Qu’est-ce qu’une personne dépendante ?

La dépendance – qualifiée aujourd’hui de perte d’autonomie – se dit de "l’état de la personne qui, nonobstant les soins qu’elle est susceptible de recevoir, a besoin d’être aidée pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie ou requiert une surveillance régulière" (art. 2 de la loi du 24 janvier 1997).

Ce besoin d’aide, et surtout son contenu, sont précisés à partir d’une grille nationale d’évaluation de la perte d’autonomie chez les personnes âgées de 60 ans et plus. Elle permet aux experts médico-sociaux de mesurer le degré de dépendance en se fondant sur les activités de la vie quotidienne que ces personnes peuvent ou non effectuer seules (par exemple, faire sa toilette, s’habiller, se nourrir, se déplacer…). Selon leur positionnement, les individus sont classés en six "groupes iso-ressources" (Gir) : sont qualifiées de dépendantes les personnes des Gir 1 à 4, les Gir 5 et 6 regroupant celles qui le sont très peu ou pas du tout.

C’est cette grille qui sert de critère pour l’attribution de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), accordée aux personnes classées dans les Gir 1 à 4. Les autres n’y ont pas droit, mais peuvent bénéficier d’une aide ménagère, par exemple.

Si vieillir ne signifie en aucun cas être dépendant, on constate que la probabilité d’être en situation de perte d’autonomie s’accroît avec l’avancée en âge. Ainsi, lorsque l’on étudie la composition par âge des 1,3 million de bénéficiaires de l’APA fin 2018, 7,6% des 60 ans et plus en bénéficient ; jusqu’à 79 ans, la part de bénéficiaires rapportée à la population des 60-79 ans est de 2% ; elle augmente ensuite à 18% pour les 80-89 ans et à environ 50% à partir de 90 ans.

Rapportée à la population générale, l’Insee dénombrait en 2015, en France, 5 millions de seniors en perte d’autonomie, soit 15,3% des 60 ans ou plus. Parmi eux, 700 000 pouvaient être considérés en perte d’autonomie sévère.

Si les tendances démographiques et l’amélioration de l’état de santé se poursuivaient, la France compterait 3 millions de seniors de 60 ans ou plus en situation de perte d’autonomie en 2030, soit 14,3% des seniors (Drees, décembre 2020).