Covid-19 : après la deuxième vague, d'autres vagues ?

L'Europe connaît actuellement une deuxième vague de l'épidémie de Covid-19. Sa durée, difficile à prévoir, pourrait se situer jusqu'au début de l'année 2021. Toutefois, après cette vague, le Conseil scientifique estime "probable" que plusieurs vagues puissent se succéder encore jusqu'au printemps 2021.

Le pont de pierre désert franchissant la Garonne à Bordeaux, en Gironde.
Avec une situation extrêmement difficile, le Conseil suggère notamment une stratégie de type "on/off" avec des mesures de restrictions successives, variables selon les territoires et de durées limitées. © JeanLuc Ichard - stock.adobe.com

"Une deuxième vague entraînant une situation sanitaire critique" indique la note du Conseil scientifique actualisée au 28 octobre 2020.

Face à ce constat, le Conseil scientifique définit trois grands objectifs à prendre en compte :

  • protéger les anciens, les personnes fragiles et les personnes en situation de précarité pour réduire la mortalité et la saturation du système de soins ;
  • préserver l'économie, même partiellement, respecter la vie scolaire et la formation ;
  • limiter la circulation du virus pour revenir à un niveau plus bas permettant l'efficacité de la stratégie "Tester - Tracer - Isoler".

Durée de la deuxième vague

Selon le Conseil scientifique, il est difficile de prévoir la durée de cette deuxième vague car elle dépend du virus lui-même, de la météo du moment mais aussi de l'acceptation par les citoyens des mesures prises pour limiter la circulation du virus.

Le Conseil considère néanmoins possible une sortie de la deuxième vague en fin d'année 2020 ou au début de l'année 2021.

Cette sortie de ce pic épidémique se traduirait par une circulation du virus à un niveau contrôlé (5 000 à 8 000 contaminations par jour maximum). Cela devrait permettre la mise en place efficace de la stratégie pour "Tester - Tracer - Isoler" qui, avec les mesures de distanciations physiques, assure un contrôle possible de la circulation du virus comme le montrent les exemples de certains pays d'Asie du sud-est.

De nouvelles vagues à venir ?

Toutefois, malgré de nouvelles mesures optimisées, le Conseil estime qu'elles ne suffiront sans doute pas à éviter d’autres vagues successives durant la fin de l’hiver et le printemps 2021.

En effet, estime le Conseil, l’immunité de la population va mettre de nombreux mois à monter de façon significative et ralentir ainsi la circulation rapide du virus dans la population. Par ailleurs, reconnaît le Conseil, la durée de l’immunité protectrice des personnes atteintes n'est à ce jour pas connue avec exactitude.

Quant aux premiers vaccins et aux autres types de traitements, il pourrait falloir attendre le deuxième trimestre 2021.

Par conséquent, devant de nombreux mois avec une situation extrêmement difficile, le Conseil suggère plusieurs types de stratégies :

  • de type "on/off" avec des mesures de restrictions successives, variables selon les territoires et pour des durées limitées ;
  • de maintien du virus à un taux inférieur à 5 000 contaminations par jour et de suppression de la circulation virale avec des mesures fortes et précoces à chaque reprise épidémique comme cela a été le cas au Danemark, en Finlande ou encore en Allemagne.