Salaires dans la fonction publique hospitalière (FPH) : une augmentation de 5,9% en 2020

Fonctionnaires, contractuels, personnels médicaux : les agents de la fonction publique hospitalière gagnaient en moyenne 2 463 euros net par mois en 2020, soit une hausse de 5,9% en euros constants par rapport à 2019, d'après l'Insee. De fortes disparités salariales continuent à exister toutefois selon les fonctions occupées.

Infirmière attachant un masque chirurgical en salle d'opération.
Les chiffres de l'Insee sur la fonction publique hospitalière indiquent que les femmes perçoivent en moyenne, sur des profils identiques, 3,4% de moins que les hommes. © WavebreakMediaMicro - stock.adobe.com

2 463 euros net par mois en équivalent temps plein (EQTP), c'est le salaire moyen en 2020 des 1,1 million d'agents travaillant dans les hôpitaux publics et les établissements médico-sociaux. Ce salaire moyen est en nette hausse par rapport à 2019.

C'est ce que souligne une étude sur le niveau des salaires dans la fonction publique hospitalière (FPH) publiée le 14 septembre 2022 par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Une forte augmentation due à un cumul de mesures salariales

Cette augmentation peu habituelle d'une année sur l'autre s'explique par le cumul des mesures salariales suivantes :

Mais des disparités salariales perdurent

Pour les fonctionnaires (71% des effectifs), le salaire net moyen augmente dans des proportions différentes selon leur catégorie :

  • en catégorie A, +5,5% (en euros constants) soit 2 710 euros net par mois ;
  • en catégorie B, +4,8%, soit 2 536 euros net par mois ;
  • en catégorie C, +8%, soit 1 992 euros net par mois.

La hausse plus prononcée pour les agents de catégorie C s’explique en partie par le fait que les montants de la prime exceptionnelle "Covid-19" et du complément de traitement indiciaire ne dépendent pas de leur rémunération initiale. Ces mesures représentent une part plus élevée de leur salaire.

Pour les contractuels qui représentent 22% de la FPH, la hausse est de 8,5% par rapport à 2019, soit 1 822 euros net par mois. Ayant un salaire en moyenne moins élevé que celui des autres agents de la FPH, l’effet des mesures de revalorisation salariale et du versement de la prime exceptionnelle "Covid-19" est particulièrement fort pour eux.

À l’inverse, le salaire net des personnels médicaux, en moyenne plus élevé, augmente plus modérément (+2,6%), à 5 870 euros net par mois (malgré la revalorisation de l’indemnité d’engagement de service public exclusif perçue par certains).

Le salaire net en EQTP des femmes dans la FPH s’élève en moyenne à 2 344 euros par mois, soit 19,1% de moins que celui des hommes (2 896 euros). Cet écart, en baisse de 1,5 point sur un an, est principalement dû à la répartition des femmes et des hommes selon les métiers (catégorie hiérarchique, statut, filière d’emploi). 78% des agents de la FPH sont des femmes mais elles ne représentent que 52% des personnels médicaux contre 89% des aides-soignants.