Déchets nucléaires de faible activité à vie longue : les recommandations de l’ASN

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) préconise principalement une réévaluation régulière des capacités de stockage des déchets radioactifs de faible activité à vie longue (FA-VL).

Temps de lecture  3 minutes

Vue aérienne de la plateforme nucléaire de Marcoule (Gard).
Dans le département du Gard, la plateforme nucléaire de Marcoule. Près de 42 000 m3 de déchets bitumés sont issus du traitement d’effluents liquides radioactifs sur ce site. © Sébastien Nogier/Reuters - stock.adobe.com

Cet avis sur la gestion des déchets de faible activité à vie longue (FA-VL) a été publié le 10 août 2020. Il s'inscrit dans le processus d'élaboration de la 5e édition du plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR).

Quelle stratégie générale de gestion des déchets FA-VL ?

Les études réalisées par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), EDF et Orano (ex-Areva), producteurs ou détenteurs de déchets radioactifs, permettent à l’ASN de formuler un certain nombre de recommandations parmi lesquelles :

  • la prise en compte de tous les déchets FA-VL produits après le 1er janvier 2019 et leur stockage dans des installations spécifiquement autorisées pour ce type de déchets ;
  • la fixation par l’Andra, au plus tard le 31 décembre 2021, de différentes options techniques et de sûreté pour des installations de stockage à faible profondeur de ces déchets (avec une étude en priorité des déchets de graphite et radifères) ;
  • la présentation par l’Andra avant le 30 juin 2023 des options techniques et de sûreté retenues pour le stockage à faible profondeur de déchets FA-VL sur le territoire de la communauté de communes de Vendeuvre-Soulaines (département de l'Aube).

Classification des déchets radioactifs

Les déchets radioactifs sont classés en fonction de leur durée de vie et de leur activité (il existe 6 catégories de déchets nucléaires).

Des recommandations par catégories de déchets FA-VL

L’ASN estime que les producteurs de déchets de graphite devront réaliser, pour le 31 décembre 2022, un point d’étape sur l’analyse des spécifications nécessaires au stockage adapté à ce type de déchets.

Les déchets bitumés devront pour leur part faire l’objet, le 31 décembre 2021, d’une analyse plus fine distinguant les déchets qui relève des FA-VL, de ceux qui s’intègrent à la filière moyenne activité à vie longue (MA-VL).

Quant aux déchets uranifères (RTCU) produits à partir du 1er janvier 2019, ils "doivent rester inscrits dans la catégorie FA-VL et être intégrés aux travaux sur les scénarios de gestion des déchets FA-VL". Concernant les RTCU déjà produits, ils doivent être inscrits à l’inventaire des déchets FA-VL. Par ailleurs, l’ASN demande que le gouvernement apporte des précisions sur la responsabilité de l’Andra pour la conception, l’implantation, la réalisation et la gestion d’un stockage des RTCU.

Les catégories de déchets FA-VL

La catégorie des déchets FA-VL se caractérise par son hétérogénéité. On trouve principalement :

  • les déchets de graphite (81 000 m3) qui sont surtout issus du démantèlement de réacteurs ;
  • les déchets radifères (60 000m3) qui proviennent notamment de la dépollution d'anciens sites industriels ;
  • les déchets uranifères, d’un volume estimé de 55 000 m3 sont des résidus de traitement de conversion de l’uranium (RTCU) d’Orano à Malvési produits à partir du 1er janvier 2019 ;
  • les déchets bitumés (42 000 m3) provenant du traitement d’effluents liquides radioactifs sur le site de Marcoule du CEA.