Combien y a-t-il de députés au Parlement européen ?

Le traité de Lisbonne a limité à 751 le nombre des membres du Parlement européen (750 députés plus un président). Un seuil minimum de 6 députés par État membre est prévu, aucun pays ne pouvant disposer de plus de 96 sièges (art. 14 TUE). Ces règles sont entrées en vigueur pour la première fois avec les élections européennes de 2014.

Après les élections de 2014, parmi les pays ayant le plus grand nombre de députés (en raison de leur poids démographique), l’Allemagne dispose de 96 sièges, la France de 74, le Royaume-Uni de 73, l’Italie de 73. Les plus petits pays, Malte, Chypre, le Luxembourg et l’Estonie ont élu 6 députés chacun.

Le 7 février 2018, le Parlement européen s’est prononcé sur la composition de l’assemblée après le Brexit, les prochaines élections européennes devant avoir lieu en mai 2019, soit deux mois après le retrait définitif du Royaume-Uni, initialement prévu pour le 29 mars.

Il s’agissait de redistribuer les sièges libérés par les eurodéputés britanniques. Le nombre total d’eurodéputés devrait passer à 705. Sur les 73 sièges vacants, 46 resteraient disponibles pour un éventuel futur élargissement de l’UE. Les 27 autres seraient répartis entre 14 États membres (5 sièges supplémentaires pour la France et l’Espagne, 3 pour l’Italie et les Pays-Bas, 2 pour l’Irlande, 1 pour l’Autriche, la Croatie, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie et la Suède).

Les conséquences du report du Brexit

L'absence d'accord à la date d'échéance prévue pour le retrait britannique complique la donne. La décision (UE) 2018/937 du Conseil européen du 28 juin 2018 avait prévu que, dans le cas où le Royaume-Uni serait toujours un État membre de l’UE au début de la législature 2019-2024 [le 2 juillet], "le nombre de représentants au Parlement européen par État membre" serait celui de la précédente mandature "jusqu'à ce que le retrait du Royaume-Uni de l’Union produise ses effets juridiques".