Conseils communautaires : 35,8% de femmes après les élections de 2020

Suivant la tendance observée dans les conseils municipaux, la part des femmes a progressé à l'issue des élections de 2020 au sein des conseils communautaires. Mais les fonctions les plus hautes restent très majoritairement occupées par des hommes. Et des disparités géographiques persistent.

Temps de lecture  3 minutes

image conceptuelle mettant en scène des femmes et des hommes dessinés sur des dès.
Les femmes sont plus nombreuses parmi les jeunes élus. Si l'on s'en tient à la classe d'âge de 35-39 ans, elles sont proches d'atteindre la parité au sein des EPCI (47%). © Wolfilser - stock.adobe.com

35,8%, c'est le pourcentage de femmes au sein des conseils communautaires à l'issue des élections municipales de 2020, soit un total de 22 352 femmes occupant une fonction de représentation au sein des 1 254 établissements publics de coopération intercommunales (EPCI). C'est ce que relève la Direction générale des collectivités locales (DGCL) dans son bulletin d'information statistique de novembre 2020.

Une progression plus forte que dans les conseils municipaux

Sans atteindre la parité, le nombre de sièges occupés par des femmes au sein des EPCI est en augmentation. Si elles sont proportionnellement moins représentées qu'au sein des conseils municipaux (42,4%), elles enregistrent une plus forte progression (4,4 points contre 2,5 points).

Elles sont plus présentes dans les EPCI des communes de 1 000 habitants et plus où les règles électives exigent que la parité femme-homme soit respectée. Plus la population de l'EPCI est importante, plus les femmes sont nombreuses. Il y a ainsi 39,1% de femmes dans les conseils des intercommunalités de plus de 300 000 habitants. En revanche, leur progression est plus faible dans les EPCI qui regroupent des communes de moins de 1 000 habitants où les conseillers communautaires sont désignés selon un autre mode de scrutin.

Les femmes proches de la parité parmi les jeunes élus

Les femmes sont plus nombreuses parmi les jeunes élus. Si l'on s'en tient à la classe d'âge de 35 à 39 ans, elles sont proches d'atteindre la parité au sein des EPCI (47%). Au delà de 45 ans, le pourcentage de femmes baisse assez nettement jusqu'à ne représenter que 19% des élus de plus de 75 ans.

Elles restent cependant très minoritaires dans les fonctions les plus hautes au sein des EPCI. Sur l'ensemble des 1 254 établissements publics, on ne dénombre que 140 femmes présidentes (11,2%) et seulement un peu plus d'un quart de femmes parmi les vice-présidents. Ce constat est encore plus flagrant dans les EPCI de 100 000 à 300 000 habitants où seules 8,7% de femmes occupent les plus hauts postes. Néanmoins, comme le note le bulletin d'information, le nombre de présidentes a doublé dans les 21 EPCI de plus de 300 000 habitants, passant de 2 à 4 depuis le dernier scrutin.

Une représentation inégale dans les territoires

Le nord et l'est de la France sont les territoires où les femmes sont moins représentées au sein des EPCI (27% dans le département de la Haute-Saône). Par ailleurs, leur part baisse en Corse. Et, dans 30 départements, il n'y a aucune femme présidente d'EPCI. En revanche, elles atteignent plus de 40% dans les départements d'outre-mer, dans les Pays de la Loire et en Bretagne.

Une ressemblance avec certains conseils municipaux

D'un département à l'autre, la proportion de femmes dans les conseils municipaux des communes de moins de 1 000 habitants varie de 32% pour la Meuse à 47% pour les Bouches-du-Rhône. Globalement, la proportion de femmes dans les conseils municipaux des communes de moins de 1 000 habitants est plus faible dans l'est et le nord du pays mais aussi en Corse.