Intercommunalités : une croissance démographique plus soutenue dans les métropoles

Au 1er janvier 2021, les 34 944 communes françaises (hors Mayotte) sont regroupées en 1 248 établissements publics de coopération intercommunale et en la métropole de Lyon. Il y a 22 métropoles, 14 communautés urbaines, 221 communautés d’agglomération et 992 communautés de communes. Le point sur ces groupements et leur démographie.

Photo de la mairie de Chartres, en Eure-et-Loir (28).
© La Rédaction

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié en janvier 2023 une étude sur les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre en France qui met en lumière la croissance de leur population entre 2013 et 2019.

La loi de nouvelle organisation territoriale de la République (dite "loi NOTRe") de 2015 rend obligatoire le rattachement de chaque commune à un EPCI à fiscalité propre afin d’élaborer des projets communs de développement. Ces EPCI se répartissent en quatre catégories, selon leurs compétences et leur nombre d’habitants notamment. En 2021, la France compte :

Seules les îles monocommunales de Bréhat, de Sein, d’Yeu et d’Ouessant bénéficient d’une dérogation et n’appartiennent pas à un EPCI.

Des intercommunalités plus ou moins peuplées

En 2019, les EPCI sont diversement peuplés :

  • les métropoles rassemblent près de 19,5 millions d’habitants, soit 29,1% de la population française ;
  • les communautés urbaines 3,1 millions (4,6% de la population) ;
  • les communautés d’agglomération 23 millions (34,3%) ;
  • les communautés de communes 21,5 millions (32,1%).

Entre 2013 et 2019, la population française progresse en moyenne de 0,4% par an.

Les EPCI où la croissance démographique est la plus forte se situent dans le quart sud-est de la France, sur la façade atlantique, en région parisienne et au voisinage de l’Île-de-France.

La population augmente davantage dans les métropoles (+0,6% en moyenne par an), particulièrement dans celles de Rennes, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Montpellier (plus de 1% par an).

En revanche, la population croît moins dans les communautés de communes (+0,2% par an), sauf dans celles à dominante urbaine (+0,5%).

Plus de jeunes, de cadres et de diplômés du supérieur dans les métropoles

Les métropoles ont une population plus jeune que les autres intercommunalités : près d’un tiers de leurs habitants a moins de 25 ans du fait de la présence de campus universitaires, alors que les 65 ans ou plus y sont moins nombreux (17%, contre 20% dans la France entière). La part des cadres et professions intellectuelles supérieures et celle des diplômés du supérieur y sont également plus importantes.

À l’inverse, les communautés de communes concentrent :

  • la population la plus âgée (22% de 65 ans ou plus) ;
  • les couples avec enfants, qui y bénéficient de la proximité de l’emploi et des services.