Quand l’Union européenne se compare aux pays du G20

Population, PIB mondial, échanges commerciaux, emploi, santé... L'Union européenne est l'un des principaux chefs de file du G20. Mais quel est son poids face aux autres pays du G20 ? Un aperçu avant la pandémie de COVID-19.

Temps de lecture  3 minutes

Couleurs de l'Europe avec en fond les contours de l'Union européenne et des graphiques.
En 2018, l’Union européenne a généré 18,6% du PIB mondial. © Katarzyna - stock.adobe.com

Un portrait du géant économique européen qui peut surprendre. Dans la sixième édition de sa publication de juin 2020, l’Union européenne dans le monde, l’Office statistique de l’Union européenne, Eurostat, a publié des données qui comparent l’UE des 27 avec 16 pays qui font partie du G20 mais qui ne sont pas des États de l’Union (Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, Inde, Indonésie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie et Turquie).

Population : un poids relatif

En 2018, selon le communiqué de presse d'Eurostat du 2 juin 2020, sur les 7,6 milliards de personnes peuplant la planète, 450 millions vivaient dans l'UE, soit un peu moins de 6% de la population mondiale. La Chine domine de loin l’Union, elle abrite 1,4 milliard d'habitants, soit 18,7% de la population mondiale suivie de près par l’Inde avec 1,35 milliards (17,7%). L’UE, sans le Royaume-Uni depuis 2020, se positionne à la troisième place, avant les États-Unis et leurs 327 millions d’habitants.

Trois quarts de la population européenne vivait dans les villes, une part supérieure à la moyenne mondiale. L’Union ne compte toutefois plus qu’une unique ville dans le top 30 des plus grandes agglomérations mondiales : c’est Paris, à la 25e place. Elle est largement dépassée par les métropoles d’Asie comme Tokyo, Delhi, Shanghai...

18, 6 % du PIB mondial en 2018

Le G20 a contribué à 86,2% de la création du PIB mondial. Deuxième contributeur, l’Union en a généré 18,6%. Elle est devancée par les États-Unis (24%) mais se situe devant la Chine (15,9%). Le Royaume-Uni pour sa part a contribué à la création des richesses mondiales à hauteur de 3,3% en 2018.

La part de l’UE dans le PIB mondial a néanmoins diminué en dix ans, passant de 25,6% en 2008 (avant la crise des dettes souveraines) à 18,6% en 2018. La part des États-Unis a légèrement progressé (23,1% en 2008 contre 24% en 2018). Dans le même temps, la part de la Chine a connu un essor notable passant de 7,2% à 15,9%.

Un partenaire commercial incontournable

L'UE dispose d'une place de choix dans les échanges mondiaux : elle a été à l’origine de plus d’un quart des activités commerciales (hors services) mondiales en 2018. Au niveau des exportations, elle réalise 12% des échanges mondiaux avec des partenaires en dehors de l’Union et 16,8% avec des pays de l'UE. Les États-Unis et le Royaume-Uni sont ses deux marchés les plus importants, suivis à distance par la Chine. La situation s’inverse en termes d’importations : l’Union a acheté davantage en Chine qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Emploi, santé et tourisme

Le taux de chômage moyen au sein de l'Union européenne s’élevait à 7,3%. Il est de 5% au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Chine, le chiffre le plus faible étant enregistré au Japon (3,5%). Avec un taux à près de 30%, l'Afrique du Sud, pour sa part, a affiché un chiffre record depuis 2008.

Concernant les dépenses courantes de santé, elles représentent 17% du PIB en 2016 aux États-Unis qui se situent en tête des pays du G20. Avec sept points derrière, l’UE a consacré 10% de son PIB à ce portefeuille. Très loin dans ce palmarès se trouvent la Chine avec 5%, voire l’Inde avec moins de 4% de leur PIB respectif dédié à la santé.

Enfin, le tourisme est un secteur crucial pour beaucoup d’économies. En 2017, l’UE a été la zone où plus de 29% de l’ensemble des recettes mondiales du secteur touristique ont été dépensées.