Population française : 68,1 millions d'habitants en 2070

Au 1er janvier 2070, la France compterait 68,1 millions d’habitants, soit 700 000 de plus qu’en 2021. Plus précisément, la population continuerait à croître jusqu’en 2044, atteignant 69,3 millions d’habitants, puis baisserait sous l’effet du vieillissement.

Foule sur un parvis.
D’ici 2070, d’après le scénario central, le nombre des 75 ans ou plus augmentera de 5,7 millions grâce à la hausse de l’espérance de vie. © Bits and Splits - stock.adobe.com

Une étude publiée fin novembre 2021 par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) présente l’évolution globale de la population française à l’horizon 2070. Cette hypothèse repose sur les tendances démographiques récentes à la fois concernant la fécondité et le solde migratoire.

À peu près autant d’habitants en 2070 qu’en 2021

Les projections de l’Insee se fondent sur trois hypothèses :

  • les risques de décès par sexe et âge diminueraient au même rythme que durant la période 2010-2019 ;
  • le taux de fécondité se maintiendrait à environ 1,8 enfant par femme ;
  • le solde migratoire serait de 70 000 habitants en plus chaque année.

Dans ce scénario dit "central", la France verrait sa population :

  • augmenter jusqu’en 2044 pour culminer à 69,3 millions d’habitants. En raison d’un solde naturel positif et d’un excédent migratoire, la population connaîtrait une croissance moyenne de 0,17% (soit 116 000 personnes) par an jusqu’en 2035, où elle atteindrait 69 millions d’habitants. À partir de 2035, les décès étant plus nombreux que les naissances, le solde naturel deviendrait négatif. Le solde migratoire compenserait ce déficit jusqu’en 2044, et la population continuerait d’augmenter légèrement pour s’établir à 69,3 millions d’habitants ;
  • diminuer ensuite de 0,1% (45 000 personnes) par an car l’apport de l’immigration ne suffirait plus à compenser l’excédent des décès par rapport aux naissances.

Ces chiffres corrigent ceux présentés en 2016. L'Insee tablait alors sur une population de 76,5 millions de Français à horizon 2070.

D’autres scénarios sont envisageables. La France compterait 4,1 millions d’habitants de plus que dans le scénario central en 2070 si le taux de fécondité remontait à 2,0 (soit son niveau de 2006 à 2014) et, 4 millions de moins, si la fécondité baissait à 1,6. Le solde migratoire et l’espérance de vie peuvent aussi varier. La prise en compte des diverses hypothèses conduit à évaluer la population totale en 2070 entre 58 millions de personnes (son niveau de 1990) et 79,1 millions.

Une pyramide des âges très différente

D’ici 2070, d’après le scénario central, le nombre :

  • des 75 ans ou plus augmentera de 5,7 millions grâce à la hausse de l’espérance de vie ;
  • des 60-74 ans stagnera ;
  • des moins de 60 ans baissera de 5 millions.

Le vieillissement de la population se poursuivra avec certitude jusqu’en 2040. La proportion de 65 ans ou plus dans la population progresserait de 21% à 29% d’ici 2070, c’est-à-dire au même rythme qu’entre 1972 et 2021 (où cette part est passée de 13% à 21%). En 2040, il y aura 51 seniors de 65 ans ou plus (majoritairement retraités) pour 100 personnes de 20 à 64 ans (actives pour la plupart), contre 37 pour 100 en 2021. L’évolution de ce rapport après 2040 est plus incertaine ; il se dégraderait encore selon le scénario central, qui l’estime à 57 pour 100 en 2070.

La pyramide des âges de 2070 présenterait également un meilleur équilibre entre les sexes (50,8% de femmes contre 51,7% en 2021), surtout aux âges de forte mortalité. La part des femmes passerait de 68% à 59% chez les 85 ans ou plus, et de 84% à 71% parmi les centenaires car l’écart d’espérance de vie entre les sexes continuerait de s’atténuer.

Pour rappel, en 2019, l’espérance de vie des femmes est de 85,6 ans (elles ont gagné 0,9 an par rapport à 2010), et 79,7 ans pour les hommes (+1,7 an).