Interview de M. Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire, à France é le 20 juillet 2022, sur les incendies en France, la sécheresse, le pouvoir d'achat et le déblocage des céréales ukrainiennes.

Texte intégral

JEFF WITTENBERG
Bonjour Marc FESNEAU.

MARC FESNEAU
Bonjour.

JEFF WITTENBERG
Ministre de l'Agriculture et de la sécurité alimentaire, ministre aussi un peu des forêts, car l'Office national des forêts dépend de votre ministère ; on va parler de l'après, de ce qui sera fait après cette catastrophe. Mais pour l'instant, il y a toujours le feu, on l'entendait encore dans le journal, en Gironde, même s'il commence à être un peu plus limité. Il y a l'urgence, et il y a un Gouvernement qui est obligé de s'expliquer sur le manque de moyens, dont certains l'accusent.

MARC FESNEAU
Oui, alors, c'est toujours les sujets qui viennent quand il y a des incendies de cette ampleur, on est face à des phénomènes qui sont exceptionnels, c'est plus de 20.000 hectares en Gironde, 1.500 dans le Finistère, 1.500 dans les Bouches-du-Rhône, avec plus de 300 départs de feux, je crois, qui sont à l'oeuvre. D'abord, saluer l'engagement des sapeurs-pompiers, et saluer l'engagement des forces de sécurité civile, les gendarmes, les policiers, et puis, saluer aussi les forestiers, ceux de l'Office national des forêts, et puis, les forestiers privés, qui sont très engagés pour essayer de lutter, et puis, aussi, les agriculteurs qui apportent leur main forte aussi…

JEFF WITTENBERG
Mais ce sont des professionnels, pardon, qui parfois disent, ils manquent de moyens, il y a des Canadairs qui sont en maintenance…

MARC FESNEAU
Oui, alors, il y a un sujet sur les moyens, alors, d'abord, dire ce qu'est l'état des choses, on est le pays d'Europe qui a la plus grande flotte aérienne, qui permet de lutter contre les incendies, sans doute ce type d'événement doit nous faire réfléchir, le président de la République se rendra cet après-midi en Gironde, à complémenter les moyens, à aller plus loin. La sécurité civile s'est vue dotée d'un budget en augmentation de 44% dans les cinq dernières années, ça veut dire qu'on a déjà été au rendez-vous, sans doute qu'il faudra aller plus loin, pour faire face à des incendies dont on voit bien que les épisodes de sécheresse et la canicule viennent les rendre beaucoup plus prégnants. C'est très rare qu'on ait des incendies dans le Finistère, je pense aux incendies qui ont lieu dans les Monts d'Arrée, on arrivait à concentrer les moyens sur les zones les plus à risque, le bassin méditerranéen, un peu la Gironde quand même.

JEFF WITTENBERG
Mais ce que vous dites en creux, c'est qu'aujourd'hui, on n'était pas armé pour affronter ces mégas feux qui éclatent un peu partout finalement…

MARC FESNEAU
Si, mais, moi, je constate qu'on a des moyens, qu'on a dû déployer des moyens importants, sans doute faudra-t-il aller plus loin, mais déjà…

JEFF WITTENBERG
Qui n'étaient pas suffisants…

MARC FESNEAU
Mais c'est toujours, pardon de le dire comme ça, c'est toujours commode de dire, une fois qu'on a des événements, de dire : si on avait su, si on avait pu, si on avait voulu, la vérité, c'est que le Gouvernement a déjà été à l'oeuvre, puisque les budgets…

JEFF WITTENBERG
Gouverner, mais c'est prévoir, gouverner, c'est prévoir…

MARC FESNEAU
Oui, mais c'est ce qu'on a fait pour la sécurité civile, puisqu'on a augmenté le budget, qu'il y a 850 millions qui sont prévus pour remettre à niveau la flotte, et donc on avait... ça ne date pas... ce n'est pas une mesure qui date d'aujourd'hui, c'est une mesure qui avait été prise avant, donc, on avait pleinement pris conscience qu'il faut que ça monte en puissance effectivement.

JEFF WITTENBERG
Au-delà de la lutte contre le feu, est-ce qu'il faudra repenser les forêts lorsqu'elles seront replantées après cette catastrophe ?

MARC FESNEAU
Alors, on deux sujets sans doute là-dedans…

JEFF WITTENBERG
Est-ce qu'il ne faut pas par exemple planter que des résineux dans les forêts ?

MARC FESNEAU
Non, mais il y a deux sujets, il y a un premier sujet, c'est qu'on a une forêt qui a une tendance structurelle à dépérir, compte tenu des événements climatiques et du dérèglement climatique, je pense à ce qui se passe dans l'Est, avec un dépérissement lié à une maladie, et 2°) : des essences qui sont peut-être moins adaptées ou pas assez adaptées, y compris dans des forêts de feuillus, y compris dans des régions comme les miennes, et donc on a besoin de réorienter les plantations…

JEFF WITTENBERG
Le Centre Val de Loire…

MARC FESNEAU
Du Centre Val-de-Loire, vous avez raison de le préciser, et donc, on a besoin de réorienter les plantations, c'est un travail de temps long, là aussi, il y a des moyens, et là aussi, on n'a pas attendu cet épisode-là pour le faire, puisque le président de la République avait annoncé, y compris dans la campagne présidentielle, qu'il souhaitait qu'on aille beaucoup plus loin, il y a plus d'un milliard d'euros qui sont prévus pour faire la replantation. Donc il faut réfléchir...

JEFF WITTENBERG
Et là, on voit que les pins par exemple en Gironde, ils partent comme en torche…

MARC FESNEAU
Alors, il faut globalement réfléchir sur la question du dépérissement et modifier les plantations qu'on a dans nos forêts, et puis, deuxièmement, des moyens de lutte qui fassent qu'on ait plus de diversités sans doute, qu'on ait plus de ce qu'on appelle des pare-feux, c'est-à-dire des bandes qui sont sans plantation, mais qui permettent de ralentir en cas d'incendie, les affaires de dessertes forestières, donc on a toute une panoplie d'outils. Je réunirai la semaine prochaine un certain nombre d'acteurs pour travailler sur ces questions, il n'est pas temps pour l'instant, vous le comprendrez, puisque, là, il est temps de lutter contre l'incendie, je répète : il faut saluer l'engagement des pompiers qui ont préservé beaucoup de biens et beaucoup de personnes, et après, il sera le temps de la reconstruction et de la replantation.

JEFF WITTENBERG
Donc, vous nous annoncez qu'il y aura une réunion la semaine prochaine à votre ministère sur ces questions…

MARC FESNEAU
Avec mes collègues de la Transition écologique, oui…

JEFF WITTENBERG
C'est souvent des propriétaires privés qui possèdent ces forêts, est-ce que vous pouvez les contraindre à planter différemment ?

MARC FESNEAU
Eh bien, on peut les orienter, il y a déjà des dispositifs dans le code rural qui permettent d'orienter un certain nombre de choses, y compris en termes de renouvellement, y compris en termes de lutte contre les incendies, et donc, c'est avec eux qu'on va travailler, et avec évidemment les gestionnaires publics, que sont l'ONF en particulier, et les communes forestières aussi.

JEFF WITTENBERG
Marc FESNEAU, à côté de ces incendies exceptionnels, il y a une autre conséquence catastrophique de cette situation de météo, c'est la sécheresse qui se prolonge, qui dure depuis des semaines, depuis des mois, plus de 70 départements français, je crois, sont…

MARC FESNEAU
75, oui…

JEFF WITTENBERG
75 exactement ont aujourd'hui des mesures de restriction d'eau, est-ce qu'il faut aller plus loin, est-ce qu'il faut que ces mesures soient davantage appliquées qu'elles ne le sont, là encore, en termes de mesures d'urgence ?

MARC FESNEAU
Là aussi, essayer de préciser les choses, on a un dispositif qui est très rôdé, qui est un dispositif gradué qui va des premières mesures jusqu'à des mesures d'interdiction strictes sur un certain nombre d'utilisations de l'eau, moi, j'en appelle à la responsabilité de chacun, au fond, dans des périodes comme celle-là, est-ce qu'il est besoin de remplir sa piscine, est-ce qu'il est besoin de laver sa voiture, est-ce qu'il est besoin...

JEFF WITTENBERG
De nettoyer sa voiture, mais rien ne l'interdit aujourd'hui…

MARC FESNEAU
Si, si, il y a un certain nombre d'arrêtés préfectoraux qui l'interdisent, après, il faut que ce soit appliqué, mais on ne va pas aller dans chaque maison vérifier ce que font les gens, c'est une possibilité, mais la question n'est pas celle-là, la question, c‘est la responsabilité…

JEFF WITTENBERG
Mais vous allez renforcer le contrôle sur ce point, parce que justement, il y a beaucoup d'eau qui est gâchée en ce moment alors que de nombreux agriculteurs en ont besoin…

MARC FESNEAU
Mais il y a des contrôles, il y a des contrôles sur le terrain, les agriculteurs en ont besoin, certains industriels en ont besoin. Et donc les agriculteurs font leur part, parce qu'ils sont très contrôlés, ils font leur part de réduction de l'utilisation d'eau avec des conséquences sur les récoltes, et puis, chacun doit penser que n'importe quel geste qui permet d'économiser l'eau dans cette période-là est un geste important.

JEFF WITTENBERG
Chaque jour qui passe, disait Christiane LAMBERT, la présidente de la FNSEA, il y a quelques jours, on voit les cultures dépérir. Il y a des cultures particulières qui souffrent, par exemple, le maïs, qui a besoin de beaucoup d'eau, est-ce que vous avez déjà prévu des mesures de dédommagement, d'aide aux agriculteurs au cas par cas ou de façon globale ?

MARC FESNEAU
Là aussi, on est au milieu de la crise, donc il appartient de regarder d'ici quelques semaines les conséquences réelles, il y a sur certaines cultures, et puis, il y a des conséquences aussi sur l'alimentation animale, puisqu'il y a un certain nombre de prairies qui ne sont plus utilisables, qui n'auront pas de repousse, et qui fera qu'il peut manquer de l'alimentation pour le bétail. Et donc ça, on a besoin de faire un état des lieux à la fin de l'été ; c'est plutôt quand les animaux seront rentrés et seront à l'étable, comme on dit, cet hiver, qu'il faudra qu'on ait anticipé cette question-là pour pouvoir faire en sorte que l'alimentation soit au rendez-vous pour les animaux. Donc…

JEFF WITTENBERG
Mais cet état des lieux, il va se traduire par des aides…

MARC FESNEAU
Alors, il y a des dispositifs, ça me permet de dire deux choses, il y a des dispositifs classiques, qu'on appelle le dispositif de calamité agricole, le Gouvernement a toujours été au rendez-vous sur d'autres épisodes climatiques, je pense à ce qui s'est passé sur la grêle ou le gel, le gel l'an dernier…

JEFF WITTENBERG
Vous pourriez le déclencher là aussi ? Vous pourriez le déclencher le dispositif de calamité agricole ?

MARC FESNEAU
Le dispositif se déclenche, et puis, il y a des mesures d'exonération de charges et des mesures d'exonération de... ou de report de charges, des mesures d'exonération sur le foncier non bâti, donc on va activer l'ensemble des dispositifs, l'important, c'est d'avoir un état des lieux. Et puis, il y a un deuxième sujet, c'est le système d'assurance récolte qu'on va mettre en oeuvre, c'est l'objet d'une loi qui avait été portée par mon prédécesseur, Julien DENORMANDIE…

JEFF WITTENBERG
Julien DENORMANDIE, mais dont on n'a pas vu le jour encore…

MARC FESNEAU
Ecoutez, la loi a été votée, a été promulguée le 5 mars…

JEFF WITTENBERG
Qui n'a pas vu le jour, pardon…

MARC FESNEAU
Oui, a été promulguée le 5 mars…

JEFF WITTENBERG
Pour l'instant, il y n'y a d'assurance récolte, concrètement, pour que les agriculteurs comprennent... ?

MARC FESNEAU
Si, donc pour l'instant, il y a un système d'assurance récolte, mais on voit bien que la multiplication des aléas le rendait le système obsolète, donc on a réformé ce système, et l'objectif, c'est qu'au 1er janvier 2023, il soit mis à l'oeuvre, c'est-à-dire dans un temps très court, j'avais encore une réunion hier soir, y compris avec Christiane LAMBERT et d'autres organisations agricoles, pour travailler sur cette question.

JEFF WITTENBERG
Mais l'assurance récolte, qu'on comprenne bien, ça va concerner tous les agriculteurs, il faudra souscrire à des compagnies privées, c'est l'Etat qui sera derrière, comment ça se passera ?

MARC FESNEAU
C'est, à la fois, l'Etat [qui] aidera à la souscription de contrats d'assurance-récolte, puis, après, le système assurantiel, et puis, il y a la part des cotisations des agriculteurs, donc c'est un système qui vise à mieux sécuriser, c'est un élément de sécurisation. Et puis, il y a un troisième élément, pardon, sur des éléments de sécheresse, il faut qu'on arrive à déployer dans le territoire les suites de ce qu'on a appelé le Varenne de l'eau, qui était un moment de grandes discussions et de débats sur la gestion de l'eau ; on a des éclats d'eau, on a des périodes sans eau du tout, et puis, des périodes avec beaucoup d'eau, et donc, il faut qu'on puisse en récupérer une partie pour les périodes de disette comme celle que nous connaissons, parce que sans eau, il n'y a pas d'agriculture, il faudra qu'on apprenne à vivre avec ça, et donc à modifier les pratiques et à réguler la question de l'eau.

JEFF WITTENBERG
Marc FESNEAU, on a parlé des incendies de la sécheresse, il y a un autre sujet chaud cette fois au sens figuré, qui est en ce moment en débat à l'Assemblée nationale, c'est la loi sur le pouvoir d'achat, vous étiez ministre des Relations avec le Parlement dans le précédent Gouvernement, c'est en expert un peu que vous voyez ce qui se passe, ça avance très doucement, il y a 20 articles dans cette loi et 3 seulement ont été votés, normalement, tout doit être bouclé avant ce week-end, pourquoi ça coince, est-ce que les compromis qu'avait promis le Gouvernement, eh bien, finalement, c'est juste des mots, c'est ce que vous reproche la gauche notamment ?

MARC FESNEAU
Non, mais, pour avoir un compromis, il faut que chacun bouge de position, et moi, je vois un certain nombre d'attitudes, pas partout, sur tous les bancs, de gens qui ne veulent pas bouger de position, donc le compromis, ce n'est pas : je tiens ma position, et venez à ma position, sinon, il n'y a pas de compromis, c'est ça le principe d'un compromis. Alors, il va falloir que chacun apprenne, le Gouvernement y est prêt, il y a un certain nombre de travaux qui ont été faits avec y compris les gens de l'opposition, y compris avec les parlementaires de la majorité ; le temps est un peu long, on est dans une période où il faut que chacun apprenne à travailler avec la volonté du compromis

JEFF WITTENBERG
Vous dites : pas sur tous les bancs, justement, le Rassemblement national, lui, a voté, notamment le 1er article sur la prime Macron…

MARC FESNEAU
Ce n'était pas à eux principalement que je pensais, mais…

JEFF WITTENBERG
Oui, mais est-ce que ça vous pose un problème de conscience politique juste, pardon, que le Rassemblement National associe ses voix et vous permette de passer cette loi…

MARC FESNEAU
Mais c'est le débat démocratique, chacun... personne n'est obligé de voter ce qu'il a à voter, il n'y a pas de mandat impératif. Deuxième élément, personne ne s'offusque que la semaine dernière, le Rassemblement national avec La France Insoumise aient fait sauter l'article 2 du projet de loi sanitaire, donc c'est le débat démocratique…

JEFF WITTENBERG
Aucun état d'âme là-dessus donc ?

MARC FESNEAU
Non, mais ce n'est pas une question d'état d'âme, l'important…

JEFF WITTENBERG
Du moment que ça passe, vous êtes content…

MARC FESNEAU
Non, ce n'est pas ça, l'important, c'est d'avoir une majorité, il me semble que chez une partie des socialistes, chez une partie des LR, il y a des gens avec lesquels on peut trouver un terrain d'entente pour arriver à une majorité. Donc la question n'est pas de se polariser sur le Rassemblement national, le Rassemblement national fait bien ce qu'il veut. Il est libre de voter ou de ne pas voter, il le fait souvent d'ailleurs avec La France Insoumise…

JEFF WITTENBERG
Si ça vous arrange, tant mieux…

MARC FESNEAU
Non, mais ce n'est pas une question de m'arranger. La question n'est pas de m'arranger, la question, c'est d'avoir un équilibre politique qui tienne la route sur la durée, et donc il me semble que dans le champ républicain, avec les Républicains, avec une partie des socialistes, il y a les voies et moyens de trouver des compromis.

JEFF WITTENBERG
Dernière question, réponse courte, s'il vous plaît, Vladimir POUTINE, un tout autre sujet, mais on reparle d'agriculture et de céréales dit qu'il veut bien aider le déblocage des céréales ukrainiennes qui sont bloquées dans les ports aujourd'hui à cause de la guerre, à condition qu'on lève l'embargo sur sa propre production, qu'est-ce que vous en pensez…

MARC FESNEAU
Il y a un mot simple pour résumer cette pensée ou cette proposition, c'est : ça s'appelle du chantage, si on a un problème aujourd'hui de céréales, je voyais mon collègue allemand hier à Berlin, si on a un problème aujourd'hui de céréales, c'est parce qu'on ne peut plus sortir les céréales en particulier du port d'Odessa, donc c'est la volonté de Vladimir POUTINE, il ne faut pas inverser les rôles et les responsabilités, la responsabilité de Vladimir POUTINE, c'est de laisser circuler les céréales, parce que ça a des conséquences sur le prix des céréales et ça a des conséquences aussi sur les pays limitrophes, y compris les pays méditerranéens. Donc il y a une responsabilité, n'inversons pas les rôles, et ne faisons pas par pitié des céréales et de l'alimentation un objet de chantage, parce que là, on rentre dans une logique qui serait une logique que je crois délétère.

JEFF WITTENBERG
Merci beaucoup Marc FESNEAU…

MARC FESNEAU
Merci à vous.

JEFF WITTENBERG
Ministre de l'Agriculture.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 21 juillet 2022