Déclaration de Mme Elisabeth Moreno, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, sur l'engagement de l'Union européenne dans une action climatique intégrant la dimension de genre, le 14 mars 2022.

Intervenant(s) :

Circonstance : 66ème session de la Commission de la condition de la femme (CSW), le 14 mars 2022

Prononcé le

Texte intégral

Madame la Présidente, Madame la Directrice exécutive d'ONU Femmes,
Mesdames et Messieurs,
Chers collègues,
Chers amis de la société civile,


C'est un grand l'honneur pour moi de prendre la parole devant vous aujourd'hui au nom de l'Union européenne et de ses Etats membres, alors que nous sommes réunis en ces temps difficiles, marqués par des conflits et un recul des droits des femmes et des filles, partout dans le monde.

La Macédoine du Nord, le Monténégro, et l'Albanie, pays candidats, la Bosnie-Herzégovine, pays du processus de stabilisation et d'association et candidat potentiel, ainsi que l'Ukraine, la République de Moldavie, et la Géorgie se rallient à cette déclaration.

En ces temps particuliers, permettez-moi tout d'abord de souligner que l'Union européenne et ses Etats membres sont totalement solidaires de l'Ukraine et du peuple ukrainien, notamment des femmes et des filles de ce pays.

Nous savons que les filles et les femmes sont trop souvent les premières victimes des conflits. Et c'est pourquoi nous dénonçons en particulier et condamnons fermement tous les actes de violence sexuelle et de violence fondée sur le genre commis à leur égard.

Les Ukrainiens font preuve de courage et de résilience face à cette attaque militaire. Et les femmes ukrainiennes défendent elles-aussi courageusement leur pays et sont au coeur même de la réponse humanitaire, s'exposant ainsi elles-mêmes à de très grands dangers.

L'Union européenne et ses Etats membres condamnent avec la plus grande fermeté l'invasion militaire non provoquée et injustifiée de l'Ukraine par la Russie.

Une invasion qui constitue une violation flagrante du droit international et de la charte des Nations unies.

Une invasion qui porte atteinte à la sécurité internationale et à la stabilité au niveau mondial, ainsi qu'aux efforts et aux progrès en matière d'égalité de genre.

Nous sommes aujourd'hui extrêmement préoccupés par les nombreuses informations faisant état d'attaques russes visant des civils et des installations civiles, en particulier des hôpitaux, des crèches et des écoles, privant les femmes et les filles d'un accès aux services essentiels de santé et d'éducation.

En 19 jours seulement, plus de deux millions et demi de personnes, principalement des femmes et des enfants, ont dû fuir l'Ukraine pour sauver leurs vies.


Dans un contexte de profonde transformation environnementale, de changement climatique et de risques de catastrophes naturelles, l'Union européenne et ses Etats membres saluent le choix de la 66e session de la Commission de la condition de la femme des Nations unies de se concentrer sur ces enjeux.

La poursuite des objectifs en matière d'égalité de genre et celle des objectifs environnementaux se renforcent mutuellement.

Nous tenons à souligner l'importance d'un cadre stratégique intégré et d'une approche des politiques et de la programmation fondée sur les droits de l'Homme et tenant compte de la dimension de genre.

Compte tenu de l'engagement de l'Union européenne en faveur d'une transition juste vers une économie énergétique neutre sur le plan climatique, ainsi que du Pacte vert pour l'Europe, associée à un cadre stratégique solide en matière d'égalité de genre, l'Union européenne aborde cette session avec de grandes ambitions.

Nous nous sommes engagés à respecter les conventions et cadres internationaux qui régissent le développement durable, le changement climatique, l'environnement et la réduction des risques de catastrophes.

Il s'agit notamment du :

- Programme de développement durable à l'horizon 2030

- De l'accord de Paris

- De la convention sur la diversité biologique

- Du cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe

- Et du programme de travail renforcé de Lima

L'Union européenne appelle à un alignement étroit sur toutes les initiatives multilatérales pertinentes.

Compte tenu de ces engagements, l'UE reconnaît la nécessité d'une action décisive et ambitieuse pour faire face aux graves conséquences du changement climatique, de la perte de biodiversité et de la dégradation de l'environnement sur les filles et les femmes.

Les situations de crise et de catastrophe exacerbent les inégalités de genre préexistantes et augmentent les formes multiples et croisées de discrimination et de violence à l'égard de toutes les filles et de toutes les femmes.

Ces situations touchent en 1er lieu les femmes :

- Qui vivent dans la pauvreté

- Les femmes autochtones

- Les femmes des zones rurales

- Les femmes appartenant à des minorités ethniques, raciales et religieuses,

- Les femmes handicapées

- Les femmes réfugiées et demandeuses d'asile

- Les femmes qui sont déplacées à l'intérieur de leur propre pays, apatrides et migrantes

- Les femmes jeunes et plus âgées ainsi que les femmes LGBTI, qui sont souvent touchées de manière disproportionnée.

Une action climatique intégrant la dimension de genre est donc essentielle.

Une volonté qui se traduit notamment au moyen d'un financement de l'action climatique et d'investissements dans les systèmes de santé. Ces moyens prennent en considération la dimension de genre, en renforçant l'accès aux soins et à des services sociaux et sanitaires inclusifs et de qualité, qui soient plus sûrs, disponibles, abordables accessibles et qui prennent en compte la dimension de genre. Ces moyens doivent aussi comprendre ceux liés à la santé mentale, à la santé maternelle et à la santé sexuelle et génésique.

L'Union européenne demeure attachée à la promotion, à la protection et au respect de tous les droits de l'Homme et à la mise en oeuvre pleine et effective du programme d'action de Pékin. Elle est aussi attachée à la mise en oeuvre du programme d'action de la conférence internationale sur la population et le développement, et les conclusions et les conférences d'examen qui y sont afférentes.

Dans ce contexte, l'UE reste attachée à la santé et aux droits sexuels et reproductifs.

Dans cette optique, elle réaffirme sa détermination à promouvoir, à protéger et à faire respecter le droit de chacun d'être pleinement maître de sa sexualité et de sa santé sexuelle et reproductive.

Et, ce faisant, de prendre ses propres décisions librement et de manière responsable, sans subir de discrimination, de contraintes ou de violences.

L'Union européenne souligne en outre qu'il est nécessaire de garantir un accès universel à des informations et à une éducation de qualité, qui soient abordables et complètes en matière de santé sexuelle et reproductive, notamment à une éducation sexuelle complète, ainsi qu'à des services de soins de santé.


Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs,

Nous devons prendre toutes les mesures possibles afin d'éliminer les obstacles existants, tout en renforçant les facteurs favorisant le leadership, la participation, l'action et l'expression des femmes et des filles, à tous les niveaux de la prise de décision en matière d'environnement.

C'est l'ambition, notamment, de la directive européenne visant à renforcer l'égalité entre les femmes et les hommes dans les conseils d'administration, sur lesquels les ministres européens de l'emploi et des affaires sociales sont parvenus à une orientation générale aujourd'hui. Et nous nous en réjouissons.

Aussi, en cette Année européenne de la jeunesse, l'Union européenne reconnaît et soutient tout particulièrement le rôle essentiel que les jeunes femmes et les adolescentes jouent en faveur de l'action et la justice climatiques.

Le leadership et la participation de l'ensemble des femmes et des filles sont essentiels dans toutes les actions liées à l'environnement et au changement climatique. Ils le sont aussi dans les mécanismes d'alerte précoce et d'anticipation en matière de réduction des risques de catastrophe.

L'Union européenne met également l'accent sur le Forum Génération Egalité.

Elle soutient par conséquent les efforts déployés par ONU Femmes pour stimuler un engagement et une participation significatifs des jeunes.

Elle joue également un rôle crucial dans la prévention, la gestion et la résolution des conflits ainsi que la consolidation de la paix sur des questions pertinentes d'un point de vue environnemental, pour une paix durable, dans la droite ligne des programmes Femmes, paix et sécurité et Jeunesse, paix et sécurité.

La lutte contre les normes sociales négatives, les stéréotypes de genre et les formes multiples et croisées de discrimination reste essentielle.

Nous pouvons et devons en faire davantage pour accroître la participation et le nombre de femmes diplômées dans le domaine des sciences, des technologies, de l'ingénierie et des mathématiques. L'objectif est d'augmenter le nombre de femmes possédant les qualifications requises dans les domaines et les professions scientifiques et technologiques d'avenir.

L'Union européenne appelle également à soutenir l'accès des femmes à un travail décent et à promouvoir l'entrepreneuriat des femmes, en particulier dans l'économie verte, bleue et circulaire.

L'Union européenne et ses Etats membres soulignent également le rôle indispensable de la société civile, tant dans le contexte de l'égalité de genre que dans celui de l'environnement, du changement climatique et de la réduction des risques de catastrophe.

L'UE reconnaît l'importance d'un soutien moral, politique et financier aux organisations de la société civile dans le domaine de l'environnement, aux groupes féministes et aux organisations et mouvements dirigés par des femmes, ainsi qu'aux femmes défendant les droits humains et celles défendant les droits humains en matière environnementale.

Elles sont souvent particulièrement exposées aux menaces et aux attaques.

Des menaces et des attaques qu'elles reçoivent en raison de leurs activités, qui visent à permettre aux femmes et aux filles de jouir pleinement de leurs droits humains, notamment dans le cadre de leur lutte pour le droit à un environnement propre, sain et durable, ou pour une action et justice environnementale et climatique.

L'Union européenne dénonce fermement les attaques, la torture, l'intimidation et les meurtres dont sont victimes les défenseurs des droits humains en matière environnementale.

Le rôle et la responsabilité du secteur privé d'agir conformément aux principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'Homme sont primordiaux à cet égard.

Enfin, nous devons intégrer l'égalité de genre comme une priorité dans toutes nos actions en matière de climat et d'environnement.

Ce n'est qu'en agissant ainsi que nous pourrons assumer nos responsabilités envers les générations actuelles et futures.

C'est pourquoi nous nous engageons à prendre des mesures audacieuses et à engager une collaboration stratégique pour relever ces défis.

L'UE et ses Etats membres invitent le reste de la communauté internationale et nos partenaires à nous rejoindre dans cet effort.


Madame la Présidente,

Je souhaite vous remercier et terminer en citant la philosophe et militante féministe française Simone de Beauvoir, qui nous a autrefois rappelé que les droits des femmes et des filles doivent être défendus - chaque jour, partout.

Dans le contexte du climat et de l'environnement aussi.

Chaque fille a le droit à une vie sans violences.

Chaque femme a le droit à une vie sans discriminations.

Chaque fille et chaque femme ont le droit de s'épanouir et de réaliser son plein potentiel.

Avec cette citation, nous rendons hommage à l'ensemble de celles et ceux qui continuent courageusement à défendre les droits des femmes malgré l'opposition, les difficultés et les conflits :

"N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que des droits de femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devez rester vigilantes votre vie durant."


source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 22 mars 2022