Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) est, avec l’Organisation internationale pour les migrations (et hors cas palestinien), une des deux organisations des Nations unies responsables de l’accueil et de la gestion des réfugiés et des personnes déplacées. Sa création repose sur l’idée que la prise en charge de la question des réfugiés contribue au maintien de la paix internationale, objectif premier de l’ONU.

Fondé par l’Assemblée générale en 1950 et basé à Genève, il est d’abord responsable de l’aide aux Européens déplacés à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, ne pouvant traiter que des événements intervenus avant sa création. La multiplication des crises et la suppression de cette clause élargissent ensuite son aire d’intervention, pour en faire l’organisme en charge de protéger les réfugiés, notamment en s’assurant du respect de la Convention relative au statut des réfugiés de 1951.

Présent dans 126 pays, il est chargé de gérer l’urgence, par exemple en enregistrant les réfugiés (leur permettant ou non d’accéder à ce statut), ou par le financement et la gestion de dispositifs d’accueils comme les camps de réfugiés. En 2018, on estime à plus de 25 millions le nombre de réfugiés dans le monde, nombre auquel il faut ajouter les personnes déplacées dans leur propre pays.

L’action du HCR a été saluée par l’attribution de deux prix Nobel de la paix, en 1954 puis 1981. Il est en outre le principal producteur de normes et de statistiques sur la question des réfugiés. Il incite enfin les États à adopter des systèmes d’asile respectant la Convention de Genève.