La Croatie prend la présidence du Conseil de l'Union européenne

Pour la première fois depuis son adhésion à l'Union européenne (UE), la Croatie assure la présidence du Conseil de l'UE du 1er janvier au 30 juin 2020. Ce semestre va être particulièrement marqué par la transition vers une Europe à 27 États membres.

2 minutes
Drapeaux croate et européen fusionnés.
Pour sa présidence, la Croatie a fixé quatre priorités : une Europe qui se développe, qui se connecte, qui protège et qui soit influente. © 3D generator - stock.adobe.com

État indépendant depuis 1991, la Croatie a adhéré à l'Union européenne en juillet 2013. Elle assure la présidence du Conseil de l'UE pendant le premier semestre 2020.

La Croatie, le troisième pays du "trio" avec la Roumanie et la Finlande

Le calendrier des présidences est établi jusqu'en 2030. Les États membres qui assurent la présidence du Conseil de l'UE, travaillent en étroite collaboration par groupe de trois pays désignés appelés "trios" sur une période de 18 mois.

Chaque pays membre assure cette fonction six mois à tour de rôle. Le trio actuel est composé de la Roumanie (de janvier à juin 2019), puis de la Finlande (de juillet à décembre 2019) et enfin de la Croatie (de janvier à juin 2020).

Pour le trio en activité, les thèmes sont :

  • les valeurs communes de l'UE ;
  • la croissance durable ;
  • le renforcement de la capacité d'action extérieure et de la sécurité.

La présidence de la Croatie se déroule à un moment crucial, après le renouvellement du Parlement européen et l'entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne et à l'heure du Brexit prévu le 31 janvier 2020.

Un objectif d'une "Europe forte dans un monde de défis"

La Croatie a fixé quatre priorités pour sa présidence : une Europe qui se développe, qui se connecte, qui protège et qui soit influente.

Plus précisément ces objectifs concernent :

  • le développement régional, la compétitivité et la compétence des territoires, la lutte contre le changement climatique, la protection de l'environnement ;
  • le renforcement de la connectabilité des infrastructures, un espace unique des transports, un marché intégré de l'énergie, la mise en place d'une infrastructure des données de haute qualité et sécurisée ;
  • le renforcement de la sécurité intérieure, le contrôle de frontières, une politique migratoire compréhensive et durable, la protection des libertés et de la démocratie ;
  • faire de l'Europe un acteur international de premier plan pour défendre et promouvoir les intérêts européens.