Stratégie énergie-climat pour 2028 : plus de renouvelables et moins de nucléaire

Favoriser les énergies renouvelables, diminuer la part du nucléaire dans la production d'électricité... Deux décrets viennent de fixer la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) de la France à l'horizon 2028 avec comme objectif final la neutralité carbone en 2050.

3 minutes
© engel.ac - stock.adobe.com

Les décrets fixant la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) sont parus au Journal officiel le 23 avril 2020. Ils s'inscrivent dans un contexte de transition écologique et de "décarbonation" progressive de tous les secteurs d'activité.

Initiés en juin 2017, ces deux textes ont été révisés pour prendre en compte les mesures de la loi Énergie-Climat adoptée en novembre 2019, avant d’être soumis à la consultation du public en février 2020.

 

Une diversification du mix énergétique

Cette programmation définit les orientations énergétiques de la France pour la période 2019-2028. Elle vise quatre objectifs principaux à l’horizon 2028 :

  • baisser de 35% la consommation d’énergies fossiles et de 16,5% la consommation finale d’énergie par rapport à 2012, notamment grâce à un plan de rénovation thermique des logements et de substitution des moyens de chauffage les plus polluants ;
  • réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre issues de la combustion d’énergie par rapport à 1990 ;
  • développer les énergies renouvelables dans toutes les filières (chaleur, électricité, carburants et gaz), en particulier avec le développement de la production d’électricité renouvelable (photovoltaïque, hydroélectricité, éolien terrestre et en mer…) ;
  • réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% en 2035, contre plus de 70% aujourd'hui (la France prévoit de fermer 14 réacteurs nucléaires, dont ceux de Fessenheim où le deuxième réacteur doit être mis à l’arrêt en juin 2020).

La PPE prévoit également le développement de moyens de transports plus propres avec 3 millions de véhicules électriques et 1,8 millions de véhicules hybrides pour les particuliers. Enfin, environ 100 000 points de recharge électrique seront ouverts au public, ainsi que 400 à 1 000 stations d'hydrogène.

L’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050

La Stratégie nationale bas-carbone définit une trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Elle fixe à court terme des budgets carbone, c'est-à-dire des plafonds d’émissions à ne pas dépasser sur des périodes de cinq ans.

La nouvelle version de la SNBC revoit à la hausse le deuxième budget carbone 2019-2023 et le troisième budget 2024-2028, respectivement de 422 et 359 millions de tonnes de CO2 par an. Elle présente également le quatrième budget carbone fixé à 300 millions de tonnes de CO2 par an pour la période 2029-2033.


La SNBC et la PPE pourraient être amenées à évoluer prochainement pour intégrer le rehaussement par la Commission européenne des objectifs de réduction des émissions de GES d’ici 2030 ("Green Deal") ou encore les mesures proposées par la Convention citoyenne pour le climat qui doit rendre ses conclusions après la période de confinement.