Qu'en est-il du droit de vote des femmes ?

Longtemps exclues du vote, les Françaises votent pour la première fois en 1945.

Quand les femmes ont-elles acquis le droit de vote ? 

En débat sous la IIIe République mais freiné par les radicaux qui craignaient de favoriser la droite cléricale, le vote des femmes n’a été obtenu que tardivement, à la Libération. Institué par une ordonnance de 1944 signée par le général de Gaulle, le droit de vote des femmes entre en application à l’occasion des élections municipales d’avril-mai 1945, puis aux élections législatives d’octobre 1945.

Par comparaison avec d’autres pays, cette conquête apparaît particulièrement tardive. Les femmes votaient déjà en 1893 en Nouvelle-Zélande, depuis 1906 en Finlande, sous certaines conditions depuis 1918 en Grande-Bretagne, depuis 1934 en Turquie.


 

Y a-t-il un vote des femmes ?

Dans un premier temps, le vote féminin se distingue du vote masculin sur deux points :

  • une moindre participation politique liée à une phase d’apprentissage (les femmes de milieu populaire notamment considérant que ce domaine demeurait une affaire d’hommes) ;
  • un ancrage à droite lié à une plus grande proximité avec l’Église catholique.

À mesure que les femmes se sont émancipées, les différences se sont aplanies.

On ne peut plus parler aujourd'hui de vote masculin ou de vote féminin. La variable "genre" a perdu sa pertinence, sauf à remarquer que les femmes votent moins volontiers pour les extrêmes que les hommes. Sur le terrain de la participation électorale en revanche, il n’y a plus de différence significative.

Le vote des femmes garantit-il un meilleur accès de celles-ci aux fonctions politiques ? Rien ne démontre que les femmes votent en priorité pour les femmes, même si l’alignement des électorats participe de la banalisation de leur engagement dans cet univers longtemps exclusivement masculin.