UE : une surpêche en baisse mais critique en Méditerranée, mer Noire et Baltique

En 2021, la durabilité du secteur de la pêche de l'Union européenne (UE) a continué de s'améliorer. Des efforts supplémentaires doivent néanmoins encore être faits en Méditerranée, en mer Noire et en mer Baltique en particulier dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la crise écologique et climatique. 

Équipage de pêcheurs déversant les poissons remontés de leurs filets.
En 2021, la pression de pêche globale dans les eaux de l'UE a continué à diminuer et l'état des stocks de poissons à s'améliorer grâce aux efforts déployés par le secteur de la pêche. © Gorodenkoff - stock.adobe.com

Le 1er juin 2022, la Commission européenne a publié sa communication "Vers une pêche plus durable dans l'Union européenne : état des lieux et orientations pour 2023". Celle-ci donne des orientations pour les propositions de la Commission sur les possibilités de pêche pour 2023.

En décembre 2022, le Conseil "Agriculture et pêche" se réunira pour examiner les propositions de la Commission et fixer des limites de capture et des quotas pour 2023 en vue d'assurer la durabilité des stocks de poissons et du secteur de la pêche de l'UE.

Des progrès accomplis dans l'UE en matière de pêche durable

Dans le cadre de la politique commune de la pêche (PCP) et conformément aux objectifs du pacte vert pour l'Europe, les États membres de l'UE sont tenus légalement de gérer les stocks de poissons de manière durable. Des limites de capture sont fixées par espèce et par zone, puis réparties entre les pays de l'UE sous forme de quotas de pêche.

Dans sa communication, la Commission indique qu'en 2021, la pression de pêche globale dans les eaux de l'UE a continué à diminuer et l'état des stocks de poissons à s'améliorer grâce aux efforts déployés par le secteur de la pêche, notamment dans l'Atlantique Nord-Est.

Cela a permis de ramener plus de stocks à des niveaux durables, selon le principe du rendement maximal durable (RMD). Il s'agit de la quantité maximale de poissons que les pêcheurs peuvent capturer sans compromettre la régénération et la productivité future du stock. Les possibilités de pêche sont fixées chaque année dans le but de garantir le RMD.

Une situation préoccupante en Méditerranée, mer Noire et Baltique

La situation reste néanmoins préoccupante en Méditerranée et en mer Noire. De nombreux stocks de poissons, partagés avec des pays tiers, y sont encore exploités au-delà des niveaux durables. Des efforts de conservation doivent être poursuivis pour atteindre l'objectif du rendement maximal durable d'ici 2025.

La guerre menée par la Russie en Ukraine a également eu des répercussions sur la pêche en mer Noire depuis février 2022. Celle-ci a entraîné une interdiction temporaire des activités de pêche pour des raisons de sécurité dans les eaux de certains Etats membres, comme les eaux roumaines bordant l'Ukraine. La hausse des prix de l'énergie a nécessité le recours aux mesures de crise du Fonds européen pour la pêche maritime, la pêche et l'aquaculture (FEAMP) pour soutenir le secteur. Cette guerre a aussi eu un impact sur les négociations au niveau international et sur la fourniture d'avis scientifiques.

Dans la Baltique, certains stocks autrefois importants sont aujourd'hui en déclin, en raison de pressions sur l'environnement et sur les écosystèmes marins. La Commission prépare actuellement un plan d'action pour la conservation des ressources halieutiques et la protection des écosystèmes marins qui visera à protéger davantage les espèces sensibles et les habitats.

Selon la Commission, ce soutien est essentiel pour assurer la résilience de la pêche, en particulier dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la crise écologique et climatique.