Interview de Mme Amélie de Montchalin, ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, à France 2 le 3 juin 2022, sur la politique de l'environnement.

Texte intégral

 

JEFF WITTENBERG
Bonjour Amélie de MONTCHALIN.

AMELIE DE MONTCHALIN
Bonjour.

JEFF WITTENBERG
Transition écologique, Cohésion des territoires, disait Maya, mais pas seulement, les décrets d'attribution, qui sont parus hier au Journal Officiel, vous attribuent les transports, le logement, la biodiversité, la ruralité, la ville, n'en jetez plus, tous ces secteurs avaient leur ministre ou leur secrétaire d'Etat, sous le gouvernement Jean CASTEX, et vous vous faites tout, toute seule, avec Christophe BECHU aux collectivités territoriales, est-ce que ce n'est pas un peu beaucoup pour une seule ministre ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Alors, la première chose c'est qu'évidemment je n'ai pas le don d'ubiquité, et donc le président, la Première ministre, l'ont dit, l'équipe gouvernementale sera complétée après les législatives selon les sujets…

JEFF WITTENBERG
Donc il y aura un ministre du Logement, un ministre des Transports ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Que la Première ministre et le président voudront effectivement compléter, renforcer. Mais ce qui est certain c'est que ce ministère il a une cohérence, les Français le voient bien, si on parle par exemple de développement des emplois dans les quartiers, ça va avec l'accès au logement, ça va avec le développement des transports, nos emplois, les logements, le transport, ça marchent ensemble dans notre vie quotidienne, et donc c'est une très belle nouvelle que nous ayons mis sous le même toit, dans la même maison, des sujets qui concernent tous les Français.

JEFF WITTENBERG
Vous chapeauterez tout ça.

AMELIE DE MONTCHALIN
Evidemment il y a des sujets qui sont plus spécifiques, mais mon rôle c'est de m'assurer que dans chaque territoire, le développement, la cohésion des territoires, les inégalités territoriales sont résorbées, avec une politique du logement adaptée, avec des transports modernisés, et qu'on le fasse en respectant l'environnement, l'écologie.

JEFF WITTENBERG
Sur l'architecture du gouvernement. On nous promet à chaque fois un gouvernement resserré, il y a déjà 28 ministres et secrétaires d'Etat dans la première équipe d'Elisabeth BORNE, s'il y a de nouveaux ministres, vous venez de le confirmer à demi-mots, ça fait quand même toujours des équipes très fournies, c'est-à-dire qu'il y avait, je le rappelle, six ministres et secrétaires d'Etat sous l'appellation de votre ministère aujourd'hui.

AMELIE DE MONTCHALIN
Le choix d'abord du président c'est de mettre l'écologie, avec la Première ministre, pour que toutes nos décisions, qu'elles viennent de mon ministère, mais qu'elles viennent aussi du ministère de l'Industrie, de l'Agriculture, de tous les secteurs, soient cohérentes avec la transition écologique, la planification écologique…

JEFF WITTENBERG
Plus Agnès PANNIER-RUNACHER qui s'occupe de la Transition énergétique et un secrétaire général à la Planification écologique, ça fait quand même beaucoup de monde.

AMELIE DE MONTCHALIN
Non mais, si on explique aux Français ce qu'on fait. D'abord, l'écologie ça concerne tous les secteurs, donc c'est normal que la Première ministre, et c'est très innovant, c'est la première fois au monde, qu'on mette tout le monde avec cet objectif, ne plus émettre de CO2 en 2050, être neutre en carbone et protéger la biodiversité. Ensuite, il y a une transition énergétique à faire, quand on sort des énergies fossiles, c'est la mission d'Agnès PANNIER-RUNACHER, et puis il y a une mission, que cette écologie, dans les transports, dans le logement, dans notre environnement, dans les déchets, dans l'eau, dans l'air, la qualité de l'eau, qualité de l'air, tout ça ça concerne la vie quotidienne, ça concerne les territoires, et ça c'est ma responsabilité, et effectivement on a mis en place une administration pour que ça fonctionne.

JEFF WITTENBERG
Madame de MONTCHALIN, vous savez aussi ce qu'on pointe, non pas qu'on vous reproche, mais qu'on pointe, comme Agnès PANNIER-RUNACHER vous-même êtes diplômée d'HEC, vous n'avez aucune expérience dans l'écologie, dans l'action écologique, dans votre carrière politique, vous avez un profil qui n'a pas plu, disons, aux associations défendant l'environnement. Qu'est-ce que vous répondez à ça ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Alors je vais vous raconter quelque chose, c'est que moi, si je suis dans ce ministère, c'est que j'ai une conviction qui s'est forgée au moment où j'étais ministre des Affaires européennes, j'avais déjà des convictions avant, et pendant neuf mois, avec Elisabeth BORNE, qui était la ministre de l'Ecologie de l'époque, et avec le président de la République, j'ai bâti l'unanimité en Europe pour que les 27 pays de l'Union européenne s'alignent sur notre objectif, c'est-à-dire d'être neutre en carbone, d'arrêter le réchauffement climatique, pour 2050. Ça a été un très très long travail, au début on était tout seul, on a mis neuf mois, on a passé deux nuits au Conseil européen, et on y est arrivé, c'est bien parce qu'on y est arrivé à 27, que maintenant ça m'a donné une détermination de faire, comment de ce projet, maintenant continental, européen, ça se décline dans notre vie quotidienne. Ce qui est vrai c'est que je ne pense pas, comme certains membres de la NUPES, que l'écologie serait le monopole de ceux qui envoient des signaux. Vous savez il y a aujourd'hui, au fond, une grande supercherie, les gens qui s'appelaient Europe Ecologie-Les Verts.

JEFF WITTENBERG
On va parler d'Europe Ecologie-Les Verts, mais vous venez de citer l'époque où vous étiez ministre de l'action européenne, vous avez été aussi députée, et il y a une association, Agir pour l'environnement, qui a noté que vous êtes l'une des députées qui a… l'une des pires députées à leurs yeux puisque vous avez voté contre toutes les propositions de loi sur le glyphosate, les néonicotinoïdes, l'indemnisation des victimes de pesticides, est-ce que ça ne vous rend pas un peu illégitime pour diriger aujourd'hui le ministère de l'Ecologie ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Je reprends. Le but c'est quoi ? C'est que la transition se fasse pour les Français. Ce classement, et je suis très contente de vous en parler, il a une très drôle de conception de ce qu'est le rôle de député. Pour moi un député ça ne consiste pas à voter des amendements symboliques qui tiennent en une ligne et qui…

JEFF WITTENBERG
C'est symbolique les néonicotinoïdes ou le glyphosate ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Les amendements qui sont cités dans ce classement ne sont pas des amendements qui fonctionnent, ne sont pas des amendements qui résolvent les problèmes, c'est des amendements où on met un grand titre et on dit « vous êtes pour », « vous êtes contre. » Je vous donne un exemple. Dans ce classement il est question de l'indemnisation des victimes de pesticides…

JEFF WITTENBERG
Vous avez voté contre.

AMELIE DE MONTCHALIN
C'est ce que dit le classement, mais qu'est-ce que, et c'est là que c'est mensonger, la vérité c'est quoi ? c'est que c'est ce gouvernement qui en 2020 a mis en place un fonds d'indemnisation des victimes de pesticides, qui est maintenant lié aux organismes sociaux, qui fonctionne, et moi, voyez, je suis beaucoup plus fière d'avoir été celle qui a soutenu le gouvernement qui a mis en place ce fonds d'indemnisation, plutôt que de dire que, parce qu'une ligne, on aurait indemnisé les victimes, au fond c'est ne pas respecter les gens de considérer que d'un trait de plume, en votant pour, en votant contre, comme ça à l'Assemblée, on résolverait les problèmes. Moi mon sujet, et je vais vous le dire avec beaucoup d'honnêteté, et surtout de conviction, je crois qu'on doit pouvoir faire de l'écologie sans aller contre l'économie, je crois qu'on doit pouvoir faire de l'écologie sans…

JEFF WITTENBERG
Mais tout le monde veut faire ça, même la NUPES dont vous parliez à l'instant.

AMELIE DE MONTCHALIN
Ah, je crois que beaucoup de projets de la NUPES ne sont pas des projets qui seraient, dans l'économie qu'on connaît aujourd'hui, des choses qui fonctionneraient. Je crois que l'écologie doit se faire sans diviser les Français, je pense qu'on peut unir 66 millions français sur l'écologie - la NUPES ne dit pas ça - je crois que l'écologie a besoin de l'Europe – Europe Ecologie-Les Verts, en allant dans le parti de Monsieur MELENCHON qui nous dit qu'il faut désobéir à l'Europe, ils ne sont plus européens. Donc oui c'est vrai, je crois qu'on peut faire un projet social et un projet écologique, je crois qu'on peut accompagner tous les Français, je crois qu'on peut transformer l'économie et donc mon enjeu, aujourd'hui, c'est que tous les Français, dans tous les territoires, voient, au fond, un vivre mieux.

JEFF WITTENBERG
Un vivre mieux…

AMELIE DE MONTCHALIN
Vivre mieux ce n'est pas vivre moins bien, ce n'est pas la décroissance.

JEFF WITTENBERG
Concrètement, tout de suite, j'ai une question pour vous ministre de l'Ecologie, comment vous allez faire pour concilier l'action sur le pouvoir d'achat, qui est le premier projet de loi que va présenter Elisabeth BORNE après les législatives, si elle est reconduite, avec l'ambition écologique, en clair comment on fait pour faire baisser le litre d'essence tout en incitant les Français à moins prendre leur voiture, comment vous allez faire ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Ecologie et pouvoir d'achat, c'est le même combat.

JEFF WITTENBERG
Expliquez-nous.

AMELIE DE MONTCHALIN
Parce que, si on veut vivre mieux, on doit vivre mieux avec notre environnement, on doit aussi vivre mieux en dépensant moins. Je vais vous donner trois exemples très concrets.

JEFF WITTENBERG
Oui, mais là je vous parle de l'exemple de l'essence, concrètement.

AMELIE DE MONTCHALIN
Evidemment aujourd'hui on protège le pouvoir d'achat, on évite que les prix augmentent trop, avec le bouclier tarifaire, avec les prix de l'électricité qui sont limités, avec la ristourne à la pompe, ça c'est la réponse aujourd'hui, mais si on veut que les Français fassent des économies, demain, à moyen terme, à long terme, qu'est-ce qu'on fait ? On les aide à changer de voiture, évidemment ça a un coût aujourd'hui, mais c'est très rentable dans plusieurs années. Qu'est-ce qu'on fait ? On met la prime à la conversion, on met la voiture électrique à 100 euros. La voiture électrique à 100 euros…

JEFF WITTENBERG
Ça c'est dans le moyen terme, mais dans l'immédiat est-ce que vous allez continuer à faire baisser le litre d'essence, de gazole, est-ce que c'est votre souhait ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Ça, évidemment, le projet de loi que nous préparons sur le pouvoir d'achat il est là pour protéger aujourd'hui, mais moi ma mission, c'est qu'il y a le aujourd'hui, mais la transition écologique elle nous concerne pour les prochaines années. La voiture électrique à 100 euros, c'est bon pour le climat, moins de pollution, c'est bon pour le pouvoir d'achat, beaucoup moins cher que les pleins d'essence…

JEFF WITTENBERG
100 euros en leasing, on précise.

AMELIE DE MONTCHALIN
Et de gazole, à faire chaque mois. Autre exemple. Rénover votre logement, ça coûte de l'argent, on vous accompagne avec MaPrimeRénov', mais du coup c'est moins de facture de chauffage, c'est moins de pollution pour…

JEFF WITTENBERG
Il y aura de nouvelles mesures sur la rénovation thermique, cet été, lors du projet de loi de finances rectificative, est-ce que vous annoncerez de nouvelles mesures, je sais qu'il y a le devoir de réserve aujourd'hui, vous ne pouvez pas annoncer…

AMELIE DE MONTCHALIN
Non, mais ce que je peux vous dire sur la rénovation des passoires thermiques…

JEFF WITTENBERG
Qu'est-ce qui sera fait ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Depuis 2020 on arrive à rénover 700.000 logements par an, si on continue à ce rythme-là, dans 5 ans, on aura quasiment éradiqué toutes les passoires thermiques qui sont mauvaises pour le pouvoir d'achat, mauvaises pour le climat. Il y a un enjeu, si on veut continuer, dans la construction, dans la rénovation à faire, c'est les copropriétés, ça je peux vous dire que c'est un chantier devant nous majeur, parce qu'on arrive à bien rénover les logements individuels, MaPrimeRénov', 700.000 Français qui ont rénové leur maison, il faut que sur les copropriétés on avance, ça passe par la concertation avec les acteurs du logement, et donc ça va évidemment se poursuivre.

JEFF WITTENBERG
Vous avez besoin d'une majorité à l'Assemblée nationale et elle n'est pas acquise encore, parce que de l'affaire Damien ABAD à, non pas l'affaire, mais disons aux ennuis de Gérald DARMANIN, ministre de l'Intérieur, après ce qui s'est passé au Stade de France, vous admettez que les débuts de ce gouvernement sont pour le moins compliqués, ce gouvernement avec Elisabeth BORNE à sa tête ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Mais la politique c'est…

JEFF WITTENBERG
Sans langue de bois.

AMELIE DE MONTCHALIN
C'est souvent deux choses. D'un côté il y a toujours des polémiques, parfois des crises médiatiques, et les ministres se sont exprimés, ont dit que la manière dont nous voulons aussi avancer, résoudre les problèmes, mais pour moi la politique, et au fond les législatives c'est quoi ? c'est de se présenter devant les Français et de leur parler de sujets à la fois d'aujourd'hui et d'avenir, leur parler d'éducation, de santé, leur parler évidemment d'écologie, de pouvoir d'achat…

JEFF WITTENBERG
Ils ne vous parlent pas de Damien ABAD les électeurs, ni de Gérald DARMANIN ?

AMELIE DE MONTCHALIN
Et de leur dire, au fond, qu'est-ce qu'on veut faire pour cinq ans, qu'est-ce que vous voulez qu'il se passe, quels sont les projets que vous voulez qu'on mette en avant ? Le président de la République s'est présenté, il a été réélu, sur un projet, ce projet on l'explique dans chacun de nos territoires et on fait, au fond, ce lien entre un projet national, et chacune des 577 circonscriptions…

JEFF WITTENBERG
Donc vous êtes optimiste pour le 12 juin.

AMELIE DE MONTCHALIN
On est combatif, il faut que les Français voient la différence que nous voulons amener dans leur vie quotidienne, sur leurs sujets de préoccupation, et je fais bien la part des choses entre ce choix qui se fait dans les urnes le 12 et le 19 juin, pour l'avenir, et évidemment la part aussi de ces crises médiatiques, de ces polémiques, qu'il faut gérer avec sérieux, mais qui…ce n'est pas tout à fait la même chose pour les Français.

JEFF WITTENBERG
Merci beaucoup Amélie de MONTCHALIN, ministre donc de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, très bonne journée.

AMELIE DE MONTCHALIN
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 7 juin 2022