Travail : de nouvelles formes d'emploi dans le secteur agricole

Aux côtés des formes traditionnelles de travail en agriculture, de nouvelles activités et relations au travail se développent. Elles constituent une évolution essentielle pour le secteur. En effet, le marché agricole peut être une opportunité avec des emplois durables face aux transformations industrielles et à celles du secteur des services.

Vendangeurs en pleine récolte.
L’accès à la main d’œuvre est un enjeu majeur pour les employeurs du secteur agricole. La fidélisation et l’expérience doivent être reconnues, avec y compris des perspectives de mobilité dans le secteur. © Eléonore H - stock.adobe.com

De nouvelles formes de travail et relations au travail progressent fortement dans le secteur agricole depuis une dizaine d'années. Elles représentent à présent plus d'un tiers de l’emploi salarié des exploitations agricoles. Cette évolution a des enjeux à la fois agro-écologiques, sociaux, économiques et de souveraineté alimentaire.

Le Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) a publié un état des lieux sur les nouvelles formes de travail en agriculture. Le rapport d'étude remis à la mi-juillet 2021 interroge sur la capacité des nouvelles formes de travail à accompagner et amplifier les transformations en lien avec :

  • le volet agricole du plan France relance ;
  • et les orientations de la nouvelle PAC.

Montée en puissance de nouvelles formes de travail

Entre 2010 à 2019, les formes classiques d'emploi en agriculture qui comprennent notamment le non salariat agricole ont enregistré une baisse de la force du travail allant de 447 000 à 380 000 ETP (équivalent temps plein).

Cette diminution de la main d’œuvre directe des exploitations est partiellement compensée. Sur le même temps, le volume d'autres formes, comme les entreprises de travaux agricoles (ETA) et les Groupements d’employeurs (GE), a connu une hausse passant de 70 000 à 105 000 ETP.

Les ETA et les GE représentent ensemble les deux tiers du volume et de la croissance de ces formes. S'y ajoutent d'autres mobilisations comme les Coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma), l’intérim national, le travail détaché, l’insertion par l’activité économique (IAE), voire l’auto-entrepreneuriat, les plateformes numériques et diverses formes de bénévolat.

Le rapport distingue huit formes de travail. Pour cinq d’entre elles (entreprise de travaux agricoles, groupement d’employeurs y compris Cuma, intérim national, travail détaché et insertion par l’activité économique), le statut du travailleur paraît défini.

Pour l’auto-entrepreneuriat, la plateforme numérique et les diverses formes de travail s’approchant du bénévolat, le statut semble plus flou.

Ces évolutions entraînent une mutation de l'emploi et de ces conditions d'exercice. Des porosités apparaissent en effet entre  :

  • production et consommation ;
  • salariat et travail indépendant ;
  • internalisation et externalisation des tâches ;
  • travail et loisir actif ;
  • travail bénévole et travail.

Des solutions pour mieux mobiliser la main d’œuvre agricole

L’accès à la main d’œuvre est un enjeu majeur pour les employeurs du secteur agricole. Il doit être non seulement portés par l’ensemble des acteurs : professionnels, État et collectivités, opérateurs mais il nécessite aussi des évolutions culturelles et une transformation des modes de coopération et d’action.

Selon le rapport, le marché agricole peut être une opportunité, avec des emplois durables et locaux, le travail au vert, la contribution à la souveraineté alimentaire et des conditions de travail en amélioration pour nombre d’actifs à la recherche d’un emploi. La fidélisation et l’expérience doivent être reconnues, avec y compris des perspectives de mobilité dans le secteur.

Néanmoins, le besoin des employeurs agricoles de disposer de relais pour faire connaître leurs besoins et organiser des actions est important.

Il apparaît donc nécessaire de mettre en place des organisations mixtes qui mettent en œuvre une complémentarité des formes d’emploi pour construire des parcours professionnels.