Où vivent les ménages les plus aisés en France ?

Une récente étude de l'INSEE révèle que les Français les plus aisés vivent majoritairement en Île-de-France, ainsi que dans les départements frontaliers et littoraux.

Temps de lecture  2 minutes

© pixarno. stock.adobe.com

Dans une étude consacrée aux ménages à très hauts revenus, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) dévoile le profil des 1% des ménages les plus aisés en France.

Ces foyers qualifiés de "très hauts revenus" perçoivent au moins 9 000 euros net par mois pour une personne seule et 19 020 euros pour un couple avec deux enfants.

Quatre personnes à très hauts revenus sur dix vivent en Île-de-France

En 2017, 43% des personnes à très hauts revenus habitent en Île-de-France, principalement à Paris et dans les Hauts-de-Seine. Plus de la moitié des "très aisés" résident dans cette région, c’est-à-dire les 0,1% les plus riches qui perçoivent un revenu mensuel supérieur à 22 360 euros. 

L’Île-de-France étant la première région économique française, ces chiffres s'expliquent par la forte proportion de cadres qui représentent 30% de l’emploi, contre 18% au niveau national.

En dehors de l'Île-de-France, les ménages à très hauts revenus sont davantage présents dans les départements frontaliers, notamment voisins avec la Suisse, et ceux du littoral méditerranéen. 

Des couples sans enfants et des seniors

Ces Français aisés sont le plus souvent des couples sans enfants (37%) ou des foyers avec un membre de plus de 60 ans (48%). 

Si les salaires constituent leur principale source de revenu, comme pour l’ensemble des ménages, ils perçoivent plus souvent des revenus issus du patrimoine ou d’activités non salariés. C’est particulièrement le cas en Corse et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Les ménages à très hauts revenus reversent 30% de ce qu'ils touchent en impôts directs, contre 15% pour l’ensemble de la population. Ce taux grimpe à 35% pour les ménages très aisés. Ce niveau d’imposition est légèrement plus faible (27%) en Auvergne-Rhône-Alpes, probablement dû à l'importance des revenus perçus et imposés en Suisse selon l’INSEE.