Quelles sont les dépenses de l’Union européenne ?

Les dépenses de l’Union européenne sont quasi exclusivement des dépenses d’intervention, dites également “opérationnelles”, qui servent à financer des activités concrètes sur le terrain.

Les dépenses de fonctionnement, c’est-à-dire les salaires et retraites des fonctionnaires européens, ainsi que les dépenses liées aux immeubles et au matériel, ne représentent qu’environ 6% du budget en 2018, ce qui est très peu important. Les faibles effectifs des administrations communautaires (environ 33 000 fonctionnaires et autres agents en 2012) expliquent cette situation.

Les dépenses opérationnelles, c’est-à-dire liées à des actions et politiques de l’Union, représentent donc 94% du budget 2018. Mais leur répartition n’est pas équilibrée.

  • Le premier poste est celui de la “croissance intelligente et inclusive”. Il représente 77,5Mds€, soit près de 50% du budget. Il se décompose en deux rubriques : “cohésion économique, sociale et territoriale” et “compétitivité pour la croissance et l’emploi”.
    La cohésion économique, sociale et territoriale représente environ 34,7 % des dépenses du budget 2018, avec 55,5 Mds€. Elle comprend principalement les fonds de cohésion et de développement régional, ainsi que le Fonds social européen (FSE).
    La compétitivité pour la croissance et l’emploi représente 22 Mds€ en 2018, soit 13,7% du budget. Elle vise à améliorer la compétitivité de l’économie européenne, notamment au regard de la stratégie "Europe 2020", qui réforme celle de Lisbonne adoptée en 2000. Son but est de favoriser une croissance intelligente, durable et inclusive.
  • La “croissance durable : ressources naturelles” est le deuxième poste du budget et représente 37% des crédits d’engagement dans le budget 2018 (soit près de 59,3 Mds€). Cela inclut l’agriculture, le développement rural, la pêche. L’importance de la PAC a diminué depuis quelques années, car, en 1985, elle représentait 70% du budget contre 27% en 2018. Cette baisse est due aux réformes successives de la PAC et au développement des autres politiques communautaires nécessitant également des financements.
  • Le poste “L’Europe dans le monde” pèse 9,6 Mds€, soit 6% du total du budget 2018. Ce poste permet de financer les politiques de coopération au développement, de voisinage et de partenariat, de pré-adhésion, d’aide humanitaire, de démocratie et des droits de l’homme, ainsi que la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC).
  • Les dépenses consacrées à la “sécurité et citoyenneté” représentent 3,5 Mds€, soit 2,18% du budget 2018. On constate ici une augmentation non négligeable par rapport aux 2 Mds€ du début des années 2010, ce qui dénote une prise de conscience des besoins découlant notamment de la crise migratoire et de la menace terroriste.
    Ces dépenses concernent, d’une part, la protection des droits fondamentaux, la justice, la sécurité et la protection des frontières, la politique d’immigration et d’asile ; d’autre part, les actions en faveur d’une meilleure compréhension de l’UE et d’un accès élargi aux biens et services de base (santé publique, protection des consommateurs, culture…). Cela comprend notamment des programmes d’information et de communication et des mesures visant à favoriser la culture et la diversité européennes.