Stratégie 2021-2030 contre le cancer : améliorer la prévention sur le tabac et l'alcool

Dans l'Union européenne (UE), 2,7 millions de cancers ont été diagnostiqués en 2020. À l'échelle nationale, 1 000 nouveaux cas sont détectés chaque jour. La France se dote pour la première fois d'une stratégie décennale de lutte contre les cancers. Dans le même temps, l'UE met aussi en place une nouvelle approche avec un plan européen anti-cancer.

Rubans de toutes les couleurs représentant les différents cancers existants.
La stratégie nationale disposera d’un budget de 1,74 milliard d’euros (soit 20% de plus que le plan cancer 2017-2021) pour sa première feuille de route 2021-2025. © sewcream - stock.adobe.com

À l'occasion de la journée mondiale contre le cancer, le 4 février 2021, le Président de la République, Emmanuel Macron, a présenté la nouvelle stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030. Pour sa part, la Commission européenne a exposé le plan européen pour vaincre le cancer.

Si la stratégie nationale s'appuie sur les conclusions du rapport d'évaluation du troisième plan cancer 2014-2019, l'initiative européenne a pour ambition d'éviter que les décès liés au cancer n'augmentent de 24% d'ici à 2035.

Des objectifs nationaux et européens communs

La stratégie nationale se décline au travers de quatre objectifs chiffrés :

  • réduire le nombre de cancers évitables de 60 000 par an à l'horizon 2040 (il est aujourd’hui estimé à environ 153 000 par an) ;
  • dépister un million de personnes en plus chaque année dès 2025 (neuf millions le sont chaque année) ;
  • réduire de 2/3 à 1/3 la part des patients souffrant de séquelles cinq ans après un diagnostic ;
  • infléchir significativement le rythme de progression du taux de survie des cancers de plus mauvais pronostic, d'ici à 2030.

Ces objectifs correspondent à quatre axes :

  • améliorer la prévention ;
  • limiter les séquelles pour une meilleure qualité de vie ;
  • lutter contre les cancers développés suite à un mauvais pronostic ;
  • s'assurer que les progrès bénéficient à tous.

Le plan européen détermine quatre domaines d'action clés, qui correspondent en partie aux axes de la stratégie nationale :

  • la prévention (alcool, tabac, pollution environnementale, substances dangereuses, etc.) ;
  • la détection précoce du cancer (dépistage du cancer du sein, du col de l'utérus et du cancer colorectal pour 90% de la population remplissant les conditions d'ici à 2025) ;
  • le diagnostic et le traitement (centres intégrés de cancérologie nationaux reliés par un nouveau réseau européen) ;
  • l'amélioration de la qualité de vie des patients et des personnes ayant survécu au cancer.

Amélioration de la qualité de vie et prévention

Le tabac est désigné comme le premier responsable : en France, il cause 45 000 décès par cancers par an ; dans l'UE, 27% de l’ensemble des cancers lui sont imputables.

Réduire la consommation d'alcool est également une priorité tant nationale qu'européenne. Elle est la cause de 16 000 décès par cancers par an en France.

Les deux dispositifs présentés promeuvent une bonne hygiène de vie (nutrition, activité physique).

La recherche au cœur de la lutte contre le cancer

Si les stratégies nationale et européenne présentent des similitudes importantes, les budgets qui leur sont consacrés sont aussi au centre des dispositifs, ainsi que la recherche.

La recherche sera coordonnée dans la stratégie nationale par l'Institut national du cancer (INCa) avec l'appui de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan). La coopération européenne et internationale sera approfondie.

À l'échelon européen, un Centre de connaissances sur le cancer et une initiative européenne en matière d'imagerie sur le cancer seront mis en place afin de coordonner tous les développements scientifiques et techniques.

La stratégie nationale disposera d’un budget de 1,74 milliard d’euros (soit 20% de plus que le plan cancer 2017-2021) pour sa première feuille de route 2021-2025. Pour l'UE, 4 milliards d'euros seront consacrés à la lutte contre le cancer.