Contrats aidés : une hausse du retour à l’emploi en 2017

Le retour à l’emploi des personnes en sortie de contrat aidé a augmenté en 2017. Les bénéficiaires ont une appréciation positive de leur passage en contrat aidé.

3 minutes
Deux jardiniers-paysagistes taillant des haies.
La situation du marché du travail, en nette amélioration en 2017, a bénéficié aux contrats aidés. @Cyril Papot - stock.adobe.com

Qu’est-ce qu’un contrat aidé ?

Les contrats aidés ont été créés pour faciliter l’emploi des personnes en difficulté d’insertion professionnelle, grâce à une aide versée par l’État à l’employeur.

On distingue :

  • les emplois d’avenir, destinés aux jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés ;
  • les contrats unique d’insertion (CUI) qui s’adressent sans limite d’âge aux seniors, aux jeunes, aux personnes handicapées, aux bénéficiaires du RSA et aux chômeurs de longue durée.

En 2017, 260 900 personnes ont bénéficié d’un emploi aidé. 259 400 contrats ont été signés dans le secteur non marchand (associations, services publics comme les écoles ou les hôpitaux, collectivités territoriales) et 33 800 dans le secteur marchand (les métiers du commerce, de l’hôtellerie-restauration, de la gestion-secrétariat).

72% des personnes en contrat aidé dans le secteur privé retrouvent un emploi

Dans une étude publiée le 9 avril 2019, la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère du travail révèle une forte augmentation du taux de retour à l’emploi des personnes sorties de contrats aidés en 2017.

72% des personnes en contrat unique d’insertion dans le secteur marchand (CUI-CIE) et 49% des personnes ayant effectué ce même contrat dans le secteur non marchand (CUI-CAE) déclarent être en emploi six mois après. C’est aussi le cas de 67% des sortants d’emploi d’avenir marchand et de 58% de ceux issus d’un emploi d’avenir non marchand.

Selon la Dares, la situation du marché du travail, en nette amélioration en 2017 (341 000 emplois créés), a bénéficié aux contrats aidés. Le retour à l’emploi dépend aussi du métier exercé durant le contrat. Ainsi, le domaine de la gestion-secrétariat favoriserait la réinsertion professionnelle, contrairement à l’hôtellerie-restauration.

Globalement, les bénéficiaires ont une vision positive de leur passage en contrat aidé. Près de 80% d’entre eux déclarent y avoir développé ou acquis des compétences, et près de 75% estiment que cet emploi leur a permis de se sentir utile et de reprendre confiance.

En 2017, le gouvernement a annoncé vouloir réduire les contrats aidés jugés “coûteux et peu efficaces” par la Cour des comptes. En 2018, les CUI et emplois d’avenir ont été remplacés par le Parcours Emploi Compétences (PEC) plus exigeant en matière de formation des salariés. Environ 130 000 PEC seront financés en 2019, contre 200 000 contrats aidés en 2018 et 310 000 en 2017.