L'Union européenne face aux fausses informations sur le COVID-19

Un site de l’Union européenne répertorie les rumeurs et les fausses informations qui circulent dans les médias et sur les réseaux sociaux à propos du coronavirus et de l'épidémie de COVID-19.

Temps de lecture  2 minutes

simon kolton - stock.adobe.com

La désinformation "se propage plus vite que le virus" selon l’Organisation mondiale de la santé qui parle d’une "infodémie à l’échelle planétaire". Pour lutter contre la diffusion d'infox (fake news) et de rumeurs sur le COVID-19, le Service européen de l’action extérieure pilote le site EUvsDisinformation

La désinformation à caractère politique

Le 19 mars 2020, EUvsDisinformation.eu a publié un premier rapport qui dresse un état du flot continu et croissant d'intox sur le COVID-19. Les fausses informations appartiennent à deux catégories :

L'Union européenne et les États-Unis sont les principales cibles des fausses nouvelles diffusées. Les infox portent en grand nombre sur les origines du coronavirus. 
 

"La désinformation peut tuer"

Le 31 mars 2020, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avertit du déferlement des intox sur des moyens pour soigner le COVID-19 qui "peuvent vraiment faire du mal".

La Commission a mis en ligne un dossier pour lutter contre la désinformation. Elle y préconise de ne pas partager des informations non vérifiées provenant de sources douteuses, de rester vigilants face aux escroqueries en ligne et explique certains faits, objet de désinformations très présentes sur les réseaux sociaux.