Optique, dentaire, aides auditives, hospitalisation : un reste à charge fortement lié à l'âge

Le reste à charge après remboursement des soins de santé par l'assurance maladie est fortement lié à l'âge et aux types de dépenses de santé. En 2017, pour la moitié des patients, il atteint moins de 240 euros par an. Néanmoins, pour 1% des patients, ce reste à charge dépasse les 3 700 euros par an.

Femme examinée par le dentiste
Pour 0,1% des patients, le reste à charge est même supérieur à 7 600 euros. © DC Studio - stock.adobe.com

En 2017, après remboursements de l'assurance maladie obligatoire, le reste à charge (RAC) s'élève en moyenne à 620 euros par habitant. Toutefois, avec les complémentaires de santé auxquelles 96% des assurés ont accès, cette somme diminue à 220 euros.

C'est ce que souligne en particulier une étude de novembre 2020 sur le reste à charge des dépenses de santé en 2017 réalisée par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

Cette étude est à mettre en perspective avec la réforme du 100% santé, entrée progressivement en vigueur en janvier 2019. Cette réforme avait pour objectif de limiter les dépassements de frais de santé en optique, dentaire et prothèses auditives.

Un reste à charge qui augmente avec l'âge

Les dépenses de santé sont multipliées par onze entre 6 ans et 85 ans. Toutefois, le reste à charge moyen varie seulement de 200 euros à 1 000 euros pour ces mêmes écarts d'âge.

Cette plus faible variation s'explique par :

  • le système de prise en charge à 100% des affections de longue durée (ALD) qui concernent 66% des personnes de plus de 85 ans ;
  • la part importante de soins hospitaliers dans cette catégorie d'âge (par opposition aux soins de ville moins bien pris en charge).

Les soins en optique, dentaire et aides auditives qui ne pèsent que 3% des dépenses de santé des plus de 85 ans représentent cependant une forte proportion du reste à charge pour ces assurés (22%).

Dans l'ensemble, ces frais sont variables selon les âges :

  • le dentaire représente 50% du RAC pour les 11-15 ans ;
  • les aides auditives augmentent à partir de 50 ans (100 euros en moyenne par an pour les plus de 85 ans) ;
  • l'hôpital représente 12% du RAC pour les 36-40 ans mais 30% pour les plus de 85 ans.

Plus de 3 700 euros pour 1% des patients

Les RAC les plus importants (supérieurs à 3 700 euros) touchent 1% des patients.

Pour 0,1% des patients, ce reste à charge est même supérieur à 7 600 euros. Cette catégorie regroupe plusieurs profils de patients : patients occasionnels de soins de ville confrontés à de forts dépassements, malades ayant une consommation continue de soins en ville et à l’hôpital. Toutefois, le principal profil de cette catégorie de patients concerne des individus âgés de 55 à 85 ans. Ils ont une forte consommation de soins de ville avec des épisodes d'hospitalisation relativement courts (en moyenne, huit jours d'hospitalisation à temps complet par an). La moitié d'entre eux ne sont pas en ALD.  Et, pour ceux qui sont en ALD, environ 30% sont en poly-ALD (tumeurs malignes, insuffisances cardiaques, diabète).