Grands fonds marins : quelle stratégie pour la France ?

Présente sur de nombreux océans, la France bénéficie du 2e espace maritime mondial avec 11 millions de km2. Une grande partie de cet espace reste inexplorée. Or, avec leur potentiel minier, les fonds marins font l’objet d’une attention particulière. Un récent rapport présente 20 recommandations destinées à mieux définir la stratégie française.

Fonds marins.
L’intérêt pour les fonds marins est en partie lié aux ressources minières des grands fonds. © JulietaMailen - stock.adobe.com

71% de la surface de la Terre est recouverte par l'océan dont la profondeur moyenne est de 3 800 mètres.

Le rapport sénatorial sur les fonds marins qui a été déposé le 21 juin 2022 s’inscrit dans un contexte d’accroissement des moyens dirigés vers l’exploration et l’exploitation des fonds marins.

Ainsi, le Gouvernement a dévoilé lors du Comité interministériel de la mer (Cimer) du 22 janvier 2021 une stratégie nationale d'exploration et d'exploitation des ressources minérales dans les grands fonds marins. Puis, dans le cadre de France 2030, les fonds marins ont été intégrés dans l’un des dix objectifs majeurs. Enfin, en février 2022, le ministère des armées a rendu publique une stratégie de maîtrise des fonds marins, devant permettre à la marine française d'opérer jusqu'à 6 000 mètres de profondeur.

Approfondir la connaissance des fonds marins avant l'exploitation

L’intérêt pour les fonds marins est en partie lié aux ressources minières des grands fonds (généralement situées en-deça de 1 000 mètres de profondeur). Ces régions souvent méconnues recèlent des ressources minérales importantes. Toutefois, pour les rapporteurs, la connaissance des grands fonds est un préalable à une éventuelle exploitation commerciale des ressources sous-marines. 

Cette phase de recherche destinée à comprendre le fonctionnement des écosystèmes océaniques a pour objectif d’établir les effets environnementaux et la faisabilité de l’exploitation des ressources. Car l’exploitation des fonds marins doit préserver la bonne santé des océans. Fin juin 2022, la conférence de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur les océans rappelle ainsi la nécessité d’agir pour lutter contre la dégradation du milieu océanique.

20 recommandations pour une stratégie pérenne

Le rapport met l’accent sur la nécessité de mener une politique dédiée aux fonds marins, afin de doter la France d’une stratégie pérenne qui lui permette de développer des moyens technologiques et industriels comparables à d’autres grands États maritimes

Cette stratégie permettrait d’assurer la protection des fonds marins et la souveraineté de la France sur ses possessions. Il s’agit aussi de protéger les réseaux d’infrastructures sous-marines : 450 câbles sous-marins assurent le transit de 98% des données numériques dans le monde.

D’autres pays tels que les États-Unis ou la Chine investissent des moyens importants, par exemple dans les drones sous-marins, dans le domaine de la défense sous-marine. Le rapport préconise de créer des partenariats internationaux avec les pays limitrophes comme l'Allemagne par exemple.

Parmi les autres recommandations, les rapporteurs proposent de : 

  • nommer un délégué interministériel aux fonds marins chargé notamment de coordonner le comité de pilotage concernant l’objectif "grands fonds marins" évoqué dans France 2030 ; 
  • associer le Parlement et les outre-mer aux décisions d’exploitation des fonds marins ;
  • renforcer les moyens humains et financiers de l'Ifremer et de l'Office français de la biodiversité, notamment dans leurs implantations outre-mer ;
  • accentuer l'effort de l'Agence française de développement en faveur de projets portant sur les grands fonds marins.