…

JULIEN DENORMANDIE
Voilà, l'important, c'est la perception des Français, et la perception, elle repose notamment sur ce qu'il peut se passer aujourd'hui sur l'essence, sur l'énergie, sur le gaz, et c'est pour ça que, nous, on a mis en place une politique structurelle, pour augmenter le pouvoir d'achat, grâce au travail. Et j'insiste dessus, sur la prime d'activité, sur les heures supplémentaires, et au même moment, il faut qu'on apporte ces réponses conjoncturelles, comme on l'a fait pour le gaz, comme on l'a fait pour l'électricité, et comme ce sur quoi nous sommes en train de travailler sur l'essence.

ALIX BOUILHAGUET
Merci beaucoup Julien DENORMANDIE d'avoir été avec nous ce matin.

JULIEN DENORMANDIE
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 15 octobre 2021