Face à la crise sanitaire, le rôle renforcé de l'agriculture française

La pandémie du COVID-19 et le confinement en découlant ont mis la question de se nourrir au centre des préoccupations essentielles des Français. Mais comment faire en sorte que la filière agricole poursuive ses activités et réponde à la demande dans un contexte de fortes tensions ?

3 minutes
Champ de fraises
© stock.adobe.com

La crainte du confinement a conduit de nombreux Français à constituer des réserves alimentaires en grande quantité, révélant ainsi combien se nourrir en période de crise reste une préoccupation fondamentale dans les foyers français. Incitée fortement par les pouvoirs publics, la filière agricole doit être en capacité de répondre à la demande, mais, pour cela, elle doit être aussi soutenue fortement.
 

L’agriculture : un secteur prioritaire

L’approvisionnement alimentaire de la population prend toute sa mesure en période de crise, il participe au sentiment de sécurité. Lors du discours du Président de la République du 12 mars 2020, ce dernier  précise : "Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en-dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie à d’autres est une folie."
 
L’agriculture française et toute la chaîne alimentaire doivent assurer l’alimentation de la population et être en capacité de poursuivre leurs activités. Dans son communiqué du 18 mars 2020, le ministre de l’agriculture et de l’alimentation remercie l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire, agriculteurs, salariés des coopératives, PME, industries de l’agroalimentaires et distributeurs pour leur engagement à assurer l’alimentation. Il encourage également les Français à privilégier la variété et la qualités des aliments dans leurs achats, en achetant les légumes et fruits français, soutenant ainsi la production agricole nationale.
 

Soutenir l’activité agricole

Le printemps, période de semences et de récoltes,  nécessite de nombreux travailleurs saisonniers  (estimé à 200 000) qui jusqu'alors venaient souvent de l’étranger. Afin que les récoltes puissent être réalisées,  le ministre de l'économie et des finances, la ministre du travail et le ministre de l’agriculture  et de l'alimentation ont lancé un appel aux Français souhaitant renforcer la force de travail de la chaîne agricole et agroalimentaire. Des consignes de sécurité sanitaire devront être mises en place pour ces activités et des plateformes pour mettre en relation des candidats et les agriculteurs sont organisées.
 
Dans le même temps, en supprimant les marchés ouverts lorsqu’ils ne répondent pas à la sécurité sanitaire nécessaire (décret du 23 mars 2020), les producteurs risquent de se trouver en grande difficulté pour écouler leurs productions, déjà mises à mal avec la fermeture de  la restauration commerciale et collective. Aussi des initiatives de la part des agriculteurs se développent comme la vente directe, de proximité, les livraisons de paniers de leurs produits. Par ailleurs, les grands distributeurs se tournent vers la production nationale pour remplacer les importations manquantes du fait du ralentissement des échanges commerciaux internationaux.
 
Afin d'assurer la continuité de l'activité agricole des mesures ont également été prises pour que les magasins nécessaires aux exploitations agricoles (entretien et réparation des machines par exemple) restent ouverts (arrêté du 15 mars 2020).

Au niveau européen enfin,  le délai de la déclaration des aides à la politique agricole commune est reporté au 15 juin 2020.