Réforme "100% santé" : premier bilan d'un dispositif encore peu connu

Lunettes, prothèses dentaires, appareils auditifs : le dispositif "100% santé" permet la prise en charge intégrale des dépenses associées à un panier d’équipements depuis le 1er janvier 2021. La notoriété de ce dispositif a progressé mais reste toujours moins connu que la plupart des prestations (allocations familiales, aides au logement, RSA...).

Mains avec lunettes et carte de test de vision.
Le dispositif "100% santé" permet la prise en charge intégrale des dépenses associées à un panier d’équipements constitué de lunettes, de prothèses dentaires et d'appareils auditifs. © Photo Feats - stock.adobe.com

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a publié, en juillet 2022, une enquête sur la connaissance du dispositif "100% santé" et l’intention d’y recourir. Cette enquête sur le "100% santé" a été réalisée sur la base d'un échantillon de 4 000 personnes de 18 ans et plus, entre octobre et novembre 2021. 

Tous les Français disposant d’une complémentaire santé y ont accès. Ce dispositif a pour objectif de réduire certaines dépenses de santé, notamment pour les ménages les plus modestes qui sont davantage concernés par le renoncement aux soins.

Une offre encore inégalement connue

Un an après sa mise en place, 53% des enquêtés déclarent avoir déjà entendu parler du dispositif.

Parmi eux, trois catégories de Français sont les plus représentées :

  • les plus diplômés (60%) ;
  • les personnes de 45 à 64 ans (62%);
  • celles qui se déclarent soucieuses de leur propre santé (65%) ou des questions de santé en général (61%).

Si la connaissance du "100% santé" a augmenté de 11% depuis le début de sa mise en œuvre, la Drees note que cette notoriété reste très inégale : "les personnes au courant de ce dispositif sont celles qui attachent de l’importance à leur santé".

La réforme semble aussi mal comprise par une grande partie des sondés. 35% d’entre eux supposent leurs revenus trop élevés pour y être éligibles, alors que le dispositif est accessible à l’ensemble de la population et ne dépend pas du niveau de revenu.

Cette connaissance imparfaite de l’offre s'explique en partie par l’attitude de certains professionnels de santé qui refuseraient ou omettraient d’en informer leurs patients. Dans un communiqué de presse  du 7 juillet 2022 concernant la réforme du "100% santé", la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) indique d'ailleurs qu'elle a enquêté en 2021 pour s’assurer que l’offre de ces équipements était effective et présentée de manière loyale par les professionnels de la santé. Plus d’un millier de contrôles ont ainsi été réalisés auprès des opticiens et des audioprothésistes.

Les Français les plus modestes davantage enclins à recourir au "100% santé"

La réforme du "100% santé" a été mise en place dans l’objectif de réduire les dépenses de santé de la population, en particulier celles des plus vulnérables. Selon l'enquête, une personne sur deux envisage d’en bénéficier parmi les 20% les plus modestes contre une sur cinq parmi les 20% les plus aisés.

Sur le total des sondés, 72% des Français estiment qu'ils auront besoin de lunettes, de prothèses dentaires ou d'un appareil auditif en 2022. Et, 35% comptent avoir recours au panier "100% santé". Parmi ceux qui ne souhaitent pas y recourir, 8% considèrent que les équipements proposés ne leur conviennent pas.