Lutte contre la pénurie de médicaments : les propositions du Parlement européen

La pandémie de Covid-19 a entraîné une augmentation de la demande de certains médicaments dans les États membres de l’Union européenne. Elle a aussi montré la fragilité de la chaîne d’approvisionnement du médicament vers l’Europe. 40% des médicaments commercialisés proviennent, à l’heure actuelle, de pays tiers dont la Chine et l’Inde.

3 minutes
Production de médicaments en comprimés
Production de médicaments en comprimés © Bogdan. stock-adobe.com

Rétablir la production pharmaceutique en Europe et créer une "pharmacie européenne d’urgence", telles sont les principales recommandations du rapport sur la pénurie des médicaments adopté, le 14 juillet 2020, par la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement européen.

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière à quel point l’UE est devenue dépendante de la Chine et de l’Inde, notamment, pour la production d’ingrédients pharmaceutiques actifs (IPA), de matières premières chimiques et de médicaments finis. 

L'UE dépendante de pays tiers pour son approvisionnement pharmaceutique

    Les constats du Parlement européen sont alarmants :

    • 40% des médicaments commercialisés dans l’UE proviennent de pays tiers ;
    • 60 à 80% des ingrédients pharmaceutiques actifs sont fabriqués en Inde ou en Chine ;
    • l'Inde et la Chine produisent 60% du paracétamol, 90% de la pénicilline et 50% de l’ibuprofène dans le monde.

    Les pénuries au sein de l’Union européenne ont été multipliées par 20 entre 2000 et 2018, selon le Parlement européen. Cette évolution est particulièrement marquée pour les médicaments essentiels, c’est-à-dire ceux qui répondent aux besoins de santé prioritaires d’une population. Plus de 50% des remèdes qui traitent les troubles du système nerveux (épilepsie, maladie de Parkinson), les cancers et les infections seraient produits en quantité est insuffisante, selon les députés européens.

    En conséquence, le Parlement européen encourage la Commission européenne à adopter une stratégie visant à rapatrier la production pharmaceutique en Europe, en donnant la priorité aux médicaments essentiels et stratégiques. Cette dynamique est déjà partiellement à l’oeuvre pour les IPA à haute puissance utilisés dans une nouvelle génération de médicaments. L'Union reste d'ailleurs une puissance exportatrice de biens médicaux à forte valeur ajoutée avec pour principal client les États-Unis.

    Égalité d'accès aux médicaments, prix abordables et prévention de la pénurie de médicaments

    Dans son rapport, le Parlement européen propose des incitations financières pour convaincre les entreprises de fabriquer les substances pharmaceutiques actives et les médicaments en Europe. Le lancement, fin mai 2020, du nouveau programme de santé de l'UE devrait également rendre l'accès aux médicaments plus facile, plus abordable et renforcer les systèmes de santé de l’UE. 

    La pandémie de Covid-19 n'est qu’un exemple des perturbations auxquelles les systèmes de santé européens sont exposés périodiquement depuis que l'industrie pharmaceutique européenne a délocalisé la production notamment des médicaments génériques.

    Dans leur rapport, les eurodéputés plaident en faveur de la mise en place d'une véritable stratégie industrielle pharmaceutique : "Notre dépendance à l'égard des pays tiers est apparue au grand jour... Il est nécessaire de relocaliser certains types de production, d'harmoniser les législations et de renforcer la coopération entre États membres afin de parvenir à une plus grande solidarité et de retrouver notre indépendance."