Validation des acquis de l'expérience : une majorité de licences professionnelles obtenues en 2019

Créée en 2002, la validation des acquis de l'expérience (VAE) permet d'obtenir tout ou partie d'un diplôme après examen par un jury. En 2019, 43% des bénéficiaires de VAE ont obtenu une licence professionnelle. Et plus de 90% de ceux obtenant une VAE sont en emploi.

Temps de lecture  3 minutes

Salariée et son responsable dans un cabinet d'architectes travaillant sur un projet.
Parmi les candidats dits "recevables" en 2019, 46% ont visé l’obtention d’une licence professionnelle et 39% celle d’un master ou d'un doctorat. © Shutter B - stock.adobe.com

La VAE (validation des acquis de l'expérience) est une démarche qui s’étend en moyenne sur un peu moins de 16 mois au terme de laquelle le candidat peut se voir accorder par le jury une VAE totale, partielle (sa demande pouvant aussi être refusée). L’employeur et l’autofinancement représentent près des trois quarts des sources de financement.

La note d'information du service statistique du ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'Innovation, de décembre 2020, fait le point sur les validations délivrées totalement ou partiellement en 2019 par les universités et le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

Licence professionnelle, master ou doctorat

En 2019, 3 631 personnes ont obtenu tout ou partie d’un diplôme au titre de la VAE après examen par un jury dans les universités et au Cnam. Cette même année, les jurys ont refusé 160 demandes (soit jugées non conformes aux critères administratifs, soit n'étant pas en relation avec le diplôme visé).

Parmi les candidats dits "recevables" en 2019, 46% ont visé l’obtention d’une licence professionnelle et 39% celle d’un master ou d'un doctorat.

Près de quatre fois sur dix, les bénéficiaires de VAE obtiennent :

  • une licence professionnelle (43%) ;
  • un master ou un doctorat (36,8%).

Ils devancent ceux obtenant une licence générale (8,7%) ou un diplôme d’ingénieur (3,3%).

Le droit-économie-gestion et les sciences-technologie-santé sont les domaines disciplinaires les plus concernés par la VAE.

Les bénéficiaires de VAE obtiennent majoritairement un diplôme du niveau juste supérieur à celui dont ils sont déjà titulaires. La licence professionnelle est cependant délivrée près d’une fois sur trois à des titulaires de diplôme du niveau du baccalauréat. Près de la moitié des diplômés d’une licence professionnelle en VAE sont titulaires d’un "bac+2" (22% des bénéficiaires de VAE en 2019). De même, 48% des diplômés d’un master ou doctorat sont titulaires d’un "bac+3" (ils représentent 17% des bénéficiaires d’une VAE).

Des bénéficiaires pour la plupart en emploi

Neuf bénéficiaires sur dix de VAE sont en emploi. Plus des trois quarts des candidats à la VAE ont entre 30 et 49 ans (40% ont entre 40-49 ans) et 16% ont 50 ans et plus. Les candidats retenus ou les bénéficiaires de VAE sont aussi souvent des hommes que des femmes.

La démarche de VAE a un coût. Présents dans neuf universités sur dix, les gestionnaires des fonds de formation et les entreprises en particulier contribuent pour plus de 25% de la répartition globale des financements des bénéficiaires d'une VAE. Dans 67% des universités, l’accompagnement de la VAE est individuel et pour 60% à la fois individuel et collectif. La VAE collective concernant plusieurs salariés d'une entreprise touche un tiers des universités en 2019.