Qui a le droit de voter ?

Tous les citoyens français ont le droit de voter : le suffrage est universel. Pendant longtemps, les citoyens n’ont pas été égaux dans le droit de voter. Aujourd’hui, la loi prévoit certaines exclusions.

Quand le suffrage universel a-t-il été établi en France ?

Le suffrage universel fut proclamé en France en 1848. Il n’avait alors d’universel que le nom, les femmes en étant exclues. On y verra malgré tout une conquête significative mettant fin au suffrage censitaire, réservé aux seuls citoyens suffisamment riches pour payer l’impôt au-dessus d’un seuil donné (le cens). Le suffrage a connu depuis cette date divers élargissements, les principaux étant liés au vote des femmes en 1944 et à l’abaissement de la majorité de 21 à 18 ans en 1974.

L’histoire du suffrage universel a été ponctué de débats, aujourd'hui dépassés. Les interrogations portaient sur l’opportunité de faire voter ou non certaines catégories de personnes : les domestiques (leur employeur fera-t-il pression sur leur vote ?), les indigènes dans le cadre de l’Empire français, les militaires (doivent-il rester à l’écart des questions politiques ?), les femmes (risque d'emprise de l'Église selon la gauche radicale).

Qui est exclu du droit de vote ?

N'ont pas le droit de voter :

  • les étrangers : le droit de vote suppose la nationalité française. Depuis le traité de Maastricht (1992), les ressortissants de l’Union européenne peuvent cependant participer aux élections locales et européennes. L’élargissement à tous les étrangers aux élections locales et européennes n'a pas eu lieu ;
  • les personnes condamnées et privées de leurs droits civiques.

Depuis la loi du 23 mars 2019, les personnes sous tutelle ne sont plus privées de leur droit de vote.