Salaires dans la fonction publique hospitalière (FPH) : en baisse de 0,8% en 2019

Fonctionnaires, contractuels, personnels médicaux : les agents de la fonction publique hospitalière (FPH) gagnent en moyenne 2 315 euros en net par mois en 2019, soit une baisse de 0,8% en euros constants. Et si des disparités salariales persistent dans la FPH, elles diminuent néanmoins légèrement selon les chiffres de l'Insee publiés récemment.

Deux agents de service hospitalier effectuant le nettoyage d'une chambre d'hôpital.
Selon les données de l'Insee, le salaire net moyen a baissé de 0,8% dans les hôpitaux (2 381 euros nets) et de 0,5% dans les établissements médico-sociaux-EMS (1 869 euros nets) en 2019. © nimito - stock.adobe.com

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié, le 16 septembre 2021, une étude sur le niveau des salaires dans la fonction publique hospitalière en 2019. Durant cette année-là, les 1,1 million d’agents de la fonction publique hospitalière ont perçu un salaire moyen de 2 315 euros en net par mois. Si ce salaire moyen a augmenté de 0,3% en 2019, il reculait en réalité de 0,8% en raison de l'inflation (+1,1% en 2019).

Une baisse de 0,8%

Dans la FPH, les agents sont en majorité fonctionnaires (72%), 21% sont contractuels et 7% font partie des personnels médicaux. Or, la baisse du salaire net moyen n'est pas identique pour toutes les catégories puisqu'elle s'établit à -0,8% pour les fonctionnaires alors que le recul est plus faible pour les contractuels (-0,3%) et les personnels médicaux (-0,3%).

Par ailleurs, en 2019, le salaire net moyen a baissé de :

  • -0,8% dans les hôpitaux (2 381 euros) ;
  • et de -0,5% dans les établissements médico-sociaux (1 869 euros).

L'écart entre les structures s'explique par les différences de qualification et de statut : l'hôpital compte plus de 73% de fonctionnaires (65% dans les établissements médico-sociaux) et les fonctionnaires y sont plus souvent de catégorie A (33% contre 16%).

Des disparités salariales

En 2019, le recul des salaires est moins sensible pour les rémunérations les moins élevées. Les 10% des salariés les moins rémunérés ont perçu un salaire d'au plus 1 479 euros en net soit une baisse de 0,7%. Pour leur part, les 10% les mieux rémunérés ont gagné au moins 3 227 euros (-1,6%).

Pour les fonctionnaires, l'évolution à la baisse des rémunérations est inégale :

  • -2% pour les salaires nets moyens des agents de catégorie A (2 575 euros) ;
  • -0,2% pour ceux de catégorie B (2 392 euros) ;
  • -0,8% pour ceux de catégorie C (1 836 euros).

Quant aux femmes qui représentent près de 90% des aides-soignants et 78% des agents de la FPH, elles ont perçu un salaire inférieur de 20,6% (20,8% en 2018) à celui des hommes, en équivalents temps plein (EQTP). Soit, à profil identique, un écart salarial de 3,6% (3,7% en 2018). L'enquête n'a cependant pas pris en compte les facteurs habituels d'inégalités liés au temps de travail (temps partiel, par exemple).

Enfin, pour les salariés en place présents chez le même employeur du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2019 et avec la même quotité de travail, soit près de deux tiers du volume de travail de la FPH, le salaire net moyen a augmenté de 0,4%.