Santé mentale et psychiatrie : répondre à la forte demande de soins des Français

Troubles ou souffrances psychiques, suicides... Le bouleversement de la vie quotidienne par la crise du Covid-19 et les confinements successifs ont mis en lumière les souffrances psychiques. C'est dans ce contexte que se sont déroulées les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie les 27-28 septembre 2021.

Une patiente en consultation devant son psychologue.
Le constat est assez éloquent : 15% des Français montrent des signes d'un état dépressif, 23% montrent des signes d'un état anxieux et 10% ont eu des pensées suicidaires au cours de l'année. © Minerva Studio - stock.adobe.com

Une personne sur cinq est touchée chaque année par un trouble psychique, soit 13 millions de Français. Le taux de suicide en France est l'un des plus élevés des pays européens de développement comparable. Avec plus 23 milliards d'euros par an, les dépenses remboursées au titre de la détresse psychique et des maladies psychiatriques sont le premier poste de dépenses de l’assurance maladie, devant les cancers et les maladies cardiovasculaires.

Les 27 et 28 septembre 2021, les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie ont réuni les professionnels de santé du secteur, les représentants des patients et de leurs familles, ainsi que des institutions et organismes publics et privés.

En clôture des Assises, le président de la République, Emmanuel Macron, a d'ailleurs notamment annoncé le remboursement des consultations de psychologues pour tous à partir de 2022.

1,9 milliard d'euros sur cinq ans pour la santé mentale

Dans le cadre des Assises, outre le remboursement des consultations de psychologues pour tous à partir de 2022, plusieurs mesures ont été annoncées pour répondre à la forte demande de soins de la population dont :

  • la création de 800 postes dans les centres médico-psychologiques pour 2022 ;
  • la mise en place de 20 équipes mobiles pour la prise en charge des personnes âgées en Ehpad et dans les structures médico-sociales ;
  • la création d'une maison des adolescents dans chaque département et de 100 places en accueil familial thérapeutique sur deux ans ;
  • le développement des premiers secours en santé mentale dans tous les secteurs de la société.

Prévention du suicide

Un nouveau numéro national gratuit de prévention du suicide entre également en fonctionnement le 1er octobre 2021. Il s'agit du 3114 accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

.

La santé mentale comme enjeu individuel et collectif

Faire sortir le sujet de la santé mentale et de la psychiatrie de sa confidentialité et du domaine réservé des experts, tel a été l'objectif des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie.

L'isolement, les angoisses dans l'intimité des confinements ont été à l'origine de nouvelles souffrances. Les résultats de la dernière enquête de Santé publique France font ainsi état de la situation suivante en septembre 2021 :

  • 23% des Français montrent des signes d'un état anxieux (+10 points) ;
  • 15% montrent des signes d'un état dépressif (+5 points par rapport au niveau hors épidémie) ;
  • 10% ont eu des pensées suicidaires au cours de l'année (+5 points).

Plus généralement, les constats sur la santé mentale de la population sont alarmants, selon les chiffres publiés aux Assises :

  • 64% des Français ont déjà ressenti un trouble ou une souffrance psychique ;
  • 15% des jeunes en France connaissent un épisode dépressif caractérisé entre 16 et 25 ans ;
  • le suicide est la deuxième cause de mortalité pour les 10-25 ans (après les accidents de la route) ;
  • les Français sont les plus grands consommateurs au monde de psychotropes.

Comme le rappellent les chiffres de Santé publique France le 10 septembre 2021, la France enregistrait en 2016 près de 8 500 décès par suicide, un niveau sans doute sous-estimé de 10%.