Aide-soignant : une formation qui attire moins

En 2018, 26 200 étudiants étaient inscrits en école d’aides-soignants. La baisse des inscriptions amorcée en 2017 se poursuit. Néanmoins, le nombre de diplômés est quasiment stable et cette formation de santé reste l'une des plus suivies, après celle d’infirmier.

2 minutes
Personnel médical remplissant un formulaire.
Les élèves intégrant une école d'aides-soignants ont en moyenne 28 ans et 7 mois. © sudok1 - stock.adobe.com

Une femme de plus de 28 ans d'origine modeste, titulaire du baccalauréat : tel est le profil type d'un élève aide-soignant, révélé par une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé parue en décembre 2019. Qui sont plus précisément ces étudiants ?

Des candidats moins nombreux

Le nombre de diplômés stagne : 22 800 étudiants ont obtenu leur diplôme d’aide-soignant en 2018, soit 300 de moins qu’en 2017.

En revanche, le nombre d’inscrits en formation baisse pour la deuxième année consécutive (-6% de 2016 à 2018). Celui des candidats au concours d'entrée a chuté de 42% entre 2014 et 2018. Le taux de candidats admis est donc beaucoup plus important en 2018 (41%) qu'en 2014 (24%).

Une majorité de femmes d'au moins 28 ans et bachelières

Les élèves intégrant une école d'aides-soignants ont en moyenne 28 ans et 7 mois (contre 25 ans et 5 mois pour l'ensemble des étudiants en première année d’une formation de santé). La plupart suivent ce cursus dans le cadre d’une reconversion professionnelle ou d’un retour à l’emploi.

Les promotions d’élèves aides-soignants sont très féminisées : elles comptent 90% de femmes en 2017, contre 84% pour les autres formations de santé.

Aucun diplôme n'est exigé pour accéder à cette formation. Cependant, 57% des étudiants ont pour diplôme le plus élevé le baccalauréat ou un équivalent, et 9% un diplôme de l’enseignement supérieur. La scolarité dure un an et se déroule dans l'une des 484 écoles de France métropolitaine et d'outre-mer. L’admission a lieu sur concours ou par validation des acquis de l’expérience (VAE).

 

Des étudiants issus de milieux modestes

Les nouveaux inscrits en formation d’aide-soignant ont majoritairement des parents ouvriers, employés ou n'ayant jamais travaillé. À l'inverse, les enfants de cadres ou de professions intermédiaires sont sous-représentés.

En 2017, 84% des élèves ont bénéficié d'au moins un financement ; 49% d'entre eux ont perçu une aide en tant que demandeurs d'emploi, 33% une bourse ou une autre aide du conseil départemental ou régional, et 8% une aide au titre d'une promotion professionnelle.