Crise sanitaire et télétravail : moins d'émissions de gaz à effet de serre ?

Pendant le confinement lié à la pandémie de COVID-19, 41% des actifs français ont adopté le télétravail, 17% le pratiquaient déjà. Plébiscitée par ses utilisateurs, cette organisation du travail semble avoir aussi un impact bénéfique sur l'environnement selon une étude récente de l'ADEME.

Temps de lecture  2 minutes

crise sanitaire et télétravail : baisse des émissions de CO2 ? Illustration : femme en télétravail face à une fenêtre.
Le télétravail a permis de réduire la congestion des routes et les émissions de gaz à effet de serre. © olezzo - stock.adobe.com

71% des personnes qui télétravaillent habituellement souhaitent le faire plus souvent car elles peuvent ainsi mieux gérer leur stress (60%) et être plus concentrées. Parmi les nouveaux télétravailleurs, 76% aimeraient poursuivre cette expérience, qui permet d'améliorer l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, malgré des relations professionnelles et une ergonomie du lieu de travail dégradées.

C'est ce qu'indique l'Agence de la transition écologique (ADEME) le 2 juillet 2020 dans une étude sur le télétravail et les modes de vie en lien avec la période de confinement.

Moins de pollution

Selon l'étude de l'ADEME, le télétravail permet également de :

  • réduire la congestion des routes et les émissions de gaz à effet de serre (GES). En se fondant sur un potentiel de 35% des actifs en télétravail, l'ADEME estime que 3,3 millions de déplacements seraient évités en France chaque semaine, ce qui réduirait la production hebdomadaire de GES d'au moins 3 200 tonnes ;
  • accéder plus facilement à l'emploi. Avec 75% de chômeurs qui ont des difficultés à trouver un emploi à cause des transports, le télétravail serait une solution pour la moitié d'entre eux (soit plus de 1,5 million de personnes) ;
  • relocaliser les activités du quotidien autour du domicile même si l'ADEME souligne aussi que de nombreux Français se disent prêts à résider loin de leur lieu de travail, en zone rurale ou dans une ville plus petite. Ils risqueraient alors de devoir utiliser leur voiture plus souvent (courses, activités des enfants…).

De nouveaux modes de consommation

En télétravail, les Français ont cuisiné davantage (plus d'une heure par jour pour 40% d'entre eux, contre 26% avant le confinement) et réorganisé les courses (66%). Le gaspillage alimentaire a donc diminué.

Les achats en ligne ont augmenté : 72,7% des Français y ont eu recours, dont 37% pour la première fois. Cependant, ils ne semblent pas toujours conscients de l'impact environnemental du e-commerce (numérique, emballage, transport…). D'ailleurs, 32% des consommateurs ont un abonnement qui inclut la livraison gratuite et illimitée, ces gros acheteurs se montrant moins soucieux de l'environnement.

Néanmoins, après cette crise sanitaire sans précédent, 77% des Français souhaitent que la lutte contre le réchauffement climatique fasse l'objet d'investissements massifs dans le monde entier.