Qu'est-ce qu'un Sommet de la Terre ?

Un Sommet de la Terre est une conférence internationale consacrée aux questions climatiques et environnementales. Organisé par les Nations unies, il a lieu tous les dix ans et invite les gouvernants à penser les axes d’une politique mondiale et à s’accorder sur un référentiel commun.

Le premier Sommet de la Terre, également connu comme Conférence des Nations unies sur l’environnement humain, a eu lieu à Stockholm en 1972. Cette conférence aboutit à la création du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). En 1982, le deuxième Sommet est organisé à Nairobi au Kenya, mais pâtit des tensions de la Guerre froide.

En 1992, le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro devient une référence par ses ambitions. Il ancre la notion de développement durable comme fondement de la coopération internationale, notion popularisée par le rapport Brundtland de 1987. Il voit également l’affirmation des ONG et des mouvements écologiques. Enfin, il aboutit à l’adoption de l’Agenda 21, plan d’action pour le XXIe siècle, ainsi que de trois conventions : la Convention sur la diversité biologique (CDB), la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULD) et la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Cette dernière pose le principe de « responsabilités communes mais différenciées » des États, en fonction de leur stade de développement. Du fait de la méfiance de certains pays qui voient dans le développement durable un moyen de limiter leur croissance économique, aucun accord ou calendrier contraignant n’est toutefois adopté. Mais le Sommet est suivi par des négociations pour un dispositif contraignant qui aboutissent en 1997 à la signature du Protocole de Kyoto pour la lutte contre le changement climatique. Marquant la diplomatie multilatérale sur le sujet, le Sommet de Rio est pris comme point de départ pour les Sommets suivants, surnommés Rio+10, Rio+20...

En 2002 a lieu le Sommet de la Terre de Johannesburg (Rio+10). Dans un contexte dominé par la lutte contre le terrorisme et le refus du président américain, George W. Bush, de ratifier le Protocole de Kyoto, il sert à renouveler les engagements pour le développement durable, mettant l’accent sur la pauvreté, l’eau, les énergies renouvelables, ou encore les rapports Nord-Sud. En 2012, à nouveau à Rio de Janeiro, le Sommet est notamment consacré à l’économie verte, pour un succès cette fois en demi-teinte. La conférence a toutefois engagé un processus aboutissant à l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) en 2015.