Baisse des salaires dans la fonction publique hospitalière (FPH) en 2018

Fonctionnaires, contractuels, personnels médicaux : les agents de la fonction publique hospitalière gagnaient en moyenne 2 308 euros nets par mois en 2018, soit une baisse de 1% en euros constants, selon l'INSEE. Avec des disparités salariales entre les postes qui s'accentuent.

Temps de lecture  3 minutes

Infirmière vérifiant les constantes d'un patient.
La diminution des salaires résulte de plusieurs facteurs, notamment l'absence de revalorisation du point d'indice (augmenté de 0,6% en 2016 et 2017). © auremar - stock.adobe.com

L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a publié le 30 septembre 2020 une étude sur le niveau des salaires dans la fonction publique hospitalière. En 2018, les 1,1 million d’agents de la fonction publique hospitalière ont perçu un salaire moyen de 2 308 euros nets par mois. S'il a augmenté de 0,9% cette année-là, le salaire reculait en réalité de 1% en raison de l'inflation (+1,8 % en 2018).

Une baisse de 1%

Selon les données de l'INSEE, le salaire moyen a baissé de 0,9% dans les hôpitaux (2 373 euros nets) et de 1,2% les établissements médico-sociaux-EMS (1 858 euros nets) en 2018. L'écart entre les structures s'explique par les différences de qualification et de statut : l'hôpital compte plus de 74% de fonctionnaires (66% dans les EMS) et les fonctionnaires y sont plus souvent de catégorie A.

Les agents de la FPH sont en majorité fonctionnaires (73%), 20% sont contractuels et 7% font partie des personnels médicaux. Le salaire net moyen des fonctionnaires a diminué de 1,2% alors que le recul est plus faible pour les contractuels (-0,6%). Celui des personnels médicaux reste presque inchangé (-0,1%).

La diminution des salaires résulte de plusieurs facteurs :

  • absence de revalorisation du point d'indice (augmenté de 0,6% en 2016 et 2017) ;
  • report à 2019 du protocole relatif aux parcours professionnels, aux carrières et aux rémunérations de la fonction publique (PPCR) pour les fonctionnaires (revalorisation des carrières en échange de leur allongement) ;
  • augmentation du taux de cotisation retraite pour les fonctionnaires (+0,3 point en 2018).

 

Des disparités salariales en hausse

En 2018, le recul des salaires est moins sensible pour les rémunérations les plus élevées. Les 10% des salariés les moins rémunérés ont perçu un salaire inférieur à 1 474 euros nets soit une baisse de 1,8%. Les 10% les mieux rémunérés ont gagné au moins 3 242 euros (-0,5%).

La rémunération des fonctionnaires a diminué de :

  • 1,8% pour la catégorie A (2 597 euros par mois) ;
  • 1,6% pour la catégorie B (2 371 euros par mois) ;
  • 1,3% pour la catégorie C (1 830 euros par mois).

Les femmes, qui représentent près de 90% des aides-soignants et 50% des personnels médicaux, ont perçu un salaire inférieur de 20,8% (20,5% en 2017) à celui des hommes, en équivalents temps plein (EQTP). Soit, à profil identique, un écart salarial de 3,7%.  L'enquête n'a pas pris en compte les facteurs habituels d'inégalités liés au temps de travail (temps partiel, par exemple).

Pour les salariés présents toute l’année chez le même employeur et avec la même quotité de travail, soit près de deux agents sur trois de la FPH, le salaire net moyen est stable.