Texte intégral

La ministre de la mer a présenté un point sur la réforme dont le ministère est chargé : l’accompagnement de la filière pêche pour une exploitation plus durable des ressources halieutiques.

Depuis plusieurs années, une prise de conscience collective progresse en faveur d’une pêche plus durable. Dans le cadre de la politique commune des pêches en Europe, l’objectif de la France est triple : connaître les ressources ; contrôler et réguler la pêche ; réorienter certaines filières en s’appuyant sur les attentes des consommateurs via le développement des démarches de qualité que recouvrent les labels.

La situation globale présentée marque ainsi le bon état des stocks débarqués, qui fait un saut en passant de 15% de stocks en bon état, il y a 20 ans, à 67% aujourd’hui.

Le secteur de la pêche reste par ailleurs confronté sur l’ensemble des façades françaises aux impacts conjugués du Brexit, des prix élevés du carburant, de certaines restrictions de pêche pour préserver les ressources et les écosystèmes, qui font l’objet d’un suivi et d’un accompagnement.

Les enjeux d’une pêche durable seront évoqués lors du sommet mondial des océans ("One Ocean Summit") qui se tient à Brest du 9 au 11 février. Promue par la France, cette pêche durable et responsable fait l’objet d’un plan d’action national actuellement en cours d’élaboration en lien avec les professionnels de la filière. Parce que nos littoraux et l’état de nos océans sont en jeu, elle continuera à se développer dans une politique maritime nécessairement intégrée, qui favorise la bonne cohabitation des usages et des usagers.