Déclaration de Mme Elisabeth Moreno, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, sur le thème "Politiques et programmes relatifs au changement climatique, à l'environnement et à la réduction des risques de catastrophes : faire progresser l'égalité de genre par des actions holistiques et intégrées du niveau mondial au niveau local", le 15 mars 2022.

Intervenant(s) :

Circonstance : 66ème session de la Commission de la condition de la femme (CSW), le 15 mars 2022

Prononcé le

Texte intégral

Mesdames et Messieurs les ministres,
Chers collègues,


J'ai écouté avec attention et beaucoup d'intérêt les interventions qui viennent d'avoir lieu et je me réjouis de pouvoir échanger avec vous aujourd'hui sur ce sujet ô combien important, non seulement pour l'humanité mais en particulier pour les femmes et les filles.

Parce que le temps de crise ne doit pas nous faire oublier notre combat de long terme pour l'égalité et la lutte contre le réchauffement du climat.

Deux combats fondamentaux, deux combats que l'on ne saurait délier et qui concernent l'ensemble des pays du monde.

Et je suis convaincue que ce partage d'expérience ce matin va permettre d'enrichir nos actions au plan national, qui sont toutes guidées par une volonté commune.

J'aimerais à mon tour partager avec vous quelques réflexions inspirées de notre action publique en France.

Le 25 novembre 2017, le Président de la République, Emmanuel Macron, a érigé l'égalité entre les femmes et les hommes en Grande cause de son quinquennat.

Tel un fil d'Ariane, l'enjeu de l'égalité entre les femmes et les hommes irrigue ainsi l'ensemble de nos politiques publiques.

Et évidemment la politique de lutte contre le réchauffement climatique, défi fondamental de notre temps, n'y échappe pas.

Je voulais partager avec vous un outil particulièrement structurant et prometteur : le budget national.

Il permet en effet d'obtenir une vision panoramique des politiques publiques qui sont déployées.

Ce n'est pas un sujet nouveau, puisque l'OCDE par exemple recommande depuis plusieurs années de constituer des bases de données par sexe et, ainsi, de mesurer l'allocation des ressources entre les femmes et les hommes.

La France a pris des initiatives pour intégrer une perspective de genre dans son budget.

Un budget sensible au genre a été expérimenté en 2019 et des sous indicateurs sexués ont été définis pour mesurer certaines politiques publiques pour le budget de l'année 2021.

En 2021, la France a également élaboré son premier budget vert.

Le climat et l'égalité sont les deux boussoles qui fixent le cap de toutes nos actions.

C'est pourquoi, la France intègre les perspectives de genre directement dans ses politiques et ses programmes de résilience et de réduction des risques de catastrophes liées au changement climatique.

Ainsi, sous la présidence française du G7 à Biarritz en 2019, la France a lancé une coalition "genre et environnement" qui fait écho à la 66ème Session de la CSW.

Plus généralement, pour réduire les risques climatiques, nous considérons que la mobilisation des femmes - de leurs connaissances, leurs talents et leur capacité d'innovation - est une nécessité tout à fait absolue.

Une nécessité qui doit être érigée en grande priorité.

C'est pourquoi la France promeut résolument les rôles des femmes dans les négociations nationales et internationales dans le cadre de sa "diplomatie féministe".

Depuis la Conférence de Paris sur le climat en 2015, la France consacre aux femmes une place de choix à la table des négociations internationales sur le climat et la biodiversité.


Chers collègues,

Voici en quelques mots à la fois l'ambition et les actions concrètes conduites par mon pays.

Je vous remercie pour votre attention.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 22 mars 2022