Imprimer

Le logement social depuis la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU)

Dossier mis à jour le 21.10.2018

Article mis à jour le 21.10.2018

Offrir à tous les conditions de se loger décemment, tel est l’objectif de la politique du logement social.

Principal volet de la politique du logement, elle s’inscrit également pour partie dans le cadre de la politique de la ville.

La politique du logement social se décline sous la forme des multiples interventions de l’État, menées le plus souvent en partenariat avec les collectivités locales et les organismes de logement social.

Depuis 2000, la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) impose à certaines communes de disposer d’un nombre minmum de logements sociaux. Dans le cadre de cette loi, le logement social est considéré à la fois comme un service d’intérêt général et un instrument efficace de la mixité sociale. Pourtant, nombre de communes, redoutant une dégradation de leur image avec l’arrivée de populations à faible revenus, préfèrent payer une amende plutôt que de construire des logements sociaux.

L’imparfaite application de la loi SRU ne permet pas de résoudre les problèmes de mal logement. Au contraire, les élus et intervenants sociaux constatent que le nombre de personnes connaissant des difficultés de logement s’accroît.

Pour y répondre, la loi du 5 mars 2007 institue le droit au logement opposable et désigne l’État comme le garant du droit au logement. Dix ans après, l’application de ce droit n’est toujours pas aboutie. 1,8 million de ménages sont toujours en attente de logement social, 4 millions de personnes sont mal logées et 130 000 sans-abri.

Lien vers le haut de page

Mots clés :

Rechercher