Emploi et chômage : les chiffres du marché du travail en 2020

En 2020, le taux d’emploi des personnes de 15-64 ans a reculé de 0,3 point en moyenne. Cette diminution est à nuancer par le recours inédit au chômage partiel ou technique et à l’avancée du chômage (ou de situations s'en rapprochant) dans un contexte de crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.

Temps de lecture  3 minutes

Jeunes en attente de passer un entretien d'embauche.
Le repli de l’emploi a été plus important pour les jeunes, les salariés les moins qualifiés et ceux en emploi à durée limitée (CDD ou intérim). © dusanpetkovic1 - stock.adobe.com

Selon les données publiées le 18 mars 2021 par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), le taux de chômage atteint 8% en moyenne sur l’année 2020, soit 0,4 point de moins qu’en 2019.

Cela montre que le recul de l’emploi a pu être contenu malgré la crise sanitaire. Néanmoins, la part des personnes sans emploi et souhaitant travailler augmente nettement en 2020.

L’impact du chômage partiel ou technique 

En moyenne sur l’année 2020, parmi les personnes de 15 à 64 ans vivant en France hors Mayotte, 65,3% sont en emploi au sens du Bureau international du travail (BIT). Ces résultats sont relativement stables comparés à ceux de 2019 au même moment. Le taux d’emploi des femmes entre 15 et 64 ans a ainsi reculé de 0,2 point par rapport en 2019, et cet écart est de 0,4 point pour les hommes. 

Le recul de l’emploi en 2020 a largement été contenu par le recours à un dispositif d’activité partielle renforcée dans un contexte de pandémie. Sur cette même période, 6,2% des personnes en emploi déclarent avoir été tout ou partie de la semaine en situation de chômage technique ou partiel. En avril 2020, le chômage partiel ou technique concernait jusqu’à un quart de l’emploi total au moment du premier confinement. 

En conséquence, malgré la stabilité apparente du taux d’emploi, le nombre d’heures travaillées par emploi recule fortement en 2020. Entre 2019 et 2020, le volume moyen d’heures effectivement travaillées par les personnes en emploi recule de 7,4%. 

Des constats différents selon la situation professionnelle 

Selon les analyses de l’INSEE, le repli de l’emploi a été plus important pour les jeunes, les salariés les moins qualifiés et ceux en emploi à durée limitée (CDD ou intérim). En 2020, la part des personnes en contrat à durée déterminée dans l’emploi total a diminué de 0,6 point. Ce recul est de 0,3 point pour les personnes en intérim. De manière globale, la part cumulée des emplois à durée limitée dans l’emploi total a atteint en 2020 son plus bas niveau depuis 2013. 

Ce recul historique s’explique notamment par les restrictions d’activité dans des secteurs recourant davantage à ce type de contrats comme l’hôtellerie, la restauration ou les activités artistiques. 

On constate aussi qu’en parallèle du taux de chômage, le "halo" autour du chômage s’est étendu en 2020. Le "halo" autour du chômage désigne un ensemble de personnes n’étant pas au chômage au sens du BIT mais étant dans une situation qui s’en rapproche. Si l’on cumule cet ensemble avec les chiffres du chômage, alors en 2020 4,2 millions de personnes sont sans emploi et souhaitent travailler, soit 10,3% des 15-64 ans en moyenne. 

mots-clés :