Quelle évaluation de la stratégie de lutte contre la pauvreté ?

Éviter la reproduction sociale de la pauvreté ou permettre aux gens de sortir de la pauvreté sont les objectifs de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. Le comité chargé de son évaluation vient de définir une méthodologie, un calendrier et des recommandations pour l'évaluation de cette politique publique.

3 minutes
© nateejindakum - stock.adobe.com

La France s’est engagée en 2015 devant les Nations unies à éradiquer d’ici à 2030 la grande pauvreté dans le cadre des objectifs de développement durable. En 2017, la France métropolitaine comptait, selon l'Insee, 8,9 millions de personnes en situation de pauvreté monétaire.

C'est dans ce contexte qu'une stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté a été présentée le 13 septembre 2018 par le président de la République. Par la suite, la ministre des solidarités et de la santé a confié à France stratégie la mission d'évaluer la stratégie adoptée.

En septembre 2019, un comité d'évaluation a vu le jour regroupant des associations, des personnalités qualifiées, des chercheurs, avec l’appui des administrations et des établissements publics concernés. Y sont associées deux démarches participatives constituées l’une de personnes en situation de pauvreté, l’autre de 30 citoyens représentatifs de l’ensemble de la population. La première note d’étape sur l'évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté parue en mars 2020 précise la méthodologie, le calendrier des travaux et énonce des recommandations pour une évaluation réussie.

Définir une méthode et un calendrier

Concernant la méthode, il est à noter que la crise sanitaire du COVID-19, intervenue pendant la rédaction de cette première note, et son impact seront intégrés dans les travaux d’évaluation à venir.

La stratégie nationale dans son ensemble sera évaluée par rapport aux trois objectifs suivants :

  • éviter la reproduction sociale de la pauvreté ;
  • permettre aux gens de sortir de la pauvreté ;
  • ne laisser personne en situation de pauvreté.

Quant aux 35 mesures concrètes de la stratégie nationale (regroupées autour de cinq thématiques : petite enfance et éducation, santé, accompagnement formation et emploi, logement, droits sociaux), elles feront l'objet d'un suivi sur leur mise en oeuvre et leurs effets respectifs.

S'agissant du calendrier, la mise en place effective des mesures, la récupération des données, les effets réels des mesures nécessitent que les évaluations soient poursuivies au-delà de 2022. Chaque année des rapports d’évaluation présenteront donc l’état d’avancement de la mise en oeuvre de la stratégie, les résultats d’évaluations menées, l’avis et les recommandations du comité.

Cinq recommandations pour une évaluation réussie

Pour que cette évaluation soit réalisée des conditions optimales, le comité énonce cinq recommandations :

  • des moyens financiers pour construire un programme sur plusieurs années ;
  • des conditions d’expérimentation optimale avec le déploiement de la formation de 600 000 professionnels de la petite enfance ;
  • un suivi statistique du parcours d’un certain nombre d'enfants ayant bénéficié de ces mesures ;
  • le lancement de nouvelles enquêtes, en particulier sur les "invisibles" comme les ménages hors logement ordinaires (sans domicile, personnes vivant à l'hôtel...) ;
  • un bilan sur la mise en oeuvre du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale de 2013-2017.