Coronavirus : le moral des Français semble peu affecté par la crise

Le choc de la crise sanitaire et les deux mois de confinement ne semblent pas avoir trop affecté le moral des Français. C’est ce que révèle une récente étude du Crédoc.

Temps de lecture  3 minutes

© A.J. Pedrosa - stock.adobe.com

Avec le confinement et la distanciation sociale, les réseaux sociaux ont vu leur fréquentation bondir. Afin de connaître l’impact de la crise du coronavirus sur l’état d’esprit des Français, le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc) a réalisé une étude à partir des messages postés sur Twitter et d’enquêtes menées auprès de la population.

Une grande partie des Français montre de la lassitude, de la fatigue, de l’anxiété par rapport à la maladie et craignent les conséquences socio-économiques du confinement. Mais beaucoup cherchent, par ailleurs, à tirer parti de ce moment de parenthèse pour faire une pause, prendre du temps pour eux et pour leurs proches.

Plus de tweets positifs que négatifs associés au confinement

Selon l’étude du Crédoc, les messages associés au confinement sur Twitter ont plutôt une connotation positive. 42% des tweets parlent de solidarité, d’espoir, de civisme, d’engagement ou encore du plaisir de partager plus de moments en famille et de prendre du temps soi.

Il y a, par exemple, des élans de reconnaissance vis-à-vis de certaines professions (éboueurs, agriculteurs, soignants) ou encore des initiatives d’entraide et de soutien (courses pour les personnes fragiles, mise à disposition de masques ou de médicaments…). La période de confinement a également inspiré beaucoup d’humour pour lutter contre la morosité (blagues, vidéos d’humoristes professionnels ou amateurs…)

Au final, seulement un quart des messages véhiculent des émotions négatives et témoignent du mal-être que génère le confinement. De nombreux tweets font état de nervosité, de troubles liés à l’inactivité et d’une consommation excessive d’alcool ou de stupéfiants. Pour beaucoup, l’isolement et le manque de contacts ou, à l’inverse, la promiscuité avec ses proches sont particulièrement difficiles à vivre. 

Plusieurs enquêtes notent, par ailleurs, une hausse des troubles du sommeil, de la détresse psychique et des épisodes dépressifs.

Une relative stabilité du bien-être en France

L’épidémie du coronavirus n’a pas affecté l’humeur générale sur Twitter entre janvier et avril 2020. 

Plusieurs études montrent que les Français s’attendent à des difficultés pour le pays, pour leur entreprise et craignent le chômage ou que leur niveau de vie diminue. Pour autant, cela ne semble pas affecter significativement le moral de la population. Selon la dernière enquête du Crédoc, les Français sont 62% à se déclarer heureux fin avril 2020. Un chiffre qui varie peu puisqu'il était de 64% dans l’enquête réalisée en janvier 2020. 

Selon le Crédoc, cette période de confinement n’a pas été si mal vécue par les Français car ils aspirent depuis plusieurs années à ralentir leur rythme de vie. Fin avril 2020, après cinq semaines de confinement, 80% de la population continuent de penser qu’il est préférable de prendre le temps plutôt que de vivre la vie à cent à l’heure.